Claude Froehly, futur maire d’Illkirch-Graffenstaden suite au départ de Jacques Bigot
L'actu 

Claude Froehly, futur maire d’Illkirch-Graffenstaden suite au départ de Jacques Bigot

Une page se tourne à Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg, où le sénateur-maire Jacques Bigot (PS), élu depuis 1995, va céder sa place. Son premier adjoint Claude Froehly assurera la deuxième moitié du mandat.

Un premier adjoint est fait pour suppléer le maire lorsqu’il s’absente. Et à Illkirch-Graffenstaden cela tombe bien car le maire Jacques Bigot (PS), devenu sénateur en 2014, sera confronté à la loi contre le cumul des mandats en 2017 et va laisser sa place. Pas de révolution de palais dans cette commune au sud de Strasbourg, puisqu’on va miser sur la continuité.

L’information d’une démission imminente avait été confirmée ces derniers jours, mais les DNA connaissent la date. C’est à partir du conseil municipal de ce jeudi 1er décembre que Claude Froehly assurera l’intérim, puis sera le seul candidat PS à une élection par le conseil municipal. Sauf rebondissement, il aura pour mission de terminer le mandat qui s’achève en mars 2020. Et plus si affinités.

21 ans en tant que maire

Claude Froehly, nouveau maire d'Illkirch-Graffenstaden (photo ville de Strasbourg)

Claude Froehly, nouveau maire d’Illkirch-Graffenstaden (photo ville de Strasbourg)

Une page politique se tourne dans cette commune de 27 000 habitants. Jacques Bigot est entré dans l’opposition en 1983 et a été maire depuis 1995, dans une ville où la droite réalise pourtant de bons scores aux autres élections. Les dernières réalisations ont été le prolongement du tramway A jusqu’au centre et la salle culturelle la Vill’a. Son mandat de sénateur court jusqu’à 2020. Il a notamment travaillé sur des lois contre le terrorisme et en ce moment sur la loi « Justice du XXIè siècle ». Autre indicateur de cette fin de cycle illkirchois, le directeur des services à la mairie est promu dans une autre collectivité territoriale le 1er janvier.

« Une machine à perdre »

D’autres noms avaient circulé pour prendre les commandes de la Ville, comme ceux de Séverine Magdelaine ou Emmanuel Bachmann. Alors que la campagne de l’élection législative partielle commençait à Strasbourg en mars 2016, Claude Froehly s’était fendu d’une tribune où il estimait que le PS devenait une « machine à perdre » avec son système d’investiture des candidats, par les militants : « Celui qui contrôle les adhérents est automatiquement désigné candidat », avait notamment fait valoir l’élu. En parlant de défaite, Claude Froehly et sa binôme avaient été éjectés dès le premier tour des élections départementales en mars 2015 sur le canton d’Illkirch-Graffenstaden au détriment de la droite et du Front national.

Certains observateurs y voyaient une stratégie de menace de « bordelisation » de la circonscription où le strasbourgeois Philippe Bies (PS), ancien élu d’Illkrich est député et aura fort affaire pour être réélu en 2017.  Le texte était une allusion à peine voilée aux cadres du PS local, plutôt proches de Philippe Bies ou Séverine Magdelaine.

Il avait aussi ajouté qu’il avait refusé un soutien public de Philippe Bies, trop occupé à défendre le bilan de François Hollande à ses yeux, tandis qu’il préférait les actions d’Emmanuel Macron, Manuel Valls et défendre un bilan local. Tout ce beau monde semble rabiboché, puisque Philippe Bies a fait valoir que « L’équipe municipale [d’Illkirch] désormais dirigée par Claude Froehly saura relever le défi de cette transition tranquille. » Claude Froelhy n’était, lui, pas joignable ces derniers jours.

En charge du Sport à l’Eurométropole

À l’Eurométropole, Claude Froehly s’occupe de la politique du Sport. Jacques Bigot y est également président du groupe PS, un mandat non-exécutif qu’il est autorisé à conserver s’il choisit de rester à l’assemblée des 28 – bientôt 33 – communes, sachant qu’Illkirch va perdre un de ses représentants avec l’arrivée de cinq nouvelles communes. Les DNA indiquent qu’il restera au moins au conseil municipal d’Illkirch.

Jacques Bigot a lancé sa campagne le 21 janvier 2014, entouré de plusieurs adjoints dont Claude Frœhly, conseiller général et communautaire (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Après 21 ans en tant que maire, Jacques Bigot (au centre) va laisser sa place à son premier adjoint Claude Frœhly (à gauche) (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 433 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 176 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Strasbourg, 31 emplois menacés par un plan de licenciement après un rachat

par Hélène Janovec. 3 483 visites. 5 commentaires.