Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Aidez la brasserie de Niederhausbergen à se relocaliser
Economie 

Aidez la brasserie de Niederhausbergen à se relocaliser

par Pierre France.
Publié le 13 janvier 2017.
Imprimé le 24 octobre 2021 à 21:38
7 062 visites. 2 commentaires.

La brasserie artisanale La Mercière, implantée à Niederhausbergen, a trouvé une nouvelle maison pour s’agrandir. Mais elle est à Cosswiller, à 30 km de l’Eurométropole et beaucoup de travaux sont à prévoir. Aussi le couple de brasseurs fait appel à ses soutiens pour les aider à franchir cette étape délicate.

Franck Julich ne s’imaginait pas un jour quitter la maison qu’il a retapée, impasse Mercière à Niederhausbergen. Sa famille habite depuis cinq générations dans ce village au nord-ouest de l’Eurométropole de Strasbourg. Son plan pour la vie était simple : installer sa brasserie artisanale sur un terrain familial et vivre en circuit court avec sa femme Imène et ses trois enfants. Mais c’était sans compter les plans du maire du village, Jean-Luc Herzog, lequel ne veut pas d’une brasserie sur ce terrain, qu’il destine à de futures activités municipales.

Pour le maire, vice-président de l’Eurométropole à l’artisanat, la brasserie doit s’implanter dans une zone artisanale, à l’extérieur du village et qu’importe si le projet prévoit une boutique et un tiers-lieu pour les habitants. Face au blocage et au harcèlement administratif et judiciaire du maire, Franck et Imène Julich se sont résolus à quitter Niederhausbergen, la mort dans l’âme après avoir fait le constat qu’ils n’avaient ni le temps ni l’énergie pour mener une guerilla judiciaire contre Jean-Luc Herzog.

Ils ont trouvé une ferme à Cosswiller, près de Wasselonne, qui leur permettrait d’héberger à la fois leur domicile et une brasserie suffisamment grande. Franck et Imène Julich prévoient également d’y créer une boutique dédiée aux circuits courts et un refuge de campagne pour accueillir des stammtischs sur les savoirs anciens et des soirées pour les habitants des environs. Le site permettrait même d’accueillir, plus tard, une micro-malterie biologique.

Les bâtiments attenant à la ferme sont suffisamment grands pour accueillir les projets de développement de La Mercière (doc remis)

Avec 130 000€, sauvez le brasseur

Pour acheter la ferme, le couple va revendre sa maison de Niederhausbergen et contracter un prêt-relais. Mais le déménagement, la rénovation et le raccordement de la brasserie aux réseaux d’assainissement sont hors de portée de l’entreprise artisanale. Le développement exponentiel de l’activité (de 100 à 700 hectolitres en quatre ans) permettait de financer une extension en douceur sur le terrain familial voisin, pas le déménagement dans une ferme relativement isolée.

En outre, les installations actuelles dans la cour de leur propriété à Niederhausbergen ont un caractère transitoire : l’autorisation municipale pour les chapiteaux qui abritent les cuves n’est valable que jusqu’en août et, compte-tenu de la dégradation de leurs relations avec le maire, Franck et Imène Julich craignent d’être contraints à tout démonter s’ils n’ont pas déménagé avant.

Du coup, Franck et Imène Julich font appel à tous leurs soutiens pour les aider dans ce projet. Ils ont mis en place un financement participatif avec deux paliers. Avec 70 000€, Franck et Imène Julich parviendront à déménager les cuves, à les installer à Cosswiller et à raccorder la grange aux réseaux d’assainissement et d’électricité. Le couple espère que les soutiens exprimés pendant l’été et ensuite se mobiliseront suffisamment pour atteindre 130 000€. Avec cette somme, La Mercière pourra installer une unité de brassage supplémentaire ainsi qu’une laveuse de fûts automatique.

La campagne de financement doit durer jusqu’à mi-mars. Elle est hébergée par le site Bulb in town, qui se spécialise sur les projets de d’économie solidaire et durables. Une soirée de lancement est prévue samedi au Local, un bar de la Krutenau alimenté en bières de la Mercière, à Strasbourg.



Aller plus loin

Sur Bulb In Town : soutenir la brasserie La Mercière

Article actualisé le 17/01/2017 à 15h36
L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 521 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 113 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 605 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×