Bataille du siège: après le lobby politique, le lobby citoyen
L'actu 

Bataille du siège: après le lobby politique, le lobby citoyen

La page Facebook "Vers un siège unique du Parlement européen à Strasbourg" a atteint les 10 000 fans (DR)

La page Facebook « Vers un siège unique du Parlement européen à Strasbourg » a atteint les 10 000 fans il y a quelques jours (DR)

Alors que la Ville de Strasbourg vient de créer une « Task Force », lobby politique de défense la présence du Parlement européen à Strasbourg, un lobby, citoyen quant à lui, prospère sur Facebook. La page « Vers un siège unique du Parlement européen à Strasbourg » a été lancée il y a quelque mois, en réaction à la création d’un autre groupe de pression animé par Edward Mc Millan Scott, eurodéputé anti-Strasbourg, qui tente de réduire petit à petit la durée des sessions du Parlement de Strasbourg.

Les créateurs de la page, qui comptabilise aujourd’hui plus de 10 100 fans, précisent :

« Le groupe de pression [de l’eurodéputé britannique], intitulé « Single seat », fait miroiter aux eurodéputés, et surtout à leurs staff d’assistants parlementaires, un arrêt des navettes mensuelles, en visant une centralisation d’à peu près tout à Bruxelles, y compris les institutions localisées à Luxembourg – où se trouve l’administration du Parlement et où se déroulent aussi des réunions des ministres européens. »

Leur lobby citoyen, une page « lancée par quelques internautes s’étant contactés par Facebook, sans couleur politique, aucune intention associative, juste des internautes choqués par l’idée de centralisation à l’échelle européenne, dont nous souffrons déjà assez à l’échelle nationale » réfléchit à un argumentaire pro-Strasbourg et diffuse des informations sur la bataille du siège.

Les idées défendues par ce groupe de pression informel :

« 1. Strasbourg est la capitale parlementaire de l’Europe depuis 1949 pour des raisons historiques bien connues et les symboles historiques sont indispensables à l’existence d’une union politique.

2. L’Union Européenne ne peut pas exister si elle prétend se bâtir sur un modèle centralisé à la façon des Etats, avec une capitale unique, écrasante et politiquement impopulaire comme Washington, Londres ou Paris. Aujourd’hui, l’Europe a 3 voire 4 « capitales » identifiées selon les fonctions assez précises et c’est le meilleur équilibre qui soit. L’UE a part ailleurs, volontairement, installé des « agences » et autres institutions importantes dans tout un tas de pays de l’UE, sachant bien que l’idée d’une « capitale » centralisant tout serait totalement inenvisageable par les gouvernements comme par les peuples.

3. Le PE est la SEULE institution importante de l’UE ayant son siège en France. Son siège a été fixé définitivement (en principe…) à Strasbourg en 1992, en parallèle de la désignation de Francfort comme siège de la Banque centrale européenne.

4. Pour finir, l’argument porté par les « anti-Strasbourg » de la nécessité pratique et économique d’avoir « un seul lieu de travail » pour le seul Parlement Européen (actuellement divisé entre Strasbourg et Bruxelles) est, par contre, une évidence tellement flagrante qu’il parait vain de vouloir contrer leurs arguments en ne revendiquant pas, en face, la « concentration » des activités parlementaires à Strasbourg. »

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Municipales : Robert Herrmann ne se présentera pas

par Jean-François Gérard. 1 713 visites. 10 commentaires.

Aux urgences de Strasbourg, la grève suspendue à 50 lits

par Lola Scandella. 751 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Tous les moyens de transport « doux » se valent-ils ?

par piet. 910 visites. 2 commentaires.