En 2009, on parlait d’une piscine publique extérieure à la Victoire
Vigies 

En 2009, on parlait d’une piscine publique extérieure à la Victoire

actualisé le 14/09/2015 à 17h24

À LIRE SUR

DNA.FR

Deux scénarios des fameuses enquêtes de 2010 publiées.

Deux scénarios des fameuses enquêtes de 2010 publiées.

Que vont devenir les Bains municipaux de Strasbourg ? La municipalité promet un débat pour l’automne, mais il semble déjà clair qu’elle ne souhaite plus s’occuper des bains romains, tandis que la piscine et quelques douches seraient maintenues. Elle a aussi confié à sa société d’architectes et d’urbanistes, la société publique locale (SPL) des Deux-Rives, une étude pour évaluer le coût de cette restructuration (pour 162 000 euros). La SPL doit aussi trouver des sociétés à qui confier la rénovation, comme l’exploitation du site.

Pourtant des études avaient été réalisées en 2009 par cinq entreprises (265 000 euros alors votés au conseil CUS) pour réhabiliter les parties abandonnées, soit environ la moitié de la surface. La publication de ces travaux a maintes fois été demandée par l’opposition comme des associations, mais la majorité s’y est toujours refusé. Elle explique qu’il faudrait anonymiser certains des témoignages et qu’elle y travaille. Les coups de gommes semblent prendre du temps.

Des travaux jamais publiés, qui doivent servir de base de travail

Autre reproche aux cabinets d’étude, ils n’auraient pas été capables d’identifier des prestataires intéressés. Les DNA ont cependant réussi à se procurer les conclusions de ces « impubliables » recherches et en livrent le contenu dans leur édition de samedi. Ces études doivent d’ailleurs servir de base de travail pour celles de la SPL.

Les deux scénarios proposent « une piscine publique d’exception », avec des bassins extérieurs supplémentaires, où se trouve un parking pour employés aujourd’hui. À l’époque, seule une petite partie du site devait être externalisée (encerclée en rouge). Pour l’extérieur, trois hypothèses sont formulées : ligne de nage, hydrothérapie et jeux d’eau ou bassin écologique (avec de la végétation).

Des tarifs attrayants

Malheureusement, il n’y a pas de schéma similaire pour le scénario 2. L’article décrit qu’en plus, des bains chauds (saunas, hammams, bains turcs) seraient installés dans l’actuel accueil, soit un « Caracalla » à la strasbourgeoise, en référence aux thermes de Baden-Baden en Allemagne. Les tarifs sont attrayants : 3€ pour la piscine, 9€ pour la partie bien-être et santé, 7€ pour les activités aquatiques, 7€ pour la « remise en forme sèche » (massages…).

Les nouvelles pistes différentes

Les hypothèses du travail de l’adjoint au maire de Strasbourg, en charge du dossier, Olivier Bitz (PS) et encore moins les déclarations du président de l’Eurométropole Robert Herrmann (PS) ne laissent penser que de nouveaux services seront gérés par la collectivité. Il est officiellement question de confier ces extensions et les bains à des entreprises. Elles participeraient en échange aux travaux de rénovation. En revanche, il est toujours question d’utiliser la cour pour des activités de loisirs.

Membre du collectif « La Victoire pour tous », l’architecte Liane Zoppas pense que ces projections de l’époque peuvent faire rêver, mais ne risquent pas de se réaliser :

« Il est sûr qu’en pleine canicule, on se dit que cette piscine extérieure ferait le plus grand bien, mais avec ces tarifs annoncés, jamais une entreprise ne voudra investir un tel projet. Pour rentrer dans ses frais, il lui faudra pratiquer des prix bien plus élevés et donc non accessibles à tous. Les résultats de l’enquête de la SPL risquent d’être très différents. Un bassin de natation répondrait davantage aux besoins, il est impossible de nager correctement dans le centre-ville de Strasbourg. Le maire a indiqué que se serait avec un bail emphytéotique, donc très long, mais que se passera-t-il si une société veut s’arrêter au bout de quelques années ? »

Liane Zoppas s’étonne aussi que dans le programme du maire Roland Ries, la rénovation de la Victoire s’inscrivait dans le plan piscines 2010-2020. Il n’en est plus question aujourd’hui. Comme le relèvent les DNA, dans ces études les frais d’investissement étaient alors de 22 ou 23,6 millions d’euros selon le scénario, alors que les élus annoncent depuis un coût « entre 30 et 40 millions d’euros », sans plus de précisions. Leurs détracteurs les accusait de gonfler la facture réelle.

Lire l’article complet sur DNA.fr (accès abonnés)

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Un camp pour la « justice climatique » en Alsace

par Hélène Janovec. 409 visites. 6 commentaires.

Les maternités de Thann et d’Altkirch fermées dès novembre

par Pierre France. 792 visites. 5 commentaires.

L’A35 sera fermée une partie de l’été entre la Vigie et l’Elsau

par Hélène Janovec. 4 761 visites. 6 commentaires.