Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Au Conseil de l’Eurométropole, le grand oral de Frédéric Bierry
Politique 

Au Conseil de l’Eurométropole, le grand oral de Frédéric Bierry

par Jean-François Gérard.
Publié le 30 septembre 2016.
Imprimé le 26 janvier 2022 à 23:53
2 533 visites. 2 commentaires.

Flux vidéo fourni par la ville de Strasbourg

À partir de 15h, le président du Conseil départemental du Bas-Rhin va rencontrer une assemblée de l’Eurométropole de Strasbourg, prompte à critiquer ses choix en son absence. Ensuite, il sera question de transport vers le port, de finances et de chantier. Suivez la séance en direct.

Pour une fois, il ne sera pas question de l’incinérateur Sénerval au conseil de l’Eurométropole de Strasbourg. Ce dossier reviendra néanmoins dans l’hémicycle avant la fin de l’année. La séance du 30 septembre aura une formation curieuse. D’abord à 14h, le format « commission permanente », avec une partie des élus, fermé au public et à la presse, puis la séance publique retransmise en vidéo à partir de 15h.

Frédéric Bierry en guest-star

Elle commencera par la réception du président du Conseil départemental du Bas-Rhin, Frédéric Bierry (LR). Lors de cette rencontre à sa demande, l’élu de la vallée de la Bruche devra présenter les actions de sa collectivité sur le territoire de l’Eurométropole.

Son vice-président Jean-Philippe Maurer, élu d’opposition « Les Républicains » à Strasbourg, mais chargé de représenter les intérêt de l’agglomération strasbourgeoise au Département doit souvent essuyer les reproches des décideurs de Strasbourg et ses environs. Parmi les crises les plus récentes, celle du CD 67 d’arrêter de financer l’hébergement d’urgence.

En décembre, ce sera au tour du président de l’Eurométropole, Robert Herrmann, (PS) de se rendre au Département pour présenter ses actions. « Cela risque d’être plus facile pour moi, je n’enlève pas de subventions », pointe-t-il. Dans ses efforts pour Strasbourg, le Conseil départemental met souvent en avant que Strasbourg concentre la majeure partie des dépenses sociales (RSA, allocation handicapés, mineurs isolés, etc) du Bas-Rhin ou qu’il finance les baisses de taxes à l’aéroport de Strasbourg. Dans l’hémicycle strasbourgeois, Frédéric Bierry saura-t-il présenter des arguments innovants ?

Pôle d’administration publique

L’un des gros chantier, au sens propre, sera celui de la reprise des travaux du pôle d’administration publique (PAPS-PCPI – lire notre article). En attendant que les responsables des fissures soient déterminés, ce qui a bloqué le chantier plus de deux ans. L’Eurométropole et ses co-finaneurs paient les consolidations et la fin des travaux ce qui entraîne un surcoût de 16,5 millions d’euros. Un éventuel remboursement risque de prendre des années, notamment car le bureau d’études visé, RFR, a fait faillite. L’Eurométropole et ses partenaires espèrent que les mandataires et les assureurs soient sommés de rembourser ces malfaçons si la justice l’ordonne.

Il sera aussi question d’améliorer l’accessibilité au Port de Strasbourg les jours ouvrés, notamment avec des pistes cyclables supplémentaires, l’amélioration des dessertes en bus et du site internet Optimix qui met en relation des entreprises pour organiser du co-voiturage. Utile, quand on sait que beaucoup de nouveaux habitants de Strasbourg vont peupler ce secteur, ce que les milliers de participants au week-end « À la conquête de l’Est » les 23 et 24 septembre ont pu constater.

Une meilleur note pour les finances, l’opposition de droite en étau

Enfin, il sera question de finances et la vice-présidente en charge de ces questions Caroline Barrière (PS) a le sourire. L’agence de notation de l’agence Fitch a amélioré la note de la Ville et de l’Eurométropole de « AA perspective défavorable » à « AA perspective stable ». La note maximale est AAA. Dans ses appréciations, l’agence relève que la dette correspond à moins de 120% des recettes de fonctionnement à moyen terme (116,5% en 2016), ce qui selon ses critères, rend les emprunts soutenables, notamment car beaucoup sont « peu risqués ». Les recettes ont été améliorées entres autres grâce à deux hausses successives de la fiscalité locale ou de prix des services publics (transport, piscine, patinoire, etc.).

Normalement, de bonne notes permettent d’emprunter à taux bas sur les marchés financiers, même si cela ne se répercute pas toujours de manière automatique. Une éventuelle baisse ne changera pas les investissements de l’Eurométropole, mais pourrait permettre de « moins fiscaliser que prévu » selon le président Robert Herrmann. En tout cas, selon ce dernier, cela clôt le débat d’un audit « qui coûterait de l’argent » réclamé par l’opposition sur l’état des finances de Strasbourg. C’était l’un des souhaits du président de groupe « Les Républicains » et maire de Reichstett, Georges Schuler qui se verrait bien rejoindre la majorité gauche-droite, sans être suivi par ses collègues dans cette demande.

Les commentaires sur Twitter



Aller plus loin

Sur Strasbourg.eu : l’ordre du jour du conseil de l’Eurométropole du 30 septembre 2016 (PDF)

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Des Décrocheurs mazoutent des portraits d’Emmanuel Macron pour dénoncer son inaction climatique

par Anne Mellier. 753 visites. 9 commentaires.

À la Meinau, une centaine de sans-abris squattent un bâtiment en instance de démolition

par Thibault Vetter. 6 044 visites. 10 commentaires.

Un immeuble insalubre de Joseph Benamran devant la justice administrative

par David Weichert. 4 114 visites. 3 commentaires.
×