Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Après la France forte, l’Europe forte de Sarkozy
Politique 

Après la France forte, l’Europe forte de Sarkozy

par Pierre France.
Publié le 22 mars 2012.
Imprimé le 16 août 2022 à 11:45
1 275 visites. 9 commentaires.

Sarkozy à Strasbourg (Photo PF)

Le slogan déployé jeudi soir lors du meeting de Nicolas Sarkozy à Strasbourg n’était guère original, mais avait le mérite de la simplicité : une France forte dans une Europe forte. Et pour conduire la France ? Un homme fort alors ? Nicolas Sarkozy se pose en garant de la stabilité, une posture encore accentuée après les évènements de Toulouse.

Jeudi dès 13 heures, Nicolas Sarkozy s’est livré à un de ses exercices favoris : annoncer un train de mesures législatives après un fait-divers. Campagne en pause ou pas, le président de la République n’a pu s’empêcher de lancer deux mesures :

« Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement. Désormais, toute personne se rendant à l’étranger pour y suivre des travaux d’endoctrinement, des idéologies conduisant au terrorisme sera punie pénalement ».

Or le chef de l’Etat a oublié un détail : les députés ont fermé l’Assemblée nationale et sont allés défendre leurs sièges dans leurs circonscriptions, en vue des élections législatives de juin. Ces annonces, présentées comme des actions de l’Etat, ne sont en fait que des promesses électorales. Du reste, mettre en place une surveillance des sites visités par les internautes pour détecter s’ils sont islamistes, terroristes ou extrémistes, risque d’être très complexe à mettre en œuvre, sans parler des coûts politiques.

Une foule de 8 à 10 000 personnes au Hall Rhénus

Nicolas Sarkozy a donc réitéré ces annonces en préambule de son meeting de Strasbourg, au Rhénus jeudi soir. Il sait que se poser en garant de la République, en gardien des institutions, lui va bien :

« Nous ne devons pas transiger sur les droits et les devoirs. Nous ne devons pas transiger sur le respect dû aux institutions de la République, à l’autorité de l’Etat, à la police, à la justice et à tous ceux qui dans la société incarnent la République. »

La foule des 8 à 10000 sympathisants venus de tout l’est de la France, déjà bien chauffée par le discours de Jean-François Copé dénonçant des tentatives de « récupération » des drames de Toulouse par la gauche, exulte à cet instant. Les valeurs de la République parlent à ces militants, c’est pourquoi Nicolas Sarkozy a choisi ce thème pour parler de l’Europe.

Sarkozy a plaidé pour plus d’Europe, mais laquelle ?

Utilisant un extrait du discours de 1947 de De Gaulle à Strasbourg, ce qui est osé pour parler d’Europe, Nicolas Sarkozy a mis en avant que l’Europe était une aventure d’Occidentaux et qu’elle devrait le rester. Les Turcs sont priés d’aller toquer à une autre porte…

Tranchant avec le discours sur Schengen, le discours de jeudi soir était beaucoup plus favorable à l’Union. Nicolas Sarkozy a plaidé pour une Europe protectrice, bienveillante, solidaire, moins bureaucratique… Après avoir chassé sur les terres des eurosceptiques, le Président a dépeint jeudi soir une Europe que ne renierait pas François Bayrou :

« L’Europe qui ne se préoccupe que de ses consommateurs et jamais de ses producteurs et de ses travailleurs est une Europe condamnée parce qu’un consommateur qui perd son emploi et son salaire ne peut plus consommer grand chose. Il faut faire l’Europe de la production et de l’emploi. L’Europe a besoin d’une politique commerciale et industrielle, elle a besoin de protéger son agriculture et de réserver une part de ses marchés publics à ses entreprises. »

Faudra-t-il choisir ? Pas nécessairement puisque pour Nicolas Sarkozy, il y a trois Europe : celle de l’euro, celle de Schengen et celle englobant aussi le reste des 27 pays membres de l’Union. Si la première Europe a vocation à étendre son intégration politique à tous les secteurs, le reste peut attendre. Quant à l’Europe de Schengen, la France doit s’en méfier. Tout un programme pour le quinquennat à venir.

Revoir la vidéo du meeting

Images fournies par l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy.

Relire les commentaires

Cliquez ci-dessous pour relire les commentaires publiés lors du discours de Nicolas Sarkozy.

Pour aller plus loins

Voir les réactions des militants à l’issue du meeting en vidéo, par StrasTV.

Article actualisé le 23/03/2012 à 17h53
L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Retour de la Grande braderie ce samedi : transports gratuits et sécurité renforcée

par Lucie Lefebvre. 1 593 visites. 7 commentaires.

L’association Deaf Rock veut continuer d’accueillir des services civiques

par Pierre France. 834 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pollution du Rhin après l’incendie d’un centre de tri de déchets industriels

par Nicolas Cossic. 3 446 visites. 2 commentaires.
×