Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
À la Meinau, le stade avant le stade
Société 

À la Meinau, le stade avant le stade

par Marie Marty.
Publié le 1 octobre 2015.
Imprimé le 17 juin 2021 à 07:17
10 304 visites. 4 commentaires.
Le Jadin Haemmerlé est un parc aux portes de Strasbourg, qui longe le Petit Rhin (Krimmeri) et accueille dès les années 1900 des activités footballistiques (DR)

Fin XIXème, le Jardin Haemmerlé est un parc aux portes de Strasbourg, qui longe le Petit Rhin (Krimmeri) et accueille dès les années 1900 des activités sportives (DR)

Au bout de la rue, la ville. – Stade, pont Suchard, École normale d’instituteurs. Du quartier de la Meinau, c’est ce secteur nord qu’en bons usagers du tram ou habitués des matchs de foot, l’on identifie souvent le mieux. Mais en connaît-on vraiment l’histoire et les contours ? Balade rue de l’Extenwoertfeld et alentours, au fil du Rhin Tortu, entre terrains de sport, jardins et villas.

C’est un petit périmètre situé à l’extrême nord-ouest du quartier de la Meinau, bordé à l’ouest par l’avenue de Colmar, dans la continuité de la route de l’Hôpital précédemment décrite, au nord par la voie ferrée Strasbourg-Kehl, à l’Est par le Rhin Tortu (ou Krimmeri), les rues des Vanneaux et Ciriers, et au sud par la rue du Général-Offenstein – du nom d’un baron d’Empire, général de la Grande armée de Napoléon 1er.

Là, se côtoient le stade de football et les installations nécessaires au fonctionnement du club, (ré)aménagés entre 1906 et 1984, l’École supérieure du professorat et de l’éducation (ex-IUFM), construite en 1871-77 et 2006, un parc et des jardins familiaux, ainsi qu’un morceau du « quartier des villas » édifié dans l’Entre-deux-guerres et jusque dans les années 1970.

Plan du secteur autour du stade de la Meinau (Google map)

Plan du secteur autour du stade de la Meinau (Google maps)

Un bout de ville plus récent que d’autres secteurs de la Meinau, telle, à l’ouest, la plaine des Bouchers (Metzgerau), occupée depuis 1321, d’abord pour faire pâturer le bétail avant l’abattoir, puis par des usines. Ou à l’Est, le domaine Schulmeister, édifié en 1807 autour d’un lac artificiel et d’un somptueux château (aujourd’hui détruit), et baptisé Mein Aue (ou « Ma prairie »), appellation dont le quartier a tiré son nom.

Poste d'aiguillage et voie ferrée datent de 1905 - Le pont Suchard prend le nom de l'usine de sucreries rachetée par Suchard en 1965 (Doc Archi-Strasbourg - Photos Quentin Bonvalot et MM)

Poste d’aiguillage et voie ferrée datent de 1905 – Le pont prend le nom de l’usine de sucreries rachetée par Suchard en 1965 – La ligne A du tram est mise en service en 1994 (Doc Archi-Strasbourg – Photos Quentin Bonvalot et MM)

A la place du Mac Do, une auberge ouvrant sur un parc

Là, l’auberge « Zur Oberburg » (voir photo plus haut) est installée vers 1850 sur le lieu-dit Extenwurths Feld (jusqu’en 1921). Situé au pied du pont Suchard, à l’emplacement de l’actuel Mac Donald, ce restaurant est à la porte d’un parc, le Haemmerle’s Garten ou Jardin Haemmerlé, où les Strasbourgeois viennent se promener le week-end et canoter sur le Krimmeri.

En 1906, le restaurant décide de louer une prairie du Jardin au Fussball Club Frankonia, fondé en 1900 par des Allemands venus à Strasbourg après l’annexion de 1871. Le club transforme progressivement le pré en terrain de football, en nivelant le sol et en installant des « poteaux de but noir et blanc ». Le FC Frankonia compte sur les promeneurs du dimanche pour s’attirer des spectateurs et installe une main courante autour de l’aire de jeu.

1919 : le FC Neudorf devient le RC Strasbourg

Après un âpre combat juridique, c’est un autre club, le Fussball Club Neudorf, renommé Racing Club de Strasbourg en 1919, qui signe, un peu avant la déclaration de guerre de 1914, un bail pour l’utilisation de cette prairie entourée de jardins familiaux. A cause de la guerre, il faut attendre 1921 pour que la première tribune en bois, avec places assises, soit construite. En 1930, en face, une deuxième tribune permet d’accueillir des supporteurs debout – c’est là désormais que bat le cœur de ce que l’on commence à appeler « le stade de la Meinau ».

La "tribune assise", construire en 1921, est d'abord un support publicitaire pour les automobiles Mathis, sponsor du RCS, avant de faire la promotion des Chaussures Lienhardt (Doc. "Racing 100 ans")

La « tribune assise », construire en 1921, est d’abord un support publicitaire pour les automobiles Mathis, sponsor du RCS, avant de faire la promotion des Chaussures Lienhardt – A noter : les gradins en terre battue ! (DR)

Tandis qu’en 1933, le RCS passe professionnel, en 1938, la Meinau accueille son premier grand évènement international : les huitièmes de finale de la Coupe du monde, opposant la Pologne au Brésil : 13 452 spectateurs payants, pour 20 000 personnes au total (voir photos ci-dessous).

La "tribune assise" (1921) et la "tribune debout" (1930) permettent d'accueillir jusqu'à 18 000 spectateurs par match (Doc. Wikipédia - "Racing 100 ans")

La « tribune assise » (1921) et la « tribune debout » (1930) permettent d’accueillir jusqu’à 18 000 spectateurs par match (DR)

À la fin des années 1940, la municipalité, propriétaire des lieux depuis 1927, décide de rénover le stade. Une nouvelle tribune d’honneur couverte en béton armé de 2 500 places et des nouveaux gradins sont inaugurés en 1951. Le stade, dédié jusqu’alors exclusivement au football, est doté d’une piste d’athlétisme comportant six couloirs. D’autres équipements sont créés, comme une salle d’éducation physique, une infirmerie et sept logements. Coût total de l’opération : 40 millions de francs.

La nouvelle tribune inaugurée en 1951 (Doc. Racingstub)

Les nouveaux équipements inaugurés en 1951 (Doc. Racingstub)

En 1978, rebelote : la municipalité décide de reconstruire le stade en vue du Championnat d’Europe de football de 1984 organisé en France. Les tribunes sont démolies et reconstruites une à une pendant cinq ans. Le tout, pour 117 millions de francs.

Pas de Coupe du monde 1998, par d’Euro 2016

En 1992, l’organisation de la Coupe du monde 1998 est confiée à la France. Un an plus tard, Michel Platini, coprésident du Comité français d’organisation, propose à la ville de Strasbourg d’agrandir la Meinau pour pouvoir y participer. Le coût de la remise à niveau s’élève à 200 millions de francs. Rédhibitoire pour la Ville, qui refuse finalement de rénover l’enceinte.

Plusieurs projets de rénovation ou reconstruction se succèdent ensuite. L’ancien joueur du club Marc Keller, devenu manager général en 2001 (et actuel président du RCSA !), prépare une possible extension de l’enceinte à 35 000 places, en augmentant la capacité des tribunes nord et Est. Ce projet, encore en discussion en 2006 sous la présidence de Philippe Ginestet, n’aboutit pas.

Exit l’Eurostadium, le stade restera à la Meinau

En 2008, émerge le projet de construction d’un stade multifonctionnel, baptisé Eurostadium. En ligne de mire : l’Euro 2016. Il est prévu que le stade soit financé sur fonds privés (groupe Hammerson) et que le RC Strasbourg en soit le « concessionnaire exploitant ». Doté d’une capacité de 42 700 places, le projet de nouveau stade (250M€) comprend également 90 000 mètres carrés de surface commerciale. Le tout, hors de la Meinau, à proximité de l’aéroport d’Entzheim. En 2009, le projet tombe à l’eau. Suit un autre montage de reconstruction sur site pour 85M€ porté par la Ville, mort-né lui aussi.

En haut, le projet d'Eurostadium, porté par le groupe Hammerson, en bas, le projet de la Ville - non-réalisé (DR)

En haut, le projet d’Eurostadium, porté par le groupe Hammerson, en bas, le projet de la Ville (DR)

Tandis que l’intérieur du stade vit au rythme des montées et descentes du RCS dans les tableaux nationaux, le voisinage, lui, est d’un calme olympien. Ainsi, entre le stade et le Krimmeri, est établie depuis 1871 l’École normale d’instituteurs, aujourd’hui École supérieure du professorat et de l’éducation, où sont formés les enseignants du primaire et du secondaire.

École d’instituteurs, avec vue sur le stade

De l’entrée, à hauteur de la station Krimmeri-Meinau, le visiteur a du mal à imaginer l’écrin de verdure incroyable dans lequel s’épanouissent bâtiments ancien (1871-77) et moderne (2006). La nature est présente partout, dans un parc, un petit jardin partagé, un friche épineuse. Le tout, avec vue sur les arcs en béton du stade.

Ancien et nouveau bâtiments de l'Ecole d'instituteurs, avec vue sur les arcs stade et jardin partagé (Photos Quentin Bonvalot)

Ancien et nouveau bâtiments de l’Ecole d’instituteurs, avec vue sur les arcs stade et jardin partagé (Photos Quentin Bonvalot)

En revanche, là où s’étendaient depuis 1703 le parc, les champs et la ferme de la famille Leitserberger, rebaptisés domaine de la Flachenbourg au tournant du XIXème siècle, il n’y a plus que du béton : le parking du stade, les rues de l’Extenwœrth, de Leitersberger et de la Flechenbourg (justement), où la municipalité à fait construire après 1934 un lotissement de villas et d’immeubles collectifs (ci-dessous).

A l'emplacement de la Flachenbourg, un parking et des immeubles (Photos Quentin Bonvalot)

A l’emplacement de la Flachenbourg, un parking et des immeubles (Photos Quentin Bonvalot)

 

Au sud du Jardin Haemmerlé, la ferme Flachenbourg voit progressivement ses activités disparaître au profit de la construction du "quartier des villas" (Doc. "La Flachenbourg")

Au sud du Jardin Haemmerlé, la ferme Flachenbourg voit progressivement ses activités disparaître vers 1930 (Doc. « La Flachenbourg »)

Quartier résidentiel des villas, dès les années 1930

Un peu plus à l’Est de notre secteur, la partie nord du « quartier des villas » profite à plein de la coulée verte aménagée autour du Krimmeri. Les rues Erard, Pleyer et Staedel font référence à des artistes, musiciens ou orfèvres, tandis que l’avenue Christian-Pfister doit son nom à un universitaire strasbourgeois des années 1920. A noter que ce secteur résidentiel, à l’urbanisme très homogène (1930-1970), est aménagé selon un quadrillage qui exclut toute centralité. Dès l’origine, les commerces sont implantés le long de la route de Colmar et sont rassemblés désormais plus au sud, autour de la Canardière et de l’Ile-de-France.

Coulée verte autour du Krimmeri, au nord du "quartier des villas" (Photos Quentin Bonvalot)

Coulée verte autour du Krimmeri, au nord du « quartier des villas » (Photos Quentin Bonvalot)

Curiosité enfin, découverte dans cette partie nord de la Meinau : l’espace mixte et incertain autour de la rue des Vanneaux, entrelacs de chemins non-carrossables, d’allées de jardins familiaux aux palissades hérissées de piques et de clous, de rues en cul-de-sacs et d’innombrables terrains de sport. Là, un ensemble de petits immeubles a été construit en 1995 et baptisé « Clos des Vanneaux », sur des terrains occupés auparavant par une fabrique de bougies.

Carte du secteur Meinau / nord-Est (Google map)

Carte du secteur Meinau / nord-Est (Google maps)

Jardin le long de la rue Stedael - Jardins familiaux imprenables (Photos Quentin Bonvalot)

Jardin le long de la rue Stedael – Jardins familiaux imprenables (Photos Quentin Bonvalot)

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : les articles de la rubrique « Au bout de la rue, la ville »

Sur Rue89 Strasbourg : le blog Fièvre bleue

Article actualisé le 02/10/2015 à 08h41
L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Interpellés pour terrorisme puis relâchés, quatre nouveaux Tchétchènes stigmatisés

par Stéphanie Wenger. 1 899 visites. 8 commentaires.

La Maison des associations condamnée pour le licenciement d’une salariée victime de harcèlement sexuel

par Pierre France. 891 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Zoo de l’Orangerie : la Ville veut obtenir de l’association gestionnaire la libération des animaux sauvages

par Manuel Magrez. 3 335 visites. 12 commentaires.
×