Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
L’académie de Strasbourg augmente son recours à des professeurs précaires en élémentaire
Société 

L’académie de Strasbourg augmente son recours à des professeurs précaires en élémentaire

par Guillaume Krempp.
Publié le 2 août 2021.
Imprimé le 19 septembre 2021 à 19:46
7 625 visites. 1 commentaire.

L’académie de Strasbourg a baissé le nombre de postes d’enseignants titulaires en école élémentaire à l’issue du concours 2021. Constatant par ailleurs une hausse du recours aux contractuels, plus précaires, les professeurs des écoles craignent une précarisation de leur métier.

« On entend partout que les professeurs des écoles manquent. Puis le rectorat baisse le nombre de postes de titulaires à l’issue du concours. » L’été sera éprouvant pour Sophie (le prénom a été modifié). Diplômée d’un master 2 en « Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (Meef) », la Strasbourgeoise de 24 ans ne sait toujours pas à quoi ressemblera sa rentrée. Sur liste complémentaire à l’issue du concours des professeurs des écoles, Sophie regrette la baisse de postes titulaires pour la rentrée 2021/2022 :

« Il y avait 320 postes proposés en 2019 et en 2020, mais seulement 250 en 2021. L’Education Nationale comble ses besoins en recrutant de plus en plus de contractuels. C’est décourageant, quand on a une formation et qu’on passe un concours, de se dire que des personnes diplômés d’une seule licence peuvent être embauchés pour faire le même travail, avec un contrat précaire (des CDD de 10 mois renouvelables six fois avec une rémunération plus faible, ndlr). »

Les sacs à dos d’élèves de l’école primaire Gutenberg à Strasbourg. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Postuler en contractuel ou se réorienter

Vu sa position sur la liste complémentaire, Sophie a peu d’espoir d’obtenir une place de titulaire. Lorsqu’elle candidate dans le secteur privé, les responsables d’établissements lui demande si elle est prête à renoncer à son statut de fonctionnaire :

« Cette situation me bloque pour chercher autre chose. Si je dis la vérité, aucun établissement privé ne prendra le risque de me voir rejoindre le public à la dernière minute. »

Après deux années d’études en master Meef, Sophie est amère : « Je l’ai en travers de la gorge ce master, avec lequel je ne peux rien faire d’autre, à part peut-être directrice de centre de loisirs… » D’autant qu’elle a été une étudiante brillante. Au second semestre de sa seconde année de master, elle a obtenu 17 de moyenne. Sophie hésite encore :

« Si en septembre, je n’ai rien, je postulerai en contractuel, à moins que je trouve un CAP qui me plait, quelque chose où je peux trouver du travail. »

Un manque de remplaçants depuis plusieurs années

Cette évolution dans le recrutement du rectorat de Strasbourg est d’autant plus étonnante que l’académie a connu d’importants problèmes de remplacement dans ses écoles élémentaires au courant de l’année scolaire 2020 / 2021. « Une centaine de classes n’ont pas été accueillies faute de remplaçant entre avril et juin 2021 », estime Didier Charrie, cosecrétaire général du syndicat d’enseignants Unsa 67. Interrogé sur le nombre précis de classes n’ayant pas eu de professeur pendant au moins une semaine, le rectorat esquive mais sur le nombre de contractuels, il précise :

« De 2018 à 2020, le nombre de professeurs des écoles contractuels était stable à hauteur de 100 personnels, ce qui correspond à 1,1% de la population enseignante de l’académie. En 2020 / 2021, il a été nécessaire de recruter 64 enseignants supplémentaires afin d’assurer le remplacement des enseignants absents pour des motifs liés à la crise sanitaire (personnels vulnérables ou cas contacts). »

Mais pour le professeur des écoles Didier Charrie, « il y a une nécessité d’embaucher du personnel enseignant pour pallier l’absence de moyens de remplacement suffisant. » Avec 38 ans de carrière, le représentant syndical rappelle que « les remplaçants ne servent pas seulement lorsqu’un enseignant est malade, ce sont aussi pour des enseignants en formation continue… Or, en raison du manque de remplaçants, les professeurs ne se forment plus. » Le syndicaliste Unsa évoque aussi trente postes de remplaçants supprimés pour la rentrée 2020 : « À la rentrée 2021, 15 postes on été recréés, mais on reste en solde négatif… »

Une réforme et de nouveaux professeurs, « étudiants contractuels alternants »

L’académie de Strasbourg rappelle que depuis « la refonte de la formation initiale des professeurs du premier degré mise en place à partir de la rentrée 2021 », elle dispose d’une nouvelle source de profils. Avec cette réforme, deux groupes d’enseignants entreront en fonction à la rentrée : ceux qui ont été admis au concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE), soit 250 personnes et « 120 étudiants contractuels alternants ». Il s’agit d’étudiants qui prépareront leur master 2 MEEF et seront invités à tenter le concours en 2022.

Le rectorat se veut donc rassurant : « Le recours à des enseignants contractuels correspond à un besoin ponctuel de compétences qui relève d’un ajustement des ressources. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Après l’évacuation du camp de la Montagne Verte, des personnes logées et des tentes subtilisées aux associations

par Thibaut Vetter. 4 151 visites. 8 commentaires.

Manifestation vendredi pour que MackNeXT aille se construire ailleurs qu’en zone protégée

par Martin Lelievre. 3 521 visites. 15 commentaires.

Cinq personnes logées après une tentative ratée d’ouverture de squat à la Meinau

par Martin Lelièvre. 7 974 visites. 4 commentaires.
×