Coronavirus : la grande distribution assure qu’elle va absorber le choc
Economie 

Coronavirus : la grande distribution assure qu’elle va absorber le choc

Après la ruée sur les rayons de pâtes et de papier toilette, la grande distribution prévoit un retour à la normale en quelques jours. Malgré le confinement lié à l’épidémie de coronavirus, la chaîne logistique devrait être en mesure d’assurer l’approvisionnement.

Au Carrefour City du Schluthfeld, à Strasbourg, les salariés rangent les nouveaux arrivages dans les rayons. En cette matinée du jeudi 19 mars, équipés de gants et de masques, ils faufilent les chariots et les tire-palettes entre les clients et les étalages quasiment vides de pâtes, de bières et d’eau.

Le commerce de proximité a été pris d’assaut après le discours d’Emmanuel Macron du jeudi 12 mars, annonçant la fermeture des écoles, collèges et universités, pour contrer l’épidémie de coronavirus. « On rattrape ce que les clients ont eux-mêmes généré », explique Yannick Simon, gérant du magasin. Il détaille :

« Les ruptures de stock dans les rayons sont liées à la soudaine surconsommation de ces derniers jours. On s’y attendait. Donc on a repassé des commandes auprès de notre entrepôt, qui assure que nous serons toujours approvisionnés. C’est juste une question de jours avant que les stocks reviennent à la normale. »

Le Carrefour City du Schluthfeld a été pris d’assaut dès la fin de la semaine dernière.

Deux à trois jours pour un retour en rayon

En moyenne, il faut deux à trois jours pour qu’une famille de produits soit de retour en rayons. Désormais, le camion qui livre ce commerce de proximité fait trois tournées au lieu d’une, pour pallier les manques. Même son de cloche du côté de Auchan, à Illkirch-Graffenstaden, où le directeur, Frédéric Agaud a constaté plus de 300% d’achats pour certains types de produits comme les pâtes : 

« La chaîne logistique n’a pas pu temporairement suivre cette évolution extrêmement forte. Mais les choses rentrent progressivement dans l’ordre. Si chacun achète selon ses besoins réels habituels et sans chercher à stocker pour la prochaine décennie, il n’y a aucun risque de pénurie. »

À Auchan Illkirch, le rayon des pâtes a aussi été pris d’assaut.
(Photo OG / Rue89 Strasbourg / cc)

Objectif : rassurer les clients

La multiplication des photos et vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrant des rayons vides a suscité l’inquiétude de certains clients. Les enseignes cherchent désormais à rassurer, pour éviter les ruées dans les rayons. Lundi 16 mars, le Super U de Wolfisheim a publié sur sa page Facebook un message et des photos d’employés qui travaillent la nuit à remplir les rayons.

Dès le dimanche 15 mars, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a lui aussi assuré que la filière agro-alimentaire était mobilisée pour qu’il n’y ait pas de rupture dans la chaîne d’approvisionnement :

Des mesures de restrictions et de la pédagogie

Pour tenter de garantir la disponibilité des produits, certaines enseignes limitent les quantités d’achats par client. Au Carrefour City du Schluthfeld, Yannick Simon explique qu’il ne voulait pas voir son magasin dévalisé :

« Les clients sont limités à deux paquets de pâtes chacun et environ trois paquets de papier-toilettes. Il faut que le plus grand nombre de personnes ait accès à tous les produits. Plus de 90% d’entre eux l’ont compris, le respectent et s’y plient… »

Des mesures de restrictions ont été mises en place par le gérant du magasin pour limiter le nombre de produits par clients. Photo : OG / Rue89 Strasbourg

Un « appel au civisme de tous »

« Nous faisons appel au civisme de tous », appuie Frédéric Agaud. Dans le supermarché du Baggersee, pas de restrictions mais une tentative de pédagogie auprès des clients, « pas toujours avec succès, il faut le reconnaître. » Difficile pour les enseignes d’interdire aux clients qui souhaitent acheter de grandes quantités, abonde Saïd Bindou, directeur général de la Scapalsace, qui gère les achats et la logistique des magasins Leclerc dans le Grand Est :

« Il faudrait demander aux hôtes et hôtesses de caisse de jouer un rôle de policier, c’est impossible. Quand un petit commerçant ou un détaillant arrive avec des chariots remplis, c’est plus facile de couper court. C’est beaucoup plus compliqué pour les particuliers. »

Des équipements élaborés dans l’urgence

Outre le souci du stock, les enseignes font aussi face au défi sanitaire. Face au risque de contamination du Covid 19, la direction du Auchan Baggersee a mis en place un système d’alternance en fermant une caisse sur deux. Le client dépose ses courses sur le tapis roulant, puis passe dans le couloir de l’autre caisse pour se tenir le plus loin possible de l’employée. Au sol, un marquage indique la distance d’1m50 à tenir entre chaque personne.

À Auchan Baggersee, le marquage au sol se poursuit jusque dans la file d’attente extérieure. (Photo : OG / Rue89 Strasbourg / cc)

Les hôtesses de caisses sont séparées des clients par des morceaux de nappes en plastique, soutenus par des tuteurs de jardinage. Un système élaboré dans l’urgence et pour lequel le magasin a dû puiser dans ses propres stocks. « Nous n’avions pas assez de plaque de plexiglas », explique Bilal Guerram, responsable de la sécurité.

Système D : des nappes en plastiques soutenues par des tuteurs de jardinages font office de séparation avec les clients. (Photo : OG / Rue89 Strasbourg / cc)

Depuis la mise en place du confinement, le supermarché a vu ses commandes en livraison et en drive augmenter de plus de 150%. « Nous garantissons également la présence d’un nombre limité de clients à un instant T dans le magasin afin de pouvoir faire ses courses en toute sérénité, sans risque de trop grande promiscuité avec les autres clients », assure Frédéric Agaud. La surface de 14 000 mètres carrés du magasin facilite les évitements…

Gants, masques et gel hydroalcoolique: le personnel s’équipe pour respecter les consignes sanitaires. (Photo : OG / Rue89 Strasbourg / cc)

« On est un peu les oubliés du confinement en terme de sécurité »

C’est moins évident du côté du du Carrefour City, à Schluthfeld. Dans le commerce de proximité, Yannick Simon a mis en place les affichages obligatoires rappelant les consignes de sécurité, ainsi qu’un marquage au sol. Mais il pointe un manque de matériel pour sa quinzaine d’employés :

« On a le strict minimum. Les équipements qu’on avait : masques et gants, ont été réquisitionnés par l’État. Il joue son rôle, mais bon… On a la chance d’être un commerce de proximité et d’entretenir un lien avec nos clients. L’un d’entre eux est venu nous donner 20 masques. On a eu cette chance-là. »

Un peu blasé, il ajoute : « On est un peu les oubliés du confinement, en terme de sécurité ».

L'AUTEUR
Ophélie Gobinet
Ophélie Gobinet
Journaliste indépendante. Le train Paris-Strasbourg est mon ami. Sujets société, jeunesse, éducation, inégalités. J'aime aussi écrire sur la culture hip hop de Strasbourg et d'ailleurs.

En BREF

Fred Ficus, DJ producteur : « Dans six mois, trois fois plus d’albums publiés »

par Florian Schotter. 492 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’Épide mobilisé pour confiner les sans-abris malades

par Kévin Gasser. 1 717 visites. 1 commentaire.

Incendie maîtrisé au terminal nord du Port de Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 403 visites. 1 commentaire.