Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Avec masque obligatoire, le festival des Arts dans la Rue rend hommage aux héros du quotidien
Culture 

Avec masque obligatoire, le festival des Arts dans la Rue rend hommage aux héros du quotidien

par Manuel Avenel.
Publié le 27 juillet 2020.
Imprimé le 25 septembre 2021 à 04:34
2 567 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le festival des Arts dans la Rue de Strasbourg se tiendra du vendredi 7 au dimanche 9 août. Une sixième édition avec masque obligatoire en « hommage aux centaines d’actions portées par des héros du quotidien durant la période morose que nous avons traversée ».

Pour sa sixième édition, le festival des Arts dans la Rue (FARSe) sera dédié aux héros et héroïnes du quotidien. Du vendredi 7 au dimanche 9 août, 18 compagnies de théâtre, de cirque ou d’art de rue livreront 49 spectacles en plein air à Strasbourg.

Lucile Rimbert, la nouvelle directrice artistique du festival, entend « rendre hommage aux centaines d’actions portées par des héros du quotidien durant la période morose que nous avons traversée. » Les représentations porteront sur le métier d’éboueur, mais aussi le « justicier masqué, le père célibataire inconsolable, (…) la femme active workaholic (accro au travail, ndlr), les aventuriers écologistes… »

Du 7 au 9 août, 18 compagnies de théâtre, de cirque ou d’art de rue livreront 49 spectacles en plein air à Strasbourg. (Doc remis)

Mettre en avant de nouveaux héros

Le vendredi 7 août, l’association des clous mettra en scène Christine, un personnage à mi-chemin entre une boxeuse et un clown. Gants aux poings et nez rouge sur le visage, cette battante loufoque parle de ses combats quotidiens dans un spectacle sur la résilience.

Bousculant le stéréotype du super-héros viril, le spectacle des 7 et 8 août « Ne le dis surtout pas » prône la tolérance. Dans cette représentation, le personnage principal, homosexuel, vit avec cette phrase de sa mère, entendue ado : « Ne le dis surtout pas à ton père, sinon il va me quitter ! » La nouvelle directrice artistique a souhaité une programmation qui « décale les regards sur des figures du quotidien, grâce à l’art et l’imaginaire ».

Les samedi 8 et dimanche 9 août, une pièce de théâtre burlesque rendra hommage à la profession d’éboueur, place du Quartier Blanc. Le public y découvrira une troupe transformant les outils de travail en instruments de musique, le tout « sous l’influence rigoureuse et délirante de leur chef ». D’après Guillaume Libsig, adjoint à la maire en charge de la vie associative et de l’animation urbaine, ce spectacle doit fournir « un prétexte pour rire à côté d’une personne qu’on ne connait pas dans un espace ouvert ».

Au courant du week-end, les artistes du Théâtre de l’Unité improviseront un « Parlement de rue « , place de la République. Les spectateurs seront invités à voter des lois proposées par des habitants.

Un public moins nombreux est attendu cette année (Document remis)

Masques obligatoires et gestes barrières 

« L’extérieur nous protège », a voulu rassurer le Dr Alexandre Feltz, adjoint à la maire, chargé de la santé publique et environnementale. Les masques seront obligatoires pour assister à un spectacle lors du festival. Par souci écologique, l’élu municipal incite à privilégier les masques en tissu réutilisables et à laisser les masques chirurgicaux au personnel soignant, malades et personnes à risque. Plus de 70 bénévoles assureront une distribution régulière de gel hydroalcoolique. Le Dr Feltz parle d’une philosophie de réduction des risques visant à « rire sans souffrir ».

Une jauge variable selon les spectacles

En raison de la crise sanitaire, les organisateurs s’attendent à une affluence restreinte. Le festival sera en « libre accès mais dans la limite de places disponibles », annonce Guillaume Libsig. Les critères des jauges dépendront des spécificités de l’événement et de la capacité d’accueil de la place du spectacle (cour Rohan, place Hans Arp ou place du Quartier Blanc). Aucun nombre de places n’a pourtant pu être communiqué. 

L’organisation du FARSe a préféré passer à sept lieux de spectacle pour délaisser les plus grandes places. Exit la place Kléber destinée à l’accueil d’un public jugé trop nombreux. Même constat pour le « FARSe des minis ». L’édition destinée aux plus jeunes se tiendra dans la cour de l’école Pasteur, et non aux Docks d’été comme c’était le cas depuis 2015.

Aller plus loin

Sur Strasbourg.eu : tout le programme du Farse

Sur Facebook : la page du FARSe

Article actualisé le 07/08/2020 à 10h42
L'AUTEUR
Manuel Avenel
Manuel Avenel
Étudiant en Histoire et Sciences Po, en stage de journalisme de juillet à septembre 2020.

En BREF

Faible opposition contre MackNext à Plobsheim, commune rurale rattrapée par l’urbanisation

par Martin Lelievre. 1 425 visites. 17 commentaires.

Visites de quartier, ateliers et spectacles : Hautepierre fête ses 50 ans

par Martin Lelievre. 626 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’évacuation du camp de la Montagne Verte, des personnes logées et des tentes subtilisées aux associations

par Thibaut Vetter. 4 347 visites. 8 commentaires.
×