À Ottmarsheim, un engrais potentiellement explosif « géré comme du sable »
Vigies 

À Ottmarsheim, un engrais potentiellement explosif « géré comme du sable »

À LIRE SUR REPORTERRE

1 250 tonnes de nitrate d’ammonium et dix non-conformités aux règles de sécurité ! Ce cocktail potentiellement explosif est décrit dans une enquête du quotidien en ligne Reporterre. Un inspecteur de Groupama Grand Est a décidé de lancer l’alerte à propos des conditions de stockage dans une cooperative agricole à Ottmarsheim, dans le Haut-Rhin.

Une palette de sucre (à gauche) stockée au dessus d’une palette de sacs d’ammonitrate dans un hangar de la coopérative agricole céréalière d'Ottmarsheim. Le mélange des deux produits permet la création d’explosif. (Photo Reporterre)

Une palette de sucre (à gauche) stockée au dessus d’une palette de sacs d’ammonitrate dans un hangar de la coopérative agricole céréalière d’Ottmarsheim. Le mélange des deux produits permet la création d’explosif. (Photo Reporterre)

« Un sujet tabou dans le milieu de l’agriculture »

Le nitrate d’ammonium n’est pas dangereux tant qu’il reste pur, à température peu élevée. Mais il « peut se décomposer à partir de 210 °C et détonner dans un espace confiné », comme l’explique Reporterre. Le 21 septembre 2001, l’explosion d’un stock de cet engrais a fait 31 morts et plus de 2 000 blessés à Toulouse. À Ottmarsheim, le lanceur d’alerte a observé la « mise hors service volontaire de la détection incendie par l’exploitant » ou encore « l’absence de deux lances à incendie » et le manque « d’évacuation des fumées. »

Pour l’inspecteur de Groupama Grand Est, « l’ammonitrate est un sujet tabou dans le milieu de l’agriculture. » Interrogée par Reporterre, la coopérative agricole de céréales d’Ottmarsheim a affirmé que les normes étaient respectées. Alertée également, la Direction régionale de l’environnement (Dreal) relève des « non conformités » mais assure que l’exploitant a promis d’y mettre fin.

Le respect des règles de sécurité autour de l’engrais interroge. Reporterre rappelle l’explosion d’un silo à grain dans le port du Rhin à Strasbourg, le 6 juin dernier :

« Le bilan aurait pu être beaucoup plus élevé si les pompiers n’avaient pas évacué un stock de 447 tonnes d’ammonitrates situé à proximité du silo. »

La préfecture admet ici « une infraction à la réglementation ». Du côté de la Coopérative de Strasbourg, Reporterre a appris que « ce transit s’effectuait jusqu’ici de manière régulière sans soulever la moindre question ».

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Une marche dimanche contre le centre de primatologie

par Rue89 Strasbourg. 724 visites. 1 commentaire.

Ce week-end, le Selbst Gemacht à la Semencerie sera bien le dernier

par Pauline Ruhlmann. 1 306 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Mercredi, image rare d’une Justice accessible

par Pierre France. 1 112 visites. 3 commentaires.