Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Dégoutés des élections, une cinquantaine d’étudiants en AG préparent l’après second tour
L'actu 

Dégoutés des élections, une cinquantaine d’étudiants en AG préparent l’après second tour

par Guillaume Krempp.
Publié le 21 avril 2022.
Imprimé le 02 décembre 2022 à 18:36
1 055 visites. 2 commentaires.

Réunis en assemblée générale à l’initiative du syndicat Solidaires Étudiant·es Alsace, une cinquantaine d’étudiants ont débattu des moyens de se mobiliser pour le week-end du second tour et par la suite. Dégoutés des élections, ils préfèrent faire vivre la démocratie par le débat et la mobilisation dans la rue.

Les étudiants passent leur second tour. Réunis devant la faculté de Droit de l’Université de Strasbourg, une cinquantaine de personnes ont répondu présentes à l’assemblée générale (AG) organisée par le syndicat Solidaires Étudiant·es Alsace. Mais ce mercredi 20 avril, entre midi et deux, personne ne soulève la question du choix de chacun pour le second tour de l’élection présidentielle.

Pendant près de deux heures, la discussion porte plutôt sur la manifestation de ce samedi 23 avril contre la montée de l’extrême-droite. La formation d’un cortège jeunes est débattue, de même qu’une action de blocage d’un bâtiment universitaire ou l’organisation d’une manifestation à la suite du scrutin. Pour la plupart des jeunes présents, les urnes symbolisent la mort de la démocratie. C’est dans la rue que Louise, Even, Tanguy et Lucas veulent animer la vie démocratique.

Une cinquantaine de personnes ont participé à l’assemblée générale initiée par le syndicat Solidaires Etudiant·es Alsace. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

« Nous sommes encore face à un choix illusoire »

Parmi les étudiantes à l’initiative de cette réunion, Marie (le prénom a été modifié) est une membre active du syndicat Solidaires Étudiant·es Alsace. Elle élude rapidement la question sur son choix pour le second tour de l’élection, « une chose est sûre : je ne voterai pas pour l’extrême droite ». Pour l’étudiante, « nous sommes encore face à un choix illusoire entre Macron et Le Pen. Nous avons organisé cette assemblée générale pour que les gens puissent discuter entre eux, et pour qu’ils puissent voir que la politique ne se passe pas juste tous les cinq ans. »

Pour cette étudiante et membre du syndicat Solidaires Etudiant·es Alsace, « nous sommes encore face à un choix illusoire entre Macron et Le Pen. » (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Étudiante en sciences du langage, Jean pense hésiter jusqu’au dernier moment entre s’abstenir et voter pour le président sortant, « malgré toute ma détestation envers Macron ». Critique à l’égard du fonctionnement de la Ve République, cette primo-votante a découvert « l’importance de la politique » lors de la mobilisation des lycéens contre « la gestion désastreuse de la pandémie par le ministère de l’Éducation Nationale. » Alors Jean apprécie cette assemblée générale, car elle en est persuadée : « Le plus important, c’est la démocratie dans la rue. C’est la discussion, le blocage et la manifestation. »

« Remettre en cause le système et se mobiliser »

Dans sa grande veste de chantier jaune fluo, Lucas a choisi l’abstention, dès le premier tour. L’apprenti ouvrier soudeur témoigne d’une classe ouvrière qui éprouve de plus en plus un sentiment d’abandon et se désintéresse du scrutin. Il exècre Emmanuel Macron depuis sa « réforme de l’apprentissage dégueulasse, qui a légalisé le travail de nuit pour les mineurs et qui rend plus rentable pour les patrons l’embauche d’apprentis plutôt que d’intérimaires. »

Lucas a choisi l’abstention, dès le premier tour. L’apprenti ouvrier soudeur témoigne d’une classe ouvrière qui éprouve de plus en plus un sentiment d’abandon et se désintéresse donc du scrutin. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Pour ce membre de la section étudiante, lycéenne, apprentie de la CGT Education Alsace, « le vote barrage, c’est repousser l’inévitable, c’est faire le jeu de la consolidation de l’extrême-droite. Il n’y a plus d’autre solution que de remettre en cause le système et se mobiliser. Parce que la politique, elle se fait tous les jours dans la rue, dans les associations et les syndicats. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Lancement d’une association pour l’égalité de genre dans la culture samedi

par Pierre France. 570 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une marche contre les violences sexistes et sexuelles samedi

par Maud de Carpentier. 342 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation spontanée mercredi contre une conférence anti-avortement au Parlement européen

par Maud de Carpentier. 1 119 visites. 1 commentaire.
×