40 spectacles gratuits pour amener tous les Strasbourgeois vers le théâtre
Culture 

40 spectacles gratuits pour amener tous les Strasbourgeois vers le théâtre

Pour Stanislas Nordey, il est urgent que le théâtre aille à la rencontre des publics (Photo PF / Rue89 Strasbourg)

Pour Stanislas Nordey, il est urgent que le théâtre aille à la rencontre des publics (Photo PF / Rue89 Strasbourg)

VIDÉO. – Pour le nouveau directeur du Théâtre national de Strasbourg (TNS), Stanislas Nordey, il est urgent que d’autres publics viennent au théâtre. Pour les toucher, il propose « L’Autre Saison », une quarantaine de spectacles gratuits, dans et hors les murs du théâtre. Lectures publiques, spectacles intimes, les artistes invités sont associés à cette programmation parallèle, ainsi que les étudiants.

Qui va au théâtre ? Toujours les mêmes, regrette le nouveau directeur du Théâtre national de Strasbourg (TNS) Stanislas Nordey : ceux qui connaissent le chemin, ceux qui savent quand réserver leur place, ceux qui s’intéressent à la culture et qui peuvent, occasionnellement, dépenser 25€ pour une soirée. Stanislas Nordey les connaît bien, il espère qu’ils répondront présents aux spectacles qu’il a prévu pour eux dans le cadre de la saison officielle du TNS.

Mais l’ambition de Stanislas Nordey, son obsession depuis qu’il dirige des théâtres, c’est d’aller vers les publics plus difficiles à atteindre. Ceux qui n’ont pas les moyens, ceux qui craignent de s’ennuyer, ceux qui sont loin, ceux qui se couchent tôt… Pour tous ceux pour qui il est quasiment inconcevable de se retrouver un jour dans un fauteuil numéroté de la salle Koltès, Stanislas Nordey a conçu « L’Autre Saison » : 40 spectacles gratuits sur une centaine de dates, parfois au TNS, parfois ailleurs, parfois dehors.

Appel aux mécènes pour l’an prochain

Pour le directeur du TNS, il s’agit d’un « premier acte mais pas le seul » :

« L’Autre Saison est une action militante d’aller au contact. La mission d’un théâtre public est de s’intéresser à tous les publics. L’autre Saison sera le “bras armé” de cette politique mais nous allons également accroître les ateliers et la pratique, car on sait bien qu’on vient au théâtre lorsqu’on s’y est confronté. On est pour l’instant les seuls à financer cette saison mais l’an prochain, on sera peut être rejoints par des collectivités locales ou des mécènes. On expérimente, on se lance et on verra comment le public réagira, puis on s’adaptera. »

Stanislas Nordey assure que cette saison supplémentaire se finance « à moyens constants », grâce à l’affection de l’équivalent du budget d’un spectacle. Mais l’ajout d’une centaine de dates au programme déjà bien fourni du TNS va inévitablement produire une pression supplémentaire sur l’équipe des salariés. Des agents d’accueil et des techniciens seront probablement appelés en renforts, mais pour Stanislas Nordey, tout a été fait pour minimiser les frais :

« L’Autre Saison est un ensemble de rendez-vous de qualité, mais qui sont plus légers et plus simples à mettre en place que les productions habituelles du TNS. On fait appel aux artistes qui sont déjà présents dans le cadre de la saison principale par exemple, on sollicite les étudiants… Ça nous permet de réduire tous les coûts d’hébergement et d’installation. Ce sera très sain pour le TNS d’être à la fois capable de mettre en scène d’imposants spectacles et de déployer ces rendez-vous légers. »

Des réservations ouvertes au compte-gouttes

« L’Autre Saison » comprendra des lectures d’artistes, comme par exemple la présentation d’un texte sur les migrants « Un qui veut traverser » de Marc Soriano par Emmanuelle Béart, des spectacles comme un monologue par Denis Podalydès et aussi des expérimentations, comme quatre mises en scène différentes du même spectacle, Trust de Falk Richter par les élèves metteurs en scène de l’école du TNS. « L’Autre Saison » prévoit aussi des spectacles itinérants et des rencontres avec intellectuels, des « ateliers de la pensée » comme les appellent Stanislas Nordey, sur des thématiques issues des spectacles de la saison principale.

Pour éviter que les événements de cette saison ne soient tous réservés à l’avance, les réservations ne seront ouvertes qu’un mois avant chaque date, directement sur le (futur) site web du TNS.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 068 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 759 visites. 7 commentaires.

Municipales : Alain Fontanel officiellement candidat

par Rue89 Strasbourg. 2 524 visites. 21 commentaires.