« À quoi bon lutter ? » Des militants à la recherche d’impact au « Camp climat »
L'actu 

« À quoi bon lutter ? » Des militants à la recherche d’impact au « Camp climat »

actualisé le 18/08/2020 à 19h39

Une centaine de militants écologistes alsaciens ont rendez-vous à Schiltigheim et à l’Euroasis du jeudi 20 au dimanche 23 août. Ils doivent se former à différentes techniques pour améliorer l’efficacité et l’impact des actions écologistes à venir.

La centaine de places du Camp climat de Strasbourg a vite trouvé preneur. Prévu du jeudi 20 au dimanche 23 août à la Maison des sociétés à Schiltigheim et à l’Euroasis à Strasbourg, ce séminaire de formation pour militants écologistes est organisé par Alternatiba, les Amis de la Terre et ANV-Cop 21 dans une trentaine de villes de France.

Fin juillet, des militants écologistes se sont retrouvés au camp climat de Blacé, dans le Rhône. Une trentaine de camps climats sont prévus durant l’été en France (Photo Lucas Laemmel / doc remis)

Le camp climat de Strasbourg propose une trentaine de rendez-vous auxquels les participants doivent s’inscrire. Il s’agit principalement d’ateliers avec des sujets comme « Coopérer efficacement au sein d’un collectif » ou « coordonner une action de désobéissance civile », mais il y a aussi des tables-rondes ou des « lectures collectives. »

« Améliorer les compétences des militants écolos »

Coordinateur du camp climat strasbourgeois, Tom Baumert précise :

« L’objectif du camp est de faire monter en compétences les militants, pour qu’ils puissent à leur tour organiser des actions efficaces afin de sensibiliser aux enjeux climatiques. On invite aussi des experts, afin de parfaire les connaissances sur la biodiversité ou la désertification par exemple… Ce sont des sujets qui peuvent être techniques. »

Chaque participant a contribué à hauteur de 10 à 15€ au budget de ce camp, qui avoisine les 3 000€. La question de l’impact des luttes écologistes sera au coeur des échanges avec, « la redéfinition de la notion de victoire, » pense Tom Baumert :

« Quand on lutte pendant plusieurs années contre le Grand contournement ouest (GCO, voir tous nos articles ndlr), est-ce qu’on peut parler de victoire sur le capitalisme ? Que s’est-il passé finalement pendant ce temps-là ? »

« À quoi bon lutter ? » est le titre, un brin provoquant, de la table-ronde du samedi soir. Elle accueillera Alma Dufour, chargée de campagne des Amis de la Terre et engagée contre le déploiement des entrepôts d’Amazon (dont deux sont en projets rien qu’en Alsace) et Mickaël Kugler, qui avait activement lutté contre le GCO.

Un village associatif pour le grand public

Les ateliers auront lieu principalement dans les locaux de la Maison des sociétés, prêtés par la Ville de Schiltigheim tandis que le parc de l’Euroasis accueillera un camping. Tom Baumert précise les raisons de ce double lieu :

« Une composante importante des camps est d’installer une vie en communauté, afin d’échanger et d’apprendre à se connaître entre militants. Et pour ça, le parc de l’Euroasis à la Robertsau est formidable. Mais les bâtiments sont encore inexploitables, donc on a dû trouver une solution ailleurs pour les ateliers. »

Les contraintes sanitaires ont limité la jauge maximale de ces deux sites à une centaine de personnes. Les inscriptions ne sont plus possibles mais le grand public est attendu à un village associatif, jeudi 20 août de 17h à 20h dans le parc de la maison des sociétés à Schiltigheim.

Y aller

Village associatif, jeudi 20 août de 17h à 20h, Maison des sociétés, 1 rue de la Patrie à Schiltigheim.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Une opposition au conseil municipal de Niederhausbergen

par Pierre France. 2 318 visites. 4 commentaires.

Enfants et professeurs éprouvés par une rentrée ratée à l’école maternelle Gutenberg

par Guillaume Krempp. 3 684 visites. 1 commentaire.

Un médecin de Brumath condamné à six mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel

par Guillaume Krempp. 3 465 visites. Aucun commentaire pour l'instant.