Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Black blocs, cortège féministe,  archéologues précaires… Les nouveaux visages des manifestations strasbourgeoises
L'actu 

Black blocs, cortège féministe, archéologues précaires… Les nouveaux visages des manifestations strasbourgeoises

par Victor Maire.
Publié le 18 décembre 2019.
Imprimé le 15 août 2022 à 03:45
5 893 visites. 1 commentaire.

La mobilisation contre la réforme des retraites a connu un regain important à Strasbourg. Entre 7 et 10 000 personnes ont manifesté dans la journée du 17 décembre, contre environ 3 000 une semaine plus tôt. Ces manifestations successives dévoilent de nouveaux visages dans les protestations strasbourgeoises, entre black bloc, cortège féministe ou encore archéologues précaires…

Entre 7 500 et 10 000 personnes ont manifesté à Strasbourg le 17 décembre contre la réforme des retraites. Notre comptage fait état de 7 500 personnes tandis que d’autres sources font état de 10 à 12 000 personnes. (photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg)

Black blocs et lettres violettes

Les Black blocs sont de plus en plus visibles dans les manifestations strasbourgeoises. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)
En arrière-plan, la banderole du cortège féministe : « Macron, Etat, Patriarcat, battez en retraite » (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)

Étudiants en cortège de tête

Les étudiants constituaient le gros du cortège de tête, ici quai des Bateliers. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)
Un manifestant joue du tambour devant le cortège avant d’arriver place de la République. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)

Archéologues et antifas

Place de la République les archéologues dénoncent la précarité de leur métier. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)
En fin de manifestation deux solutions s’offrent aux participants : occuper le Shadok pour le bloquer ou participer à une Assemblée générale de Gilets jaunes. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)
Un groupe de Black blocs et de manifestants se dirigent vers le Shadok avec objectif de l’occuper. La police s’empresse de bloquer les passerelles. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg / cc)
Ne pouvant aller au Shadok, des manifestants reviennent au campus universitaire pour assister à la fin de l’AG interprofessionnelle. (Photo Victor Maire / Rue89 Strasbourg)
Article actualisé le 20/12/2019 à 11h01
L'AUTEUR
Victor Maire
Stagiaire de Rue89 Strasbourg, élève du bac pro "photographie" au Lycée Notre-Dame de la Providence à Saint-Dié-des-Vosges

En BREF

Retour de la Grande braderie ce samedi : transports gratuits et sécurité renforcée

par Lucie Lefebvre. 1 576 visites. 7 commentaires.

L’association Deaf Rock veut continuer d’accueillir des services civiques

par Pierre France. 817 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pollution du Rhin après l’incendie d’un centre de tri de déchets industriels

par Nicolas Cossic. 3 430 visites. 2 commentaires.
×