Catherine Trautmann et Sandrine Bélier sorties, séisme à Strasbourg
Politique 

Catherine Trautmann et Sandrine Bélier sorties, séisme à Strasbourg

actualisé le 26/05/2014 à 11h56

Catherine Trautmann dimanche soir au Parlement européen (Photo PF / Rue89 Strasbourg)

Catherine Trautmann dimanche soir au Parlement européen (Photo PF / Rue89 Strasbourg)

Les deux eurodéputées phares de Strasbourg, Catherine Trautmann (PS) et Sandrine Bélier (Verts), n’ont pas été réélues. Comme ailleurs en France, le Front National est arrivé en tête dans le Grand Est, la formation est passé de un à quatre élus.

C’est peu dire que l’ambiance était morose au Parlement européen dimanche soir à Strasbourg. Les vainqueurs du soir veulent abattre cette institution alors évidemment, les petits-fours de la petite réception arrangée à la va-vite pour la soirée électorale avaient comme un goût.

Les deux eurodéputées qui représentaient Strasbourg au sein de l’hémicycle européen ont été battues. Catherine Trautmann, après 20 années passées au Parlement européen, paie à la fois le désaveu du gouvernement, de François Hollande et les choix du bureau national du Parti socialiste, qui l’a rétrogradée en seconde position. Avec 13,15%, la liste socialiste arrive loin derrière les prévisions, qui la plaçaient aux alentours de 17%, un score qui aurait permis la réélection de Catherine Trautmann.

« Le FN a surfé sur le mécontentement »

Arrivée tardivement au Parlement européen, l’élue socialiste a exprimé sa déception et surtout sa révolte de perdre son siège face au Front National, un mouvement qu’elle a toujours combattu férocement :

« Le Front National n’a rien apporté dans cet hémicycle pendant cinq ans », a-t-elle précisé dimanche soir, entourée de plusieurs élus socialistes strasbourgeois. Catherine Trautmann n’a maintenant plus d’autre mandat que celui de conseillère municipale. Le maire Roland Ries a vertement réagi lui aussi en indiquant que « la stratégie Martin » n’avait pas fonctionné.

Roland Ries avait évoqué qu’en cas de défaite de Catherine Trautmann, il modifierait la composition de l’exécutif du conseil municipal, afin de faire une place à sa prédécesseure au poste de maire de Strasbourg. Il devra se pencher sur cette question ces jours-ci…

Sandrine Bélier accuse le choc

Jean-Luc Schaffhauser élu… à Paris

A noter que le score du Front National a permis l’élection d’un « strasbourgeois », Jean-Luc Schaffhauser. Le conseiller municipal de Strasbourg était 4e sur la liste du FN en Île-De-France et a été élu. Il devient le seul élu strasbourgeois de l’hémicycle européen. Mais on voit mal Roland Ries lui confier la tête de la « task force » en défense du Parlement européen de Strasbourg…

L’autre séisme de cette élection a été le score de Sandrine Bélier (EELV), divisé par deux par rapport à 2009. Avec 6,36% des voix, l’élue strasbourgeoise, ancienne directrice d’Alsace Nature, ne parvient pas à sauver son siège. L’élue a été très affectée par son score, qu’aucun sondage ne prédisait (les Verts étaient situés entre 9 et 11% selon les instituts). Selon elle, c’est toute la classe politique qui est sanctionnée :

« Je pensais qu’on serait dans la tendance nationaliste européenne, autour de 15% de voix pour le FN. Mais là, à 25%, ça veut dire que le FN a conquis au-delà de ses bases électorales… C’est très grave, on s’est tous fait rejetés parce qu’on n’a pas su apporter les bonnes réponses à la crise économique. Je me suis engagé il y a cinq ans pour lutter contre la désaffection vis à vis de la politique et la situation est encore pire qu’avant. Le coup est très rude. Je vais devoir transmettre certains dossiers que j’étais quasiment seule à porter et je ne serai pas de la bataille contre Tafta… »

N’ayant aucun autre mandat, conformément aux engagements des écologistes, Sandrine Bélier se retrouve donc sur le marché de l’emploi. Seule consolation, le groupe écologiste au Parlement européen progresse, ce qui est un véritable succès quand tous les groupes des partis de gouvernement reculent.

À Strasbourg aussi, forte mobilisation du FN

Le Front National a certes progressé en nombre d’électeurs, mais c’est la démobilisation des autres électeurs qui accroît son score. Ainsi à Strasbourg, 8 507 personnes ont voté FN dimanche, soit 700 de plus qu’au premier tour des élections municipales. Mais avec une abstention touchant plus de 58% des électeurs Strasbourgeois, le FN affiche 14% des suffrages exprimés, un score jamais atteint depuis 1989 par le parti d’extrême-droite et qui lui permet d’arriver en tête dans de nombreux bureaux de vote.

Carte des bureaux de vote strasbourgeois - cliquez pour voir le détail.

Carte des bureaux de vote strasbourgeois – cliquez pour voir le détail.

Parmi les quelques 42% de Strasbourgeois ayant voté, c’est Edouard Martin qui est arrivé en tête (23,25% des suffrages exprimés), soit 10 points de plus que dans la circonscription Est quand même… Peut-être aussi une consolation pour Catherine Trautmann et Roland Ries.

Une autre consolation pour les deux Strasbourgeoises battues pourrait être qu’elles n’auront pas à siéger dans un parlement où le nombre de ceux qui veulent le supprimer a cru de près de 30% !

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : les résultats détaillés à Strasbourg

Sur Rue89 Strasbourg : les résultats par commune dans le Bas-Rhin

Sur le site du Parlement européen : les résultats des élections 2014

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur les élections européennes

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Un ras-le-bol de tous bords, rencontres avec des « gilets jaunes »

par Guillaume Krempp. 2 547 visites. 26 commentaires.

Le camp de la rue des Canonniers évacué, le trottoir bloqué

par Pierre France. 1 796 visites. 9 commentaires.

GCO : Le tribunal administratif pourrait annuler l’arrêté sur les travaux préparatoires

par Jean-François Gérard. 4 159 visites. 33 commentaires.