Élise, collégienne à Hautepierre : « Antigone est grave courageuse »
Société 

Élise, collégienne à Hautepierre : « Antigone est grave courageuse »

actualisé le 12/06/2018 à 16h17

Le 13 mars, Élise Nguyen passe le premier tour du concours d'éloquence Ogma. La collégienne de Hautepierre devra répondre à la question : "Sommes-nous destinés à faire nos choix?" (Vidéo Slimani Salem & Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Mardi 13 mars, Elise Nguyen passera le premier tour du concours d’éloquence Ogma. La collégienne de Hautepierre devra répondre à la question « Sommes-nous destinés à faire nos choix ? » Son discours est déjà prêt : la jeune fille y fait l’éloge de la liberté individuelle. Grâce à ce texte, elle espère aussi inciter ses amies à « ne pas se laisser marcher dessus ». Première épisode avec Elise, que Rue89 Strasbourg suivra pendant cette compétition oratoire à trois tours.

À quelques jours du concours d’éloquence Ogma, Elise Nguyen, 14 ans, n’est pas stressée. L’élève du collège Erasme à Hautepierre est aussi confiante que sa mère, Sandrine Grasser, est fière. Mardi 13 mars, l’adolescente fera face à un jury composé d’avocats, d’étudiants en droit et d’une metteuse en scène strasbourgeoise. Le président de l’association D-Clic, à l’origine de cet événement, évaluera aussi le discours de la jeune fille. Lors du premier tour de la compétition, 20 collégiens des quartiers prioritaires de la ville (QPV) se succéderont pour démontrer leurs talents oratoires.

De gauche à droite : Camille Timmerman, chargée de mission pour l’association D-clic, Elise Nguyen et sa mère, Sandrine Grasser. (Photo GK/ Rue 89 Strasbourg/ cc)

La collégienne et Najat Vallaud-Belkacem

Encouragée par sa professeure de français, Elise s’est lancée dans l’aventure. Cet enthousiasme n’est pas nouveau chez l’adolescente. En juin 2016, elle rencontrait Najat Vallaud Belkacem. L’ex-ministre de l’éducation s’était rendue au collège Erasme de Hautepierre pour observer le dispositif des « cordées de la réussite ». Il permet d’accompagner les élèves des réseaux d’éducation prioritaire. Aujourd’hui, Elise fait aussi partie d’un programme de Sciences-Po Strasbourg. Avec neuf autres camarades du collège Erasme, elle présentera bientôt un exposé sur l’Union Européenne face à des enseignants de l’Institut d’Etudes Politiques et d’autres personnalités.

Dans sa main gauche, couverte d’un fin tatouage au henné, Elise tient le texte qu’elle lira face au jury. La question imposée lui convient parfaitement : « Sommes-nous destinés à faire nos choix ? » La collégienne au regard plein d’assurance pense que oui. Son discours est une ode à la liberté individuelle et à la prise de risque :

« Trop peu nombreux sont ceux qui osent se démarquer des autres, qui assument leurs choix, ou encore qui osent dévier le chemin qui leur est tracé. […] Je peux vous assurer que beaucoup de personnes prendraient le chemin de la sûreté. Mais nous, nous allons oser. Oser nous diriger vers le chemin qui nous intrigue, et pas seulement suivre les autres. Nous allons être la personne, la seule et l’unique, à choisir ce que nous voulons réellement. »

« Je prends la parole pour qu’elles osent aussi le faire »

En cours de français, sa matière préférée, Elise a trouvé une figure inspirante pour rédiger son texte : Antigone, qui enterre son frère malgré l’interdiction du roi de la cité. La collégienne explique son admiration pour le personnage de Sophocle :

« C’est une jeune fille qui décide de faire ses propres choix. Je trouve qu’elle est grave courageuse. Antigone ose et elle n’a pas peur du regard des autres. »

Elise souhaite aussi transmettre cette indépendance à ses amies. La jeune fille se rêve pédopsychiatre plus tard. Son objectif : aider les autres. Un but qu’elle poursuit aussi à travers sa participation au concours d’éloquence :

« Dans mon cercle d’amies, certaines filles manquent de confiance en elles. Elles se laissent marcher sur les pieds. Je pense qu’elles ne devraient pas avoir peur qu’un garçon soit « mieux » qu’une fille. C’est aussi pour ça que j’essaye de prendre la parole. Pour leur montrer qu’on peut s’exprimer et qu’elles osent aussi le faire. »

Sa personnalité préférée : Michelle Obama

Interrogée sur sa personnalité préférée, Elise répond sans hésitation : Michelle Obama. Le sourire aux lèvres, elle explique son admiration pour l’ancienne première dame des Etats-Unis :

« C’est une femme hyper inspirante. Elle ose. En fait, c’est toute sa prestance et sa façon de s’exprimer, de donner des conseils aux gens. Je pense que c’est une des meilleures femmes de nos jours. »

L’association D’Clic a organisé une journée de préparation pour les futurs orateurs. Avec des élèves de la faculté de droit de Strasbourg, les collégiens ont appris à défendre un sujet, à oser s’exprimer en public. « Un avocat nous a aussi envoyé des conseils, ajoute Elise, sinon on aurait été complètement hors-sujet. » En plus, la collégienne a regardé « plein de vidéos sur Youtube » pour observer « comment se tenir, comment susciter des émotions dans le public et captiver son attention. »

Les deuxième et troisième tours du concours d’éloquence auront lieu le 20 mars et le 12 avril. Rue89 Strasbourg couvrira chaque étape que passera Elise. Prochain épisode de cette série : mercredi 14 mars.

Aller plus loin

Sur The Conversation : pourquoi les concours d’éloquence se multiplient ?

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Des traces de sang retrouvées dans l’appartement du suspect de l’enlèvement de Sophie Le Tan

par Jean-François Gérard. 3 538 visites. 6 commentaires.

Disparition d’une étudiante de 20 ans à Schiltigheim, un homme de 58 ans en garde à vue

par Pierre France. 6 110 visites. 1 commentaire.

La deuxième version du futur Parc des expositions sera en bois

par Jean-François Gérard. 1 904 visites. 8 commentaires.