1 200 cambriolages par an à Strasbourg : comment les éviter
L'actu 

1 200 cambriolages par an à Strasbourg : comment les éviter

90 secondes pour entrer dans un domicile dont la porte est fermée, et trois minutes en moyenne dans l’appartement avant d’en ressortir, selon les statistiques de la police. Le vol peut se produire n’importe quand, même durant une absence d’une heure. Pas envie de perdre vos toiles de maître ? Voici quelques conseils.

Le nombre de cambriolage pour le premier trimestre de 2017 a augmenté de 20% par rapport à 2015, et on dénombre entre 1 200 et 1 400 vols par effraction à Strasbourg chaque année. Quand même. Du coup, la direction départementale de la sécurité publique, la police quoi, a livré mercredi quelques conseils pratiques.

Gardez vos objets de valeur cachés

Un cambrioleur ne passe en moyenne que trois minutes dans le domicile, il prend donc en priorité ce qui est visible. On a pris l’habitude de cacher les bijoux, mais il faut faire de même avec les objets high-tech.

En cas d’absence prolongée, évitez de le crier sur les réseaux sociaux

Et oui, les nouvelles vont vite et on a tous pris l’habitude de nous vanter de notre départ en vacances aux îles Canaries sur Facebook. C’est cependant la meilleure façon que tout le monde soit au courant, même des personnes avec de mauvaises intentions. Si vous voulez être plus tranquille, vous pouvez également prévenir la police de votre absence. Des agents passeront régulièrement voir si tout va bien.

Fermez votre porte, même quand vous êtes chez vous

La police remarque en effet que les cambriolages ont lieu à n’importe quelle heure du jour comme de la nuit. Jean Hayet, directeur départemental adjoint de la sécurité publique du Bas-Rhin, rappelle :

« Avant, c’était principalement en pleine journée, quand les occupants sont sortis. Mais maintenant, c’est 24h sur 24. On a pris un cambriolage en flagrant délit la dernière fois. Les propriétaires dormaient dans la pièce juste à côté. »

En 90 secondes, la porte cède... (Photo Visual Hunt / cc)

En 90 secondes, la porte cède… (Photo Visual Hunt / cc)

Fermez aussi les petits pavillons, les volets…

En cas d’absence prolongée, il peut être utile que quelqu’un donne une impression de vie dans la maison en venant ouvrir et fermer les volets (et arroser les plantes). Jean Hayet précise :

« Par exemple, beaucoup ne ferment pas les petits portillons devant les maisons, en pensant que de toutes façons, si quelqu’un veut entrer, il le fera. Mais qu’est-ce qui est plus suspect : quelqu’un qui enjambe le portillon ou qui l’ouvre normalement ? »

L’occasion aussi d’inciter les gens témoins d’actes suspects à appeler le 17 :

« Les gens n’osent pas. Evidemment, ils ont le droit de se tromper. Quand quelqu’un appelle le 17, on est obligé de vérifier l’information donnée, une patrouille est envoyée. Cela peut ne mener à rien comme ça peut nous être d’une grande aide. Et ce n’est pas parce qu’un immeuble a déjà été visité que cela ne peut pas se reproduire. »

L'AUTEUR
Roxane Grolleau
Roxane Grolleau
Journaliste intéressée par les sujets de société

En BREF

Les infirmières scolaires peuvent désormais soutenir le personnel des hôpitaux et des Ehpad

par Guillaume Krempp. 860 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Koenigshoffen, un jeune homme en possession de cannabis frappé par des policiers

par Florian Schotter. 6 597 visites. 8 commentaires.

Fred Ficus, DJ producteur : « Dans six mois, trois fois plus d’albums publiés »

par Florian Schotter. 590 visites. Aucun commentaire pour l'instant.