Fabriquer son jouet ou ses habits… Transformez votre enfant en créateur pour les vacances d’hiver
Vie pratique 

Fabriquer son jouet ou ses habits… Transformez votre enfant en créateur pour les vacances d’hiver

Rue89 Strasbourg a déniché une série d’activités créatives pour vos enfants pendant les vacances de février. Son estime de soi va adorer.

Les vacances d’hiver débutent lundi 13 février et durent deux semaines jusqu’au vendredi 24. Vos enfants vont pouvoir souffler et se lever plus tard. Mais si vous craignez que leurs Legos et autres Playmobils ne suffisent pas à combler leurs journées, voici quelques suggestions qui ont le mérite de s’intéresser à leur créativité.

Construire son jouet en bois

Entrer les mains vides. Sortir les mains pleines. Et lancer « c’est moi qui l’ai fait » en arpentant fièrement la rue Munch avec un jouet en bois de sa fabrication. Voilà ce qui pourrait bien arriver à votre enfant, le vendredi 17 ou 24 février, à l’issue d’un stage de… menuiserie. Une démarche ordinaire pour les habitués du centre créatif et artistique Les Bateliers, à la Krutenau, comme l’explique Sébastien Figueroa, directeur adjoint des Bateliers :

« Dans tous nos ateliers à l’année et nos stages pendant les vacances, chaque enfant fait quelque chose avec ses mains et repart avec. »

Intitulé « les petits menuisiers », ce stage, qui compte aussi des petites menuisières, se déroule chaque semaine des vacances de février, du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h. Les enfants travaillent ensemble sur un projet commun de jouet, Ils apprennent notamment à poncer et à scier avec une petite scie électrique ou à la main (avec des scies petites lames, rassurez-vous !). « L’animateur est un éducateur spécialisé passionné par le bois », s’enflamme le directeur adjoint.

Un enfant travaillant sur la scie électrique. Stage « Les petits menuisiers ». (Photo Les Bateliers)

Fabriquer ses habits

Votre enfant rêve d’un stage « trop stylé » ? Proposez lui de devenir « apprenti styliste » pendant la première semaine des vacances de février, toujours au centre créatif et artistique Les Bateliers. Ce stage permet à votre enfant de repartir avec un vêtement de sa création et des compétences en couture à la main et à la machine. Et si une semaine ne suffit pas, il peut revenir aux vacances suivantes pour reprendre son ouvrage, comme l’explique Sébastien Figueroa, directeur adjoint de l’association :

« Aux vacances d’hiver, un garçon de 12 ans est venu pour créer son costume de Manga et comme il n’a pas fini, il revient pendant la première semaine de février ! »

En février, ce stage sur-mesure est proposé par Vinca Schiffmann, diplômée de la HEAR (Haute école des arts du Rhin).

Atelier « Stylisme ». (Photo Les Bateliers)

  • Un stage de 5 jours coûte 115 euros (enfants résidents à Strasbourg) ou 125 euros (hors-Strasbourg) + 13 euros d’adhésion annuelle à l’association Les Bateliers (possibilité de manger sur place). Renseignements et inscriptions : Les Bateliers – 3, rue Munch à Strasbourg. 03 88 36 39 77

Créer son jeu « memory » en céramique et bois

Un atelier qui mêle l’artistique et le numérique, c’est ce que propose l’AV LAB  – prononcé « avé-lab » – avec la céramiste Barbara Leboeuf, le 15 février 2017, de 13h30 à 17h. Cela s’appelle « Atelier Memory » et votre enfant du XXIe siècle devrait apprécier. Du scanner à la graveuse laser, sous l’œil attentif d’une « fab’ manageuse », qui épaule les créateurs dans l’utilisation des outils. Les dessins de votre artiste-maison seront transformés en bas-reliefs pour composer son memory.

Sa création sera d’abord scannée. Mini-vous découvrira ensuite son œuvre vectorisée par un logiciel (Illustrator, qui permet de faire de la création en deux dimensions). La graveuse laser, l’un des outils stars du fab’ lab, entrera ensuite en scène, afin d’imprimer les dessins de votre créature sur le bois. Enfin, le négatif sera tamponné sur la céramique pour créer le dessin inverse.

À 17 heures, votre enfant repartira avec son memory en bois et en céramique, rangé dans une boîte en bois qu’il aura aussi fait lui-même. Et avec le droit de revenir ! Une fois réglée, l’adhésion annuelle de 10 euros à l’AV LAB permet d’accéder aux machines du fab’ lab, de la découpeuse-graveuse laser à l’imprimante 3D, quand on veut. Cet atelier est destiné aux enfants, à partir de 5-6 ans, mais les adultes peuvent venir aussi.

  • L’atelier coûte 30 euros + 10 euros d’adhésion annuelle à l’AV LAB. Renseignements et inscriptions : AV LAB., au 1er étage du Shadok, 25,  presqu’île André Malraux à Strasbourg. 07 82 36 75 13 – atelier@av-lab.net

Des enfants utilisent la découpeuse-graveuse laser pour découper des accessoires décoratifs dans du bois, lors d’un « sabolab ». (Photo AV LAB)

Réaliser son film d’animation

S’il y a bien un domaine qui ne souffre pas de « french bashing », c’est l’animation. Les plus grands studios tel que Pixar ou Dreamworks viennent même dénicher de jeunes talents dès le jury de fin d’année de nos formations à l’animation. Bon d’accord, votre enfant et ses dents de lait n’en sont pas encore là… Mais si votre création ne se contente pas de chanter « libéréééééee délivrééééeee », quand elle regarde la Reine des  Neiges, et vous harcèle de questions du type « comment ils ont fait ça ? », une initiation de cinq jours au cinéma d’animation devrait lui faire l’effet de la première sortie de Thomas Pesquet dans l’espace.

C’est la société Nojo qui propose des ateliers de cinq jours permettant aux 6-17 ans de réaliser des courts métrages d’animation. « Aucune connaissance préalable n’est requise », précise Noémie Flecher, fondatrice de Nojo et réalisatrice de films d’animation. Cette titulaire d’un master 2 professionnel multimédia de l’université de Strasbourg animera les ateliers qui se dérouleront du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 14 à 17h, pendant les vacances de février.

L’occasion pour votre enfant de participer à la mise en image d’un ensemble de portraits sur les grands humanistes : Gandhi, Martin Luther King et Mandela, notamment. Et, cerise sur le gâteau, de voir projetée sur grand écran, au cinéma Star à Strasbourg, en mars 2017, l’œuvre collective réalisée avec ses camarades de vacances, ainsi que les productions réalisées, depuis un an, dans le cadre des ateliers de la structure. De quoi susciter des vocations.

  • Le stage de cinq jours coûte 170 euros (tarif réduit 136 euros, enfants de demandeur d’emploi et d’étudiants, et comités d’entreprises)Renseignements et inscriptions : Nojo – 3, rue Jean-Jacques Rousseau, à Strasbourg Contact@nojo-and-co.com 06 85 96 26 48 / 03 69 36 10 95

Les ateliers enfants de Nojo (vidéo Nojo / Vimeo)

Réparer son vélo

Le meilleur moyen de se rendre à tous ces ateliers et stages pendant les petites vacances, à Strasbourg, c’est encore le vélo. Et pour faire de votre progéniture un cycliste autonome, rien ne vaut le stage « les petites mains dans le cambouis », proposé par l’association Bretz’Selle. Pendant cinq jours, de 9h à 12h, votre enfant s’initiera aux secrets du fonctionnement de la petite reine, en démontant un vélo. Chambre à air, freins, transmission, lumières, tout y passe.

À l’issue de ces activités, les petites mains sont capables d’établir un diagnostic de leur bicyclette et de la remettre en état. Le vendredi matin est consacré à une ballade à laquelle les parents peuvent participer… Et même crever. Juste pour le plaisir de voir leur enfant jouer de la rustine !

  • La semaine de stage coût 80 euros auxquels s’ajoute 17 euros d’adhésion à l’association. Renseignements et inscriptions : l’Atelier Bretz’selle – 10 rue des Bouchers à Strasbourg contact@bretzselle.org – 09 51 29 87 59.

Sacha Pelletier animateur explique le fonctionnement d’une bicyclette pendant un atelier « Les petites mains dans le cambouis ». (Photo Bretz’selle)

Vous avez repéré des bons plans pour les vacances de février ? Postez les en commentaires.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur les petits nenfants

L'AUTEUR
Isabelle Maradan
Isabelle Maradan
Journaliste Education & Enseignement supérieur | Auteure "Ils ont fait Erasmus" (Ed. de La Martinière - 2017)

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 433 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 177 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Strasbourg, 31 emplois menacés par un plan de licenciement après un rachat

par Hélène Janovec. 3 483 visites. 5 commentaires.