Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
À Strasbourg, la convergence des luttes se fête devant la gare
Société 

À Strasbourg, la convergence des luttes se fête devant la gare

par Victor Maire.
Publié le 20 décembre 2019.
Imprimé le 06 mars 2021 à 13:45
2 173 visites. 1 commentaire.

Après deux semaines de mobilisation contre la réforme des retraites, cheminots, enseignants, étudiants, Gilets jaunes ou encore archéologues précaires ont participé à une fête des grévistes devant la gare de Strasbourg jeudi. Objectif : maintenir le niveau de contestation et remplir les caisses de grève.

Pour un syndicaliste SNCF, l’objectif actuel est de maintenir le niveau de mobilisation après deux semaines de grève… et autant de salaires amputés pour les cheminots grévistes. (Photos Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)

Enseignants, archéologues, étudiants…

Des enseignants ont profité de l’atelier pancarte pendant la « fête des grévistes » du 19 décembre devant la gare de Strasbourg.
Nouveaux visages de la mobilisation strasbourgeoise, des archéologues se sont constitués en collectif pour dénoncer la précarité de leur métier.

Gilets jaunes et street-medics

Mobilisés depuis plus d’un an, les Gilets jaunes tenaient un stand lors de cette kermesse.
Parmi les nouveaux acteurs des manifestations strasbourgeoises, les street-medics se sont constitués en réaction aux violences policières qui ont émaillé les manifestations de Gilets jaunes.

Remplir des caisses de grève

Pour remplir les caisses de soutien aux grvistes, des gâteaux et des boissons étaient vendus à prix libre.
La convergence des luttes s’articule autour de la contestation du président de la République.
Article actualisé le 20/12/2019 à 11h58
L'AUTEUR
Victor Maire

En BREF

Deuxième pic de pollution de l’année, transports gratuits et vitesse abaissée jeudi

par Rue89 Strasbourg. 823 visites. 3 commentaires.

Christian Mestre démissionne de ses fonctions de déontologue de l’Eurométropole

par Jean-François Gérard et Félix Paulet. 1 600 visites. 2 commentaires.

Instrumentalisé, Christian Mestre se défend d’être « un suppôt de la Chine »

par Félix Paulet. 1 209 visites. 1 commentaire.
×