Au Ceaac, on puise des idées à l’open source
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts  blogs 

Au Ceaac, on puise des idées à l’open source

actualisé le 20/09/2015 à 21h40

Le Crassier - Viridis, la ferme à spiruline - Art Act (doc. remis - CEAAC)

Le Crassier – Viridis, la ferme à spiruline – Art Act (doc. remis)

Pour tous ceux qui se demandent à quoi sert l’art contemporain, Open Source interpelle avec sept positions critiques sur le monde actuel. Que leurs auteurs jouent sur l’ironie, la contestation ou la proposition de solutions concrètes, les œuvres apportent chacune leur pierre à l’édifice de la pensée d’un possible futur.

BlogThink global, act local – savez-vous d’où vient cette maxime désormais répandue ? Elle est attribuée à René Dubos qui l’a prononcée en 1972 lors de la première conférence des Nations Unies sur l’environnement – oui oui, le même rassemblement qui aura lieu pour la 21e fois à Paris en décembre. Avons-nous vraiment évolué dans ce sens depuis 40 ans ? Les mentalités semblent bouger lentement, mais le productivisme ne semble pas encore détrôné de son statut de modèle dominant.

Cependant, des procédés alternatifs sont nés au sein même de ce système. L’open source, qui a joué un grand rôle dans le développement de l’informatique, s’applique aujourd’hui à tous les domaines. Ce principe qui consiste à partager gratuitement un produit et à ouvrir sa conception et sa modification à tous, est né avec la conception des tous premiers logiciels. Il s’inscrit dans la mouvance générale vers une société plus collaborative et permet de contourner ou devancer les façons de penser et de consommer classiques.

Au CEAAC, les deux commissaires d’exposition regroupées sous le nom de COAL (Coalition poour l’art et le développement durable) en ont fait le dénominateur commun d’oeuvres qui s’approprient la production de nourriture, la pollution atmosphérique ou encore la colonisation de l’Arctique. Mais que peuvent apporter des artistes à ces sujets ? Lauranne Germond, l’une des membres de COAL, répond :

« Bien souvent, les nouveaux modèles et les initiatives sociales et militantes (par exemple ce qui relève de l’économie circulaire, de la re-création de lien social, de l’agriculture urbaine, … – ndlr) qui sont très répandues aujourd’hui ont été inventées ou inspirées par des artistes et des designers. L’approche artistique permet de prendre une distance critique,de pratiques et de confronter ces sujets à d’autres systèmes sur le plan esthétique et conceptuel. Ces projets ne visent pas forcément l’efficacité ou la reproductibilité, mais plutôt à isoler des phénomènes, à en étudier les formes et les modes de dissémination dans l’imaginaire collectif. »

Siren Shields - Hehe (doc. remis, CEAAC)

Siren Shields – Hehe (doc. remis)

Jouons aux flics et à l’apocalypse

Le hacking humoristique est l’une des portes d’entrées de l’exposition – d’ailleurs, on est accueilli dans la première salle par un énorme réflecteur de gyrophare bleu. C’est le duo d’artistes Hehe qui propose une parodie d’un logiciel de surveillance : un enregistreur se déclenche à chaque fois qu’une sirène se fait entendre. Au passage, cela souligne l’omniprésence des flics à la télé, comme en témoigne la riche récolte d’extraits obtenus en surveillant D8 ou TF1 (le logiciel est disponible gratuitement sur le site de Hehe).

Le Carassier - Viridis, la ferme à spiruline - Art Act (doc. remis)

Le Crassier – Viridis, la ferme à spiruline – installation vidéo interactive et objets, Art Act (doc. remis)

Si vous aimez les jeux vidéo, Viridis vous apprendra à survivre dans un monde post-apocalyptique où la spiruline est le « contre-poison vert » tout-puissant – en réalité, cette micro-algue a effectivement des propriétés nutritives et thérapeutiques étonnantes. Le jeu a d’abord été testé pendant une saison de culture, où les artistes se sont faits fermiers, connectés en permanence à une communauté de joueurs.

Un système de vote permettait de participer aux décisions de la ferme, et un flux Twitter informait de l’évolution des algues, des conditions climatiques, … Aujourd’hui, le jeu existe pour le plaisir et la pédagogie, puisqu’il est effectivement possible d’y apprendre la culture de la spiruline. Certains joueurs se sont même constitués en groupes indépendants, animant des forums et partageant des documents sur le sujet.

The Sea, Ice and Tundra Papers & Circumpolar Phoenix - Arctic Perspective Initiative (photo CM - Rue89Strasbourg)

The Sea, Ice and Tundra Papers & Circumpolar Phoenix – Arctic Perspective Initiative (photo CM – Rue89Strasbourg)

Des aspects méconnus de la géopolitique

La grande salle du CEAAC est comme en habit de parade avec ses 33 drapeaux suspendus en rangs serrés. Ils représentent les peuples de la région circumpolaire qui, s’ils ne totalisent que 4 millions de personnes, occupent la région depuis des millénaires et se battent pour leur survie, directement confrontés aux effets du réchauffement climatique. L’Arctic Perspective Initiative, qui présente cette installation, intervient sur place de façon concrète, en commençant par consulter les populations (une logique pas toujours respectée par les politiques).

Il en ressort des moyens de communication pour relier les habitants entre eux, des plans gratuits pour fabriquer des générateurs solaires ou des serres de culture hydroponique : par le partage des savoir-faire et des initiatives, la région peut espérer un dynamisme et une reconnaissance de sa valeur culturelle. On s’arrêtera d’ailleurs sur la très instructive carte du cercle polaire où se confrontent les toponymes pré-coloniaux inuits et les lignes d’avancée des compagnies pétrolières, gazières, minières.

Public Smog - lettres, images et démarches, Amy Balkin (doc. remis)

Public Smog – lettres, images et démarches, Amy Balkin (doc. remis)

L’artiste Amy Balkin s’intéresse à l’air que nous respirons tous et au système des crédits carbone, qui permet aux industries d’acheter leur droit à polluer. Source d’injustices entre les pays, ce système est inévitablement relié à leur situation économique et politique. Et il sous-entend que l’air est privatisable. Public Smog propose aux particuliers de racheter ces crédits afin de les sortir du marché, dans l’idée de préserver l’air comme le bien commun qu’il doit rester.

En réalité, peu de crédits carbone ont été rachetés, et les démarches de l’artiste auprès de l’UNESCO pour faire classer l’atmosphère au Patrimoine de l’humanité n’ont pas abouti. Peu importe : elle a le mérite de poser des questions qui dérangent, et de préparer le terrain pour une nouvelle pensée.

Embankment - Rachel Whiteread, l'une des oeuvres qui sera exposée dans le cadre d'ArtCop21 (doc. remis)

Embankment – Rachel Whiteread, l’une des oeuvres qui sera exposée dans le cadre d’ArtCop21 (doc. remis)

ArtCop21 : le pendant artistique de la COP21

Dans le même esprit qu’Open Source, COAL travaille actuellement sur un projet de grande envergure : l’ArtCop21 regroupera toute une série de manifestations artistiques, de rencontres et de débats autour de la COP21, en décembre à Paris. En partant du constat que le grand public avait difficilement accès à la COP, exclusivement relayée par des discours économiques, politiques et scientifiques pas très attractifs, COAL a entrepris de donner la parole aux artistes. Lauranne Germond explique :

« Il y aujourd’hui une scène qui allie transformation sociétale et acte créatif qui émerge partout dans le monde mais qui manque trop souvent de visibilité.  Nous sentons les gens prêts au changement, mais ces nouvelles propositions ne bénéficient pas de la portée marketing des modèles traditionnels qui ont une force de frappe nettement supérieure. »

Car ces « modèles traditionnels » ne commencent-ils pas à sérieusement fatiguer ? Ils sont ancrés mais ne font plus rêver ni espérer… Les formes d’art promues par COAL nous proposent des projections plus intéressantes, elles racontent l’avenir. L’écologie sans représentations, sans images et sans récits, ressemble àune recommandation de principe un peu embêtante, alors que c’est aussi une question de culture : quelque chose qu’on peut partager entre humains, au-delà de la politique et de l’économie.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Catherine Merckling
Catherine Merckling
La curiosité est un moteur, et il ne faut pas s'arrêter quand elle nous amène à des choses qu'on ne comprend pas au premier abord. Une forme de divagation constructive qui peut aussi se laisser émerveiller par la beauté et le ressenti !

En BREF

Entre 1 500 et 2 000 Gilets jaunes à Strasbourg pour « l’acte IX »

par Pierre France. 3 241 visites. 10 commentaires.

Schiltigheim appelle ses habitants à corriger « trois erreurs historiques » pour ses transports

par Jean-François Gérard. 3 755 visites. 6 commentaires.

117 migrants mis à l’abri dans un gymnase pour l’hiver

par Pierre Petitcolin. 1 958 visites. 2 commentaires.