Découvrez qui sont les musiciens de rue de Strasbourg
Culture 

Découvrez qui sont les musiciens de rue de Strasbourg

Vous passez devant ces musiciens de rue tous les jours, ou presque. Derrière ces visages entraperçus, des histoires, des parcours et parfois des rivalités entre artistes de rue. Invitation à une promenade musicale dans les mélopées entendues dans les rues de Strasbourg, en images et en sons.

Lui est musicien de rue depuis 40 ans, un autre joue une heure tous les jours devant la cathédrale. Compositeurs, musiciens roumains, fans de reggae, tous se partagent les rues passantes de Strasbourg, et particulièrement celles du centre-ville. Ces artistes racontent comment ils en sont venus à jouer dans la rue, comment ils vivent de leur métier, la concurrence depuis l’arrivée de musiciens venus des pays de l’Est et les rapports avec la police…

Brice Bauer, si ma cathédrale m’était jouée

Slalom entre deux touristes bedonnants et direction la cathédrale. Des accords effleurés par l’archet d’un violoncelle retentissent sur la place, et se mêlent aux bruits des passants, des cafés, d’un promeneur anglais en short à la recherche « de la boutique de glaces Amorino ».

Brice Bauer, 39 ans, visage exalté, semble faire corps avec son instrument. Puis à 15h exactement, après une heure de jeu, il repose son archet, après avoir interprété le fameux prélude de Bach. « Je refuse de jouer les morceaux que je les gens attendent. Ce morceau, c’est la seule concession que je fais, c’est bien pour terminer. Certains jouent l’Ave Maria toute la journée, parce que tout le monde connaît. Moi, j’ai composé des morceaux pour la Cathédrale et notamment une suite. Ça s’appelle éclats-scission, » raconte-t-il, un brin de fierté dans la voix. Pourquoi la cathédrale ? Parce que « le lieu est une scène parfaite et que je n’ai jamais réussi à jouer ailleurs. »

« Je gagne au moins un SMIC tous les mois »

Brice Bauer est musicien de rue professionnel. Un métier précaire, mais dont il parvient à vivre.

« Je gagne au moins l’équivalent d’un SMIC tous les mois. Mais la condition c’est d’être là une heure tous les jours de l’année. En moyenne, je gagne 50€ en une heure, mais ça peut aller jusque 120€ l’été. Lors du marché de Noël, c’étaient des mois à 3 000€. L’hiver, il faut prévoir un réchaud pour les mains, ce n’est pas toujours facile. »

Être musicien de rue et avoir de la reconnaissance, c’est pour l’artiste aux pulls et jean élimés loin d’être incompatible :

« Je ne veux pas que les gens croient que je fais la manche, je veux être reconnu comme un musicien, qui joue dans la rue. C’est une liberté que je prends et non une liberté que je m’impose. Quand je joue, c’est comme une méditation, je suis habité. En un an, il n’y a peut-être que cinq ou six jours où je ne joue pas. Quand c’est comme ça, c’est comme si quelque chose manquait, c’est devenu une nécessité. »

« Le travail du musicien de rue, c’est de faire s’arrêter les gens »

Pour Brice Bauer, le public, malgré lui, devient un acteur de son jeu :

« Le travail du musicien de rue, c’est de faire s’arrêter les gens, réussir à les capter et les faire rester. Parfois, ça se joue à trois fois rien. Je rate une note, ils ne l’entendent pas, mais ils partent parce qu’ils sentent qu’il y a quelque chose d’inconfortable en moi. »

Si le musicien est de formation classique, il n’a pour autant pas toujours suivi la voie académique :

« J’ai pris des cours avec un maître pendant dix ans, jusqu’à mes 17 ou 18 ans. Mais il n’y avait pas de règle comme au conservatoire, on pouvait jouer deux ou trois heures le même jour. Et puis, à un moment, quand j’ai eu 15 ans, je me suis même tourné vers la scène électronique. J’ai aussi joué deux ou trois ans avec Luc Arbogast, de The Voice. »

« Le style expérimental, les japonais l’apprécient »

Son style ? « Classique il est vrai, avec des résonnances de blues et de rock, et parfois contemporain. » Et de glisser avec l’œil du musicien qui connaît son public et sa ville : « le style expérimental, les japonais l’apprécient tout particulièrement ».

Mais il faut aussi composer avec la municipalité et la montée de la concurrence entre musiciens. « Il y a de plus en plus de musiciens des pays de l’Est. Ils ne respectent rien, jouent avec des amplis alors que c’est interdit, du matin jusqu’au soir, et toujours le même morceau à destination des touristes » décrit-il, agacé. Quand à la police, « elle me laisse tranquille, car quand je joue une heure devant la cathédrale, les musiciens roumains ne rappliquent pas, ça les arrange bien. »

« Romania ! »

Victor Stanescu est venu de Roumanie pour jouer de l’accordéon dans les rues de Strasbourg. (Photo Emilie Sizarols)

Rue des Hallebardes mardi 4 avril, peuplée par la foule et presque étouffante. Un accordéoniste affaissé ne joue que par intermittence, les yeux dans le vide. Tentative d’approche, un carnet à la main. Il prend peur. « Vous parlez français ? » « Romania, Romania » répond-t-il, affolé. Il sort sa carte d’identité, comme croyant à un contrôle de police. Face à la barrière de la langue, juste un nom à l’arrachée : Victor Stanescu.

À chacun son style…

Un autre musicien de rue, accordéon à la main, a choisi de jouer en déambulant entre les passants. Un moyen de contourner la règle des 20 minutes maximales de présence autorisée à un même endroit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Reggae men »

« Viens, assieds-toi là » fait Brendon Carey, en tapotant une veste posée sous les porches de la rue des Grandes-Arcades. Collier aux couleurs de la Jamaïque, barbe grise fournie, bière 1664 aux pieds, le guitariste affiche un sourire serein. De la poésie dans la voix, il défend sa philosophie de vie :

« La musique de rue, c’est la vie, c’est la culture du partage. Tu mesures l’ouverture des gens toute la journée, il n’y a pas de projection, c’est la spontanéité pure. »

La musique, il l’a apprise en Martinique, aux côtés de son père, alors chanteur dans un groupe. « À 13 ou 14 ans, je jouais déjà de manière professionnelle dans les bars » décrit-il, les yeux pétillants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À Strasbourg depuis deux ans, il joue environ trois fois par semaine, plusieurs heures par jour, sous les arcades, « parce qu’il y a quelques arbres en face, et que l’ambiance ici me fait kiffer. » Avec Augustin, au cajon, il forme le groupe « Dynamic System ». Son comparse, plus effacé, cicatrice au visage, évoque évasivement sa vie : « J’ai fait la guerre et j’ai vu des balles passer, alors quand d’autres occupants de la rue viennent chercher la bagarre, je suis prêt ». Quant à la police, elle « vient parfois nous embêter quand nous dépassons les 20 minutes de jeu et que les voisins appellent, mais ça ne nous empêche pas de jouer. Après tout, ils ont choisi d’habiter une rue animée. » argue Brendon Carey, avec un grand sourire.

Loïc Connan au grand cœur

Ajustement du pied à la bonne hauteur, branchement du micro, frottement de mains. Plus que la sangle de guitare à enfiler et Loïc Connan -nom de scène « Pierre de Cœur »- est prêt à faire entendre place Kléber ses reprises de variété française. Guitare bleue flashy en main, bonhommie des traits et joues bien pleines, il ouvre la bouche pour entamer les premières notes, quand soudain une jeune fille surgit : « Vous connaissez la vie en rose ? La Bohème ? Je veux chanter ». Sourire jovial du musicien : « Je fais assez peu de reprises. Peut-être du Charles Gainsbourg ? » Le duo improvisé trouve vite son rythme. Et la mère d’Aurélie, 16 ans, en vacances à Strasbourg pour quelques jours, de s’extasier : « tu as biiiien chanté, tu étais à l’aise ? »

« La Ville a l’air assez tolérante envers les musiciens de rue »

Loïc n’en est qu’à sa deuxième prestation strasbourgeoise. « Je suis seulement là pour les vacances, mais je me suis dit que j’allais en profiter pour faire entendre ma musique. » Le jeune musicien est plutôt un habitué des concerts dans les bars, même si l’an dernier il a « fait le festival des arts de la rue à Grenoble ». La rue, c’est surtout pour lui « un bon moyen de tester ses compositions ». Et puis 30€ en 45 minutes à Strasbourg l’an dernier, ce n’est pas si mal.

Les avantages de Strasbourg ? « La Ville a l’air assez tolérante envers les musiciens de rue. Il y a des municipalités où c’est vraiment mal vu. J’ai un peu flippé quand j’ai vu des policiers passer tout à l’heure, mais ils m’ont laissé tranquille. » Fin de soirée pour le guitariste au grand cœur : scène ouverte aux « Savons d’Hélène », histoire de retrouver les salles sombres où il se produit d’habitude.

Jean-Luc Traber a 40 ans de pratique de musique dans la rue. (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Jean-Luc Traber a 40 ans de pratique de musique dans la rue. (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Jean-Luc Traber, musicien de rue depuis 40 ans

« Vous prenez une photo, c’est une petite pièce ». Visage renfrogné, son chihuahua et son boxer aux pieds, Jean-Luc Traber, 52 ans, joue rue des Hallebardes quelques accords de guitare jazz. Puis repose son instrument, et va faire la quête auprès des clients du restaurant situé en face de son « spot » temporaire. Une stratégie bien rôdée.

« Musicien de rue ? Ça fait 40 ans que je le suis. Je joue pour rencontrer des gens, mais c’est surtout une carte de visite, pour décrocher des contrats et jouer à des mariages, ou faire de petits concerts. »

Lui aussi se plaint de la concurrence des musiciens venus des pays de l’Est : « Certains jouent les deux mêmes morceaux toute la journée. Les gens en ont marre de voir un musicien tous les 50 mètres. Ils foutent en l’air notre métier. » Et de remballer son matériel, après avoir « gagné 40 ou 50€ en deux heures. »

PopCorde, rue des Grandes Arcades…

Philippe, One Man Band

Étudiant grec, Philippe Kollias est à Strasbourg pour une licence de musiques actuelles (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

« J’ai 27 ans, mais ça fait déjà dix ans que je joue dans la rue. » Philippe Kollias hésite un peu sur les mots, avec un accent méditerranéen. Cet étudiant grec est arrivé à Strasbourg en septembre pour entamer une licence de musiques actuelles. Il joue aussi dans les bars ; en une heure dans la rue, il gagne « de 3€ à 60€ ».

Style qui détonne, avec son instrument, le « One Man Band », composé d’une guitare, d’une percussion accrochée dans son dos, d’un harmonica, et de sa voix. « L’avantage de la rue, c’est qu’il n’y a pas à s’organiser. Si tu as envie d’y aller, tu y vas, sinon tu restes chez toi », glisse l’étudiant.

Antoinette Cremona : « je suis musicienne, plasticienne, marionnettiste »

Antoinette Cremona, c’est d’abord une voix !

« Merci ma puce, tu ne veux pas plutôt me donner ta glace ? » Le sourire dans la voix d’Antoinette Cremona, alors qu’une petite fille blonde dépose une pièce dans sa housse de guitare. Grattement d’accords et la trentenaire entame « Insensé », sa « seule composition écrite en français, un coup de gueule contre les gouvernants qui pensent, sous prétexte qu’ils ont de l’argent, qu’ils sont les maîtres de nos vies. »

Rue des Grandes Arcades, les passants s’arrêtent, comme happés par cette voix puissante et le naturel chaleureux de la musicienne. Un homme dans la soixantaine, veste de costume mal ajustée et béret s’immisce dans sa chanson. Un jeu théâtral s’installe : « quand tu me tiens dans… » / « tes braaaaaas » finit le passant, alors que le rire des deux protagonistes résonne sous les arcades.

Antoinette Cremona, une musicienne à la voix faite pour chanter dans la rue (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Guitare aux arabesques peintes, vélo abîmé adossé au mur : « J’aime ce qui est patiné, rouillé, ce qui a vécu », décrit la chanteuse, le revendiquant comme une identité. Antoinette : artiste multi-casquette, « marionnettiste, plasticienne et musicienne trois à quatre fois par semaine. » Même si elle l’admet, « la musique, apprise en autodidacte, prend une part de plus en plus importante dans ma vie. »

« Les moulins de mon cœur », « Sous le ciel de Paris », « Petit vin blanc »…

M. Paul n’entend pas rester stoïque avec son orgue de barbarie… La Fanfare Feis remue la place Austerlitz.

Reggiani, Brel, Bécaud : accompagné de son orgue de barbarie, place du Marché-aux-Cochons-de-Lait, Paul Fernique alias « Monsieur Paul », comme il se fait appeler quand il est « sur la scène » chante, d’une voix de conteur, un répertoire délicieusement daté. Mais pas seulement. « Dernièrement, j’ai ajouté des cartons de Johnny Hallyday, Leonard Cohen… Je travaille aussi sur une série Salvatore Adamo, » décrit le musicien.

Comme une envie de « faire aimer son instrument ». Un orgue de barbarie, de 92 kilos, fait sur mesure, « acheté il y a sept ans pour 12 000 euros à un artisan de Saint-Etienne ». Il faut encore le transporter « comme à l’ancienne » pour jouer, « renouveler les cartons à insérer dans l’instrument, que l’on peut désormais faire soi-même à l’aide d’un logiciel », et attraper le passant. Monsieur Paul  ne choisit pas les rues les plus passantes, il ne gagne que 10€ en moyenne par heure avec ses chansons.

Monsieur Paul joue plutôt la carte nostalgique (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Monsieur Paul joue plutôt la carte nostalgique (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Aux alentours de 16h, sur la place aux allures de carte postale, comme figée dans le temps, un bambin dans une poussette passe devant le musicien. Un instant, les regards s’accrochent entre l’enfant et l’homme de 58 ans. Peut-être le look « de gavroche » du musicien est-il pour quelque chose dans la fascination de l’enfant. Béret, boucle d’oreille en métal, lunettes rondes, gilet noir…

« C’est l’aspect traditionnel du musicien qui joue de l’orgue de barbarie, décrit Paul. C’est un peu le respect que l’on doit aux passants que de respecter ces codes. »

Le territoire de Paul : la place du Marché-aux-Cochons-de-Lait la plupart du temps, près de la cathédrale l’été, un coin lors des spectacles sons et lumières et puis quelques festivals de musique mécanique dans le sud de la France…

Collectif acoustic : « musiciens sans frontières et convergence des styles » (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Collectif acoustic : « musiciens sans frontières et convergence des styles » (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Collectif acoustic, de la musique bio

Le collectif Acoustic préfère une relation directe avec le public

Sorin à la contrebasse, Marius au violon, Georges et Ervin à la guitare. Les quatre membres du « Collectif acoustic » sont originaires de Hongrie, Roumanie, Moldavie… Leur credo : « la musique naturelle, sans électricité, et de qualité ». C’est un peu « comme les légumes bios par rapport aux légumes industrielles » défend Sorin, le contrebassiste. Et de continuer avec sa métaphore farfelue, un brin exalté :

« Les gens sont empoisonnés par des OGM musicaux. Nous, nous proposons un peu de vitamine D, une occasion de sortir prendre le soleil, de venir partager une musique pure et simple, ambassadrice de la paix. »

Sorin défend une musique sans électricité, naturelle, proche... (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Sorin défend une musique sans électricité, naturelle, proche… (Photo ES / Rue89 Strasbourg / cc)

Le groupe, revendique-t-il, est fait de « musiciens sans frontières », dans une convergence de style d’Europe de l’Est, jazz, classique.

« Notre défi, c’est de faire voyager les gens, d’éveiller leur curiosité, leur intelligence. Les enfants sont aussi un public important, ils ne sont pas contaminés par une vision négative des musiciens de rue. »

Et de conclure, alors que quelques applaudissements retentissent sur la terrasse du restaurant « La corde à Linge », dans la Petite-France : « Nous jouons dans la rue à l’occasion, mais nous ne sommes pas des clochards ».

Les rues de Strasbourg accueillent aussi la fanfare FEIS des Externes et des Internes de Strasbourg, et des artistes qui souhaitent rester anonymes, comme ce saxophoniste place de la Cathédrale, ce guitariste place Kléber…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L'AUTEUR
Emilie Sizarols

En BREF

Des riverains obtiennent la fermeture temporaire du Local, bar à concerts de la Krutenau

par Tristan Kopp. 5 232 visites. 15 commentaires.

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 542 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Trois syndicalistes de France Bleu assignés en justice par leur direction

par Pierre France. 3 565 visites. 5 commentaires.