À Souffelweyersheim, Bouddhistes laotiens et Alsaciens cohabitent depuis 25 ans
Société 

À Souffelweyersheim, Bouddhistes laotiens et Alsaciens cohabitent depuis 25 ans

actualisé le 02/08/2016 à 16h37

Vidéo – À Souffelweyersheim, bouddhistes laotiens et habitants cohabitent en harmonie depuis vingt-cinq ans. En 1991, cette communauté a installé son premier temple au cœur de ce village. Lieu de culte où vivent en permanence trois moines, c’est aussi un lieu de rencontres et d’activités autour des traditions laotiennes. Regards croisés entre ces deux cultures.

On arrive par une petite route, juste à l’entrée de ce village au nord de Strasbourg. Après les jardins ouvriers, nichée entre un petit bois, des champs et un court d’eau, une Pagode. Le chemin qui longe le temple est fréquemment emprunté par les joggeurs et les promeneurs. Vision insolite pour une balade dominicale dans le Ried d’Alsace.

Reportage en vidéo

Les Laotiens d’Alsace

Les Laotiens d’Alsace sont issus des boat-peoples, réfugiés politiques qui ont fuit leur pays par bateau dans les années 1970. Vatsana Luangkhot, en charge de la communication de l’association CLASBEC (Communauté Laotienne de Soutien aux Actions Bouddhiques Éducatives et Culturelles) et de la gestion du temple, dénombre actuellement 300 familles laotiennes en Alsace.

Ces laotiens pratiquent le bouddhisme Theravada dit « du Petit véhicule ». Il s’agit de la plus ancienne des écoles bouddhistes actuelles, présente surtout en Asie du sud-est.  Le Vénérable Khamdeng Alain Sengpraseuth explique :

« L’enseignement du Bouddha comporte 80 400 thèmes, dont trois fondamentaux : ne pas faire de mal à autrui, ne faire que de bonnes actions, maîtriser son esprit et sa pensée. »

Le moine, arrivé en France en 1986, s’est installé en Alsace et a endossé le rôle de « moine bâtisseur » à la demande de la communauté laotienne qui sollicitait un lieu de culte pour cette région.

Le Vénérable Khamdeng Alain Sengpraseuth (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Le Vénérable Khamdeng Alain Sengpraseuth (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Le temple actuel

Après quelques années passées dans un appartement puis une maison du village, les moines ont eu l’opportunité de racheter cette friche industrielle à la commune sise rue du Ried. Le bâtiment, laissé à l’abandon de nombreuses années, avait par le passé abrité plusieurs entreprises. C’est sur une volonté de l’ancien maire et sénateur, André Reichardt (LR), que le projet s’est concrétisé.

Sans fonds publics, la Pagode s’est construite grâce aux dons des fidèles et à la participation de nombreux bénévoles qui poursuivent encore aujourd’hui l’embellissement de ce lieu.
Les habitants de Souffelweyersheim qui connaissaient le bâtiment d’origine ont accueilli de façon positive sa réhabilitation en temple. D’autres découvrent aujourd’hui ce lieu avec étonnement.

« J’ai cru à un restaurant »

La boulangère du centre du village se souvient de la première fois qu’elle a vu la Pagode :

« J’ai cru que c’était un restaurant asiatique »

Si cette curiosité architecturale intrigue à première vue, ça ne lui a pas empêché de réussir son intégration dans le paysage alsacien.

« Il y a bien une église catholique, un temple… On n’a pas de synagogue mais on a un temple bouddhiste ! », s’amuse un client de la boulangerie.

Les personnes croisées dans les rues du village avaient toutes déjà entendu parler de ce temple bouddhiste.

Pagode Wat Simoungkhoune (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Pagode Wat Simoungkhoune (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Les relations avec les habitants du village

« Des habitants de “Souffel’” viennent nous apporter des offrandes et des packs d’eau, pour subvenir aux besoins des moines. »

Autant de marques d’attention qui, selon Vatsana Luangkhot, attestent des bonnes relations entre les habitants et la communauté laotienne. Sa femme, Khamphouvanh Luangkhot, vice-présidente de l’association CLASBEC, s’explique cette bonne intégration en partie parce que le Laos était sous protectorat français jusqu’en 1954. Ces Laotiens avaient donc déjà côtoyé la culture française quand ils vivaient au Laos. Et de conclure :

« Moi, mes ancêtres sont gaulois, c’est ce qu’on m’a appris ! »

Le maire du village, Pierre Perrin, confirme cette bonne entente :

« Nous allons l’un vers l’autre. Quand ils nous invitent nous participons à leurs fêtes et cultes. Et eux viennent à nos manifestations, qu’elles soient patriotiques ou festives. »

Moment clé de ce mélange des cultures, les Laotiens participent chaque année au marché de Noël du village avec un stand de spécialités culinaires asiatiques. La réputation de leurs nems conjuguée à leur gentillesse contribue résolument à en faire d’agréables voisins.

Au centre du village de Souffelweyersheim (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Au centre du village de Souffelweyersheim (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Des Alsaciens attirés par le bouddhisme

Serge est marié avec une Laotienne depuis vingt cinq ans. Cet Alsacien pratique le bouddhisme avec assiduité depuis deux ans :

« Le bouddhisme ce n’est pas vraiment une religion, c’est plus une façon de vivre, une philosophie »

Quand il vient au temple, il se sent beaucoup plus calme et reposé. D’autres Alsaciens participent régulièrement à la vie du lieu.

Séances des méditations pour les non-pratiquants

La Pagode organise sur demande des visites guidées pour des groupes avec, à l’issue, un repas asiatique préparé par les bénévoles. Marc, un retraité du village, garde un bon souvenir de la visite de la Pagode avec un club de loisir de la commune.

Ce qu’il aime dans la pensée bouddhiste c’est le fait d’« essayer de comprendre l’Homme et de se comprendre soi-même ». Des séances de méditations sont ouvertes aux non-pratiquants plusieurs fois par mois.

Un temple intégré dans le paysage du Ried. La Souffel longe le bâtiment. (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Un temple intégré dans le paysage du Ried. La Souffel longe le bâtiment. (Photo : FL / Rue89 Strasbourg)

Visiter le temple

Les visiteurs sont les bienvenus à la Pagode. Il suffit juste de passer un coup de fil avant de venir pour s’assurer d’être bien accueilli.

Quelques recommandations pour la visite à l’intérieur du lieu de culte : tenue correcte demandée, pensez à vous déchausser pour entrer dans la partie du temple, ne pas toucher les moines (en particulier les femmes qui doivent maintenir une certaine distance physique). Pour saluer : joignez les mains devant votre poitrine et inclinez la tête vers vos mains (tutoriel en image dans la vidéo !).

Les offrandes ne sont pas obligatoires. Si toutefois vous souhaitez apporter quelque chose, vous pouvez opter pour des dons en espèces ou en nature (nourriture et autres produits de la vie courante).

Pour voir l’extérieur, nul besoin de rendez-vous. Vous pourrez admirer le toit et les nombreuses sculptures de dragons dorés qui ornent le bâtiment. Entre les deux parties du temple, un bouddha est également visible depuis la rue.

« C’est en essayant de comprendre l’autre qu’on voit la différence et qu’on accepte la différence de l’autre », de conclure Khamphouvanh Luangkhot.

Et si vous voulez savoir comment on dit « hopla » en laotien, regardez la vidéo !

Y Aller

Association CLASBEC – Pagode Wat Simoungkhoune 1, rue du Ried 67460 Souffelweyersheim. Pour visiter l’intérieur de la pagode, appeler ce numéro avant de venir : 03 88 81 97 38.

L'AUTEUR
Fanny Laemmel
Fanny Laemmel
Journaliste vidéo - À cheval entre Strasbourg et Paris mais toujours à vélo !

En BREF

Les barrages sur le Rhin à l’abri de la libéralisation pour l’instant

par Claire Gandanger. 534 visites. 1 commentaire.

L’Université a dépensé 400 000€ pour garder ses bâtiments pendant les manifestations étudiantes

par Pierre France. 2 910 visites. 5 commentaires.

Aux Gay Games à Paris, ces Strasbourgeois combattent l’homophobie dans le sport

par Judith Barbe. 895 visites. 1 commentaire.