L’excellent Café de la Biennale prolongé jusque fin mars
Culture 

L’excellent Café de la Biennale prolongé jusque fin mars

actualisé le 25/02/2019 à 23h06

Les amateurs de bonne musique peuvent se réjouir, le Café de la Biennale, qui squatte une partie de l’ancien Hôtel des postes, gardera ses portes ouvertes jusqu’au 31 mars. L’endroit, ouvert depuis le 21 décembre à l’occasion de la Biennale d’Art Contemporain, s’est fait une place remarquée dans l’univers culturel strasbourgeois grâce à une programmation à la fois pointue et ambitieuse. L’endroit, coincé entre l’avenue de la Marseillaise et l’avenue de la Liberté, est parvenu à programmer 32 dates en 10 semaines, avec parfois des stars internationales comme Omar Suleyman ou Zombie Zombie…

La cour intérieure de l'Hôtel des Postes constitue un cadre exceptionnel (Photo Bartosch Salmanski / Facebook)

La cour intérieure de l’Hôtel des Postes constitue un cadre exceptionnel (Photo Bartosch Salmanski / Facebook)

L’occupation d’une partie de l’Hôtel des Postes de Strasbourg par la Biennale d’art contemporain et son exposition « Touch me » devait initialement se terminer le 3 mars. La rénovation de cet ensemble exceptionnel de la Neustadt par Bouygues Immobilier devait suivre, en vue d’y installer des logements de luxe, des bureaux de luxe, une résidence de luxe pour personnes âgées et une brasserie (probablement de luxe).

Cadre majestueux, programmation ambitieuse

Mais finalement, l’ensemble des Strasbourgeois dispose d’un nouveau sursis pour profiter de ce cadre historique et majestueux, oscillant entre inspirations médiévales et néo-gothiques. La nouvelle de la prolongation de la Biennale est arrivée en fin de semaine dernière, elle a été accueillie avec soulagement par l’équipe du Café comme l’explique Alexandre “Rob” Bureau, le gérant :

« Faire vivre un lieu comme ça, en hiver, avec de telles charges, on savait que ce serait compliqué. Même s’il n’y a pas de loyer, il a fallu isoler le bâtiment, le sonoriser et louer l’ensemble du matériel de bar et audio… Avec cette prolongation, on va pouvoir développer une activité de terrasse et ça devrait nous permettre d’équilibrer l’économie de cette opération. Mais ce ne sera clairement pas l’affaire la plus rentable de ma carrière ! »

Les facétieux Guillaume et Fabien de Bâle Tragique (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Les facétieux Guillaume et Fabien de Bâle Tragique (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Et de fait, l’équation est compliquée puisque la jauge du Café de la Biennale est limitée à 250 personnes. Difficile dans ces conditions d’accueillir des grands noms de la scène, sans subvention et en gardant des prix d’accès relativement bas. C’est pourtant ce qu’a réalisé Elsa Plaza, la programmatrice du Café :

« On est en déficit sur l’activité des concerts, c’est clair. Pour certains concerts, comme Omar Suleyman, on a même dépassé nos limites maximales de cachets… Mais bon, voilà, on eu cette opportunité et Omar Suleyman cherchait aussi à se produire dans de plus petites salles donc il y avait un créneau. Même chose pour Zombie Zombie, c’était assez compliqué techniquement de les accueillir mais ça a permis de faire plaisir à près de 300 personnes, donc ça valait le coup. À 12 ou 15€, ce sont clairement des concerts cadeaux pour les Strasbourgeois. »

Suite à la prolongation, Elsa s’est remise au travail pour remplir l’agenda de mars du Café de la Biennale. Aucune date ne peut encore être annoncée au moment de rédiger ces lignes, mieux vaut garder ses antennes en alerte.

Aller plus loin

Sur Facebook : la page du Café de la Biennale

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Stade de la Meinau : 100 millions et 4000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 293 visites. 5 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 360 visites. 1 commentaire.

Un numérique éco-responsable est-il possible ?

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.