« L’Arrosoir », un jardin partagé et convivial à Strasbourg cherche son financement
L'actu 

« L’Arrosoir », un jardin partagé et convivial à Strasbourg cherche son financement

« L’Arrosoir » est un jardin partagé en plein coeur du Neudorf à Strasbourg. Il sera inauguré le 22 avril et cherche à boucler le financement d’une serre, voire d’une terrasse couverte… Culture du houblon, ateliers de jardinage, fêtes de quartier… Ce jardin veut permettre aux voisins de se rencontrer, les pouces dans la terre ou non.

Un nouveau jardin partagé est en train de germer à Strasbourg – Neudorf. Le 22 avril, « L’arrosoir » sera inauguré par les associations « Akpé » et « Collectif Permis de Planter » à l’occasion des 48h de l’agriculture urbaine, événement national visant à promouvoir l’agriculture dans la ville. Chacun pourra y venir pour jardiner ou simplement s’asseoir. Les créateurs du projet imaginent un endroit où l’on se rencontre et où l’on organise des fêtes, pour développer la convivialité dans le quartier… Le ton est donné.

C’est notamment grâce à un financement participatif que ce site pourra voir le jour. Le premier pallier, fixé à 3 000 euros, servira à soutenir la création d’une serre. Plus de 50% des objectifs de cette quête auprès des Strasbourgeois étaient atteints le 14 mars. Les contributeurs ont jusqu’au 30 mars pour faire leurs dons via la plateforme KissKissBankBank. Si le deuxième pallier fixé à 5 000 euros est atteint, une terrasse couverte ainsi qu’une houblonnière pourront être financées. Et si les dons atteignent un montant de 7 000 euros, des toilettes sèches, un espace détente, des nichoirs à insectes et du mobilier intérieur pourront être installés.

Illustration du projet de jardin participatif à Neudorf. (doc remis)

Une pépinière et de la culture de houblon

« L’arrosoir » aura notamment pour rôle d’être une pépinière : des jeunes plants et des plantes comestibles y seront produits avec des techniques semblables à la permaculture (associations de végétaux, mimétisme des écosystèmes naturelles, etc.). Les écoles, les jardins partagés et les balconnières des habitants du quartier pourront ensuite accueillir ces plantes.

Plusieurs variétés de houblon seront plantées. Les habitants du quartier pourront apprendre à travailler cette culture emblématique de l’Alsace. Les nombreuses micro-brasseries strasbourgeoises pourront être approvisionnées en houblon biologique et issu de l’agriculture urbaine grâce à ce jardin.

Illustration du projet de jardin participatif à Neudorf. (doc remis)

Deux associations et la Ville de Strasbourg à l’origine du projet

L’Arrosoir sera créé sur ce qui est actuellement une friche, au croisement des rues de Soultzmatt et Saint-Erhart. La Ville, propriétaire des lieux, met à disposition ce terrain. En plus de cela, le service Espace Verts fournit gratuitement du matériel pour la fabrication du jardin partagé. Celui-ci est conçu pour être démontable et déplaçable à un autre endroit, au cas où la Ville décide d’un autre projet pour cet emplacement.

Martin Guillaumé, représentant légal, « parce qu’il en fallait un… », explique que toutes les décisions sont prises en commun : « C’est encore plus horizontal qu’horizontal. On décide de tout à travers l’échange. Quand il y aura plus de membres, on organisera des réunions, mais ça sera toujours pareil. ». Nicolas, l’architecte du projet, explique que les voisins directs accueillent bien l’idée. L’association « L’Arrosoir », qui a été créée le 13 mars, est composée à 70% d’habitants de Neudorf.

L’association « Akpé », à l’origine de ce jardin partagé d’un nouveau genre, est un collectif de jeunes architectes de l’INSA. Ceux-ci ont notamment participé à l’élaboration de la Maison citoyenne de Neudorf et de la rue piétonne du Jeu-Des-Enfants. Leur philosophie est de créer des lieux de vie durables et participatifs pour que les citoyens puissent s’approprier leur environnement direct.

De son côté, le « Collectif Permis de Planter » rassemble des associations et des citoyens de Strasbourg ayant pour objectif de promouvoir l’agriculture urbaine. Ils constituent un appui pour la création de nombreux jardins partagés. Pour ce collectif, garder les mains dans la terre permet aux citadins de ne pas couper leur liens avec la nature.

Aller plus loin

Sur KissKissBanBank : participer à la campagne de financement participatif

L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
infiltre Rue89 Strasbourg pour tenter de mettre un peu plus de vert dans les articles.

En BREF

Entre 1 500 et 2 000 Gilets jaunes à Strasbourg pour « l’acte IX »

par Pierre France. 3 241 visites. 10 commentaires.

Schiltigheim appelle ses habitants à corriger « trois erreurs historiques » pour ses transports

par Jean-François Gérard. 3 755 visites. 6 commentaires.

117 migrants mis à l’abri dans un gymnase pour l’hiver

par Pierre Petitcolin. 1 958 visites. 2 commentaires.