Tout neuf, l’Institut de cancérologie de Strasbourg brise patients et personnels
Société 

Tout neuf, l’Institut de cancérologie de Strasbourg brise patients et personnels

Deux mois à peine après son ouverture, fin novembre, le personnel de l’Institut de cancérologie de Strasbourg Europe (ICANS) est déjà au bord de la rupture.

Les murs sont flambant neufs mais le personnel est à bout de souffle. L’Institut de cancérologie de Strasbourg Europe (ICANS) a ouvert en novembre à Hautepierre. Cette nouvelle structure est née d’un partenariat public-privé entre le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Strasbourg et le Centre de lutte contre le cancer (CLCC) Paul Strauss.

Plus de 110 millions d’euros ont été investis dans la construction et l’équipement d’un nouveau bâtiment sur le site de l’hôpital de Hautepierre. Mais le manque de personnel et les difficultés liées à un déménagement précipité poussent les équipes à bout.

Plus de 20 km par jour pour les brancardiers

Salariés et délégués syndicaux évoquent des soignants en pleurs dans les couloirs. Ils observent aussi une recrudescence de démissions et d’arrêts de travail… avec des remplaçants difficiles à trouver.

Pour les représentants syndicaux de l'ICANS, le nouvel Institut de cancérologie de Strasbourg Europe est démesuré par rapport au nombre de salariés censés le faire fonctionner.
Pour les représentants syndicaux de l’ICANS, le nouvel Institut de cancérologie de Strasbourg Europe est démesuré par rapport au nombre de salariés censés le faire fonctionner. (Photo Nathalie Stey / Rue89 Strasbourg / cc)

Pour ses concepteurs pourtant, l’ICANS représente l’avenir et une qualité améliorée de prise en charge des patients. La direction l’assure : 

« La période d’emménagement s’est déroulée sur plusieurs semaines ; ce transfert d’activités graduel a permis de maintenir des conditions optimales de soin et d’accueil des patients. »

Thierry Fels, délégué syndical CFDT du centre Paul Strauss et manipulateur en radiologie, dénonce au contraire la précipitation avec laquelle s’est fait le déménagement :

« La montée en charge de l’activité a été exponentielle, sans que les professionnels n’aient eu le temps de s’approprier le bâtiment. Le déménagement n’a pas été pensé au niveau de son impact sur les individus : on n’a pas pris en compte les énormes distances à parcourir par exemple. »

Dans le nouveau vaisseau de 30 000 mètres-carrés sur 7 étages, deux fois plus grand que le centre Paul Strauss, les manipulateurs en médecine nucléaire parcourent jusqu’à 12 kilomètres par jour et les brancardiers, plus de 20 kilomètres !

La nuit, c’est la débrouille en sous-effectif

L’absence de brancardiers la nuit et les week-ends pose des problèmes aux équipes soignantes. Internes et infirmières sont parfois obligés de quitter le service pour assurer en urgence le transfert d’un malade…

Peu avant les fêtes de fin d’année, un patient décédé est resté plusieurs heures dans sa chambre. Il n’y avait plus de brancardier en service et le personnel soignant n’a pas eu le temps d’assurer le transfert du corps à la morgue… Ce sont finalement des membres de la direction, présents ce soir-là pour une fête de fin d’année, qui ont assuré son acheminement.

Alain (le prénom a été modifié), professionnel au sein de l’ICANS, témoigne :

« Il n’y a qu’un seul interne de service la nuit et le week-end, là où auparavant il y en avait deux. Il aura fallu attendre deux mois pour qu’ils aient chacun un badge leur donnant accès à l’ensemble des services dont ils ont la charge. On attend qu’un jour il y ait deux problèmes urgents à résoudre en même temps pour que cela bouge enfin ! »

Le 17 décembre 2019, les internes manifestaient devant l'Agence régionale de santé, à Nancy, pour notamment dénoncer les conditions dans lesquelles s'effectuent les gardes de nuit et de weekend.
Le 17 décembre 2019, les internes de l’ICANS manifestaient devant l’Agence régionale de santé, à Nancy, pour dénoncer les conditions dans lesquelles s’effectuent les gardes de nuit et de week-end. (Photo SAIHCS)

Pour Lucas Gauer, président du Syndicat autonome des internes des Hospices Civils de Strasbourg, l’absence de brancardier et de coursier la nuit ajoute à la carence générale relevée dans la région. Selon le responsable syndical, les hôpitaux publics de Strasbourg, Colmar et Mulhouse ne disposent pas de suffisamment de postes d’internes pour assurer les gardes de nuit et du week-end.

À l’origine, l’ICANS devait reprendre la patientèle des deux pôles de soin du centre hospitalier de Hautepierre et du centre Paul Strauss en mobilisant les 600 salariés du CLCC et 200 agents mis à disposition par le CHU. Mais selon Thierry Fels, délégué syndical CFDT : 

« Le CHU n’a pas mis suffisamment de professionnels à disposition de l’ICANS pour faire le travail. »  

70 000 € de traitements oncologiques jetés à la poubelle

La fusion a abouti à une augmentation considérable de l’activité sans que les effectifs aient été adaptés. C’est le cas, par exemple, dans le service de préparation des traitements en médecine oncologique : sans personnel supplémentaire, cette section doit désormais préparer les poches de transfusion de l’ensemble des malades traités à l’ICANS.

Ce service est toujours assuré dans l’ancien bâtiment du centre Paul Strauss, près de l’Hôpital civil. Son déménagement dans le nouveau bâtiment de l’ICANS n’a pas été prévue. Pour cela, des travaux supplémentaires doivent être engagés. Ils ne devraient pas s’achever avant plusieurs années.

En attendant, les traitements en médecine oncologique doivent être préparés à l’avance avec le risque qu’ils ne soient plus adaptés à l’état du patient au moment de leur administration. De nombreuses doses ont d’ores et déjà dû être jetées, pour un coût estimé, selon les syndicats, à 70 000 €. Des séances de traitement ont ainsi été reportées d’une semaine, au détriment des patients concernés.

Des patients sans médicament pour leurs douleurs

Les médicaments classiques sont fournis par la pharmacie du CHU. Leur délivrance nécessite désormais une prescription informatisée. La procédure est censé apporter plus de sécurité mais dans la pratique, elle rencontre vite ses limites, comme le souligne Alain :

« Les médecins n’ont pas toujours le temps de prescrire dans l’urgence. Dans ce cas, les infirmières ne peuvent pas soulager les patients. »

En oncologie médicale, la nuit comme le week-end, il y a deux infirmières et une aide-soignante pour 25 lits. Et comme l’explique Alain :

« La toilette ne peut pas être faite tous les jours pour les malades invalides, qui constituent au moins 80% des patients. Le week-end, il n’y a pas assez d’agents de service hospitalier (ASH), les chambres ne sont pas nettoyées tous les jours et les lits restent avec des traces de selles sur les draps. »

Dans le hall d'accueil de l'ICANS, les admissions sont assurées dans des boxes étroits et totalement impersonnels et les patients appelés par leur numéro.
Dans le hall d’accueil de l’ICANS, les admissions sont assurées dans des boxes étroits et totalement impersonnels et les patients appelés par leur numéro. (Photo NS / Rue89 Strasbourg / cc)

Les malades deviennent des clients

Même cadence à l’hôpital de jour. Une centaine de patients s’y succèdent de façon minutée pour l’administration de leur traitement. Certains médecins se désolent de cette frénésie qui a des conséquences sur la prise en charge :

« Aujourd’hui, je ne demande plus à mes patients comment ils vont, parce que je n’ai pas le temps d’écouter leur réponse. Les malades ne sont plus des patients, mais des clients.« 

Un professionnel de la structure estime que la tarification à l’activité a aussi des conséquences négatives. Un soin complétant le traitement (une transfusion par exemple) devra être programmé un autre jour que le soin en cancérologie, afin de permettre une seconde facturation. Même si cette organisation impose des trajets supplémentaires à des personnes fragiles…

Une balance pour 5 médecins

Pour ausculter leurs patients, les médecins doivent se battre pour trouver un tensiomètre. Ils partagent une même balance, récupérée au centre Paul Strauss, pour 5 boxes de consultation. Or, selon Alain :

« Ce matériel existait dans l’ancien bâtiment, mais beaucoup d’appareils ont été jetés parce qu’il ne répondaient plus aux normes. »

Et s’il faut des examens radiologiques, mieux vaut les prévoir suffisamment à l’avance. En dehors des affections du sein ou de la thyroïde, les tests sont réalisés sur le nouveau plateau technique du CHU (Hautepierre II), lui même débordé. Alors, comme l’indique un médecin du service :

« Pour avoir les résultats à temps, de plus en plus de patients sont envoyés dans le privé. » 

Le service de médecine nucléaire de l’ICANS fonctionne quant à lui avec 300 demandes d’examen en attente. Sur place, Thierry Fels témoigne :

« On est 22 manipulateurs au total, pour 19 équivalents temps plein, alors qu’il en faudrait 24. Sur ces 22 personnes, deux sont enceintes et ne peuvent donc travailler en radiologie, une a démissionné et une autre a demandé à travailler ailleurs. Ça nous laisse 4 personnes le matin et 4 personnes l’après-midi, sur deux machines, pour traiter 52 patients par jour, soit une personne toutes les dix minutes. À ce rythme, les échanges sont forcément limités et j’ai l’impression de ne plus être qu’un travailleur à la chaîne. Moi qui ai choisi ce métier parce que j’aime les relations humaines, je me retrouve à faire de l’abattage. »

Le 19 décembre 2019, les quatre syndicats présents au sein de l'ICANS (FO, CFDT, CFE-CGC, UNSA) dénonçaient l'épuisement professionnel vécu par le personnel et le manque d'écoute de la direction.
Le 19 décembre 2019, les quatre syndicats présents au sein de l’ICANS (FO, CFDT, CFE-CGC, UNSA) dénonçaient l’épuisement professionnel vécu par le personnel et le manque d’écoute de la direction. (Photo Thierry Fels / doc remis)

Mobilisation d’une intersyndicale

Excédés par ces conditions de travail qui remettent en cause les « valeurs des centres de lutte contre le cancer, » les quatre syndicats représentés au centre Paul Strauss ont appelé le personnel à faire grève dès le 19 décembre. Tant au centre Paul Strauss qu’au CHU, les instances syndicales avaient voté contre la nouvelle organisation des différents services de l’ICANS, mais les directions avaient passé outre.

Le mouvement du 19 décembre ne s’est pas prolongé, mais il aura permis, selon Philippe Sébastian, délégué syndical FO (majoritaire), de faire comprendre à la direction que le personnel est capable de se mobiliser :

« Une cinquantaine d’embauches a ainsi été réalisée depuis le début de l’année par le centre Paul Strauss. »

Un chiffre confirmé par la direction de l’ICANS qui reconnaît, dans un courrier en réponse aux questions de Rue89 Strasbourg :

« La conjoncture régionale et nationale tendue rend les embauches difficiles sur de nombreux emplois hospitaliers, ce qui nécessite de repenser certaines organisations. La stabilisation du fonctionnement dans un bâtiment neuf nécessite tout naturellement des ajustements. Durant cette phase, être à l’écoute des difficultés et des nouvelles idées portées par les acteurs est une priorité. »

En juin 2018, le suicide du Dr Stéphanie Jost sur son lieu de travail, au centre Paul Strauss, avait bouleversé toute la communauté de professionnels y travaillant. Un an et demi et une fusion plus tard, les leçons de ce drame restent encore à tirer.

L'AUTEUR
Nathalie Stey
Journaliste spécialisée dans les questions économiques. Ma marotte depuis vingt ans : les voies d’eau, et tout ce qui se passe autour.

En BREF

Pratiques mafieuses à Eyyub Sultan, la réponse d’Eyup Sahin et Lokman Arslan

par Rue89 Strasbourg. 1 078 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’Université fabrique à chômeurs ou tremplin social ? Mercredi soir au CSC du Marais

par Jean-François Gérard. 543 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

11e manifestation contre la réforme des retraites jeudi

par Pierre France. 1 270 visites. 6 commentaires.