Design-moi un kougelhopf… du neuf au musée alsacien
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts  blogs 

Design-moi un kougelhopf… du neuf au musée alsacien

actualisé le 31/08/2014 à 15h09

 

Linge de table graphique inspiré des colombages "Folklore", Sonia Verguet

Linge de table graphique inspiré des colombages « Folklore », Sonia Verguet

Avec le projet Réminiscences, le Musée Alsacien propose plus qu’une exposition : une initiative inédite qui met en relation tradition et design contemporain. Des designers, des étudiants en art et des élèves de lycées techniques sont réunis pour une collaboration bouillonnante d’idées autour des objets traditionnels.

BlogEn tant que strasbourgeois, avouons-le, on a tendance à considérer le musée alsacien comme une attraction touristique – on en conserve un vieux souvenir de sortie scolaire, ou au mieux on y va avec la famille venue en visite d’une autre région. Mais Elisabeth Shimmels, la nouvelle et jeune conservatrice, entend bien revitaliser le riche patrimoine sous sa responsabilité.

Redécouverte

Cela faisait bien longtemps que je n’avais moi-même franchi les portes de ce musée. J’ai été frappée par le foisonnement des objets, et aussi par leur caractère quasi ésotérique. Pour une non-spécialiste, nombre d’artefacts paraissent bien mystérieux : symboles peints, poutre sculptée rappelant irrésistiblement un totem tribal, manifestations de la superstition dans la religion et la vie quotidienne, articles à la fonction incompréhensible sans l’aide du cartel. De plus, la tradition alsacienne se caractérise par une forte propension à « dédicacer » les objets, en particulier les meubles. On y lit des dates, des noms, parfois des occasions (baptême, mariage, …) qui incarnent leurs anciens propriétaires. Ce que Walter Benjamin nomme l’aura règne ici : les fantômes sont cachés dans les boiseries.

Meubles anciens (photo C.M.)

Meubles anciens (photo C.M.)

Dans ce vaste inventaire, six designers ont choisi ce qui leur paraissait à la fois emblématique et adaptable à la vie moderne. Ils ont ensuite établi leur atelier dans des lycées professionnels de la région pour y collaborer avec les élèves. L’exposition présente aussi d’autres pièces contemporaines réalisées dans le cadre de concours, de collaborations avec des artisans, ou simplement d’après l’inspiration alsacienne du designer.

Les poncifs s’adaptent à l’époque

L’objet qui a suscité le plus de réinterprétations est la chaise. Les pieds divergents et légèrement en fuseau (oui, comme dans les années 50) sont caractéristiques du mobilier alsacien et, dans la majorité des cas, subsistent dans la version 2014. Le fameux dossier sculpté, si pittoresque mais tellement inconfortable, est lui transformé.

La chauffeuse en métal réalisée par le collectif strasbourgeois V8 et des élèves du lycée Louis Marchal (Molsheim) déploie un vaste dossier accueillant inspiré de la forme des coiffes à grandes oreilles. Dommage qu’on ne puisse pas vérifier par soi-même son confort. Se vautrer dans un siège moelleux est d’ailleurs un concept moderne : les intérieurs des gens simples, jusqu’au début du XXe s., ne disposaient que rarement de canapés et de fauteuils, et la notion même de living room a été importée des Etats-Unis après la 2nde Guerre Mondiale. En Alsace, c’était plutôt dans la stub qu’on se détendait… mais nous y reviendrons.

Chaise "l'Alsacienne", V8 Designers - Banc "Lignée", Philippe Riehling – fauteuil à bascule "Hopla", Sandrine Ziegler-Munck (doc. remis)

Chaise « l’Alsacienne », V8 Designers – Banc « Lignée », Philippe Riehling – fauteuil à bascule « Hopla », Sandrine Ziegler-Munck (doc. remis)

Le moule a kougelhopf a évidemment été source d’inspiration aussi : tantôt il devient lampe imprimée en 3D (on aurait aimé la voir allumée), tantôt il se divise et se multiplie pour donner une barre de « mini-kougs » … où l’on pourrait voir l’attrait pour le ludique de notre époque, jusque dans la nourriture, et aussi son individualisme. Dans l’écart entre l’objet-référence et le nouveau, le designer projette sa perception des changements dans les modes de vie.

Mais parfois, ce sont les matériaux qui sont vecteurs de réinterprétation : ainsi la bouillotte que Sonia Verguet a réalisée avec le lycée du Haut Barr (Saverne) présente l’aspect d’un coussinet matelassé en latex. Si l’objet a un aspect brut de prototype, il est sans nul doute plus fonctionnel et plus sûr que les deux chaufferettes à braises entre lesquelles il est malicieusement placé.

Le design, un double regard

Le design a donc l’infini mérite de questionner les objets usuels selon plusieurs axes : le besoin et le superflu, les matières premières, les modes de fabrication, l’esthétique, … La discipline s’est développée conjointement à la fabrication en série : avant la révolution industrielle, chaque artisan était designer. De même, la question des « éco-matériaux » n’était pas encore posée. Aujourd’hui, le design se retourne vers l’artisanat et contribue à remettre en valeur des savoir-faire en voie d’oubli.

En témoigne ce workshop réalisé aux poteries de Soufflenheim et de Betschdorf avec les étudiants en arts appliqués du lycée Le Corbusier (Illkirch-Graffenstaden) : il en résulte des objets plus ou moins nouveaux (tampons à bredele, cuit-vapeur, verre à vin chaud), remixés dans le fond et dans la forme, qui donnent envie de cultiver un attachement à la production locale même si on ne cuisine jamais de baeckeoffe.

Réalisations des élèves du Diplôme Supérieur d'Arts Appliqués du lycée Le Corbusier (Illkirch-Graffenstaden) avec les potiers de Soufflenheim et Betschdorf (doc. remis)

Réalisations des élèves du Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués du lycée Le Corbusier (Illkirch-Graffenstaden) avec les potiers de Soufflenheim et Betschdorf (photos C.M.)

Inscrire le design dans l’artisanat d’aujourd’hui

Les designers qui sont allés à la rencontre des lycéens ont joué le rôle de liant entre leur propre discipline, la tradition et les techniques actuelles. Sonia Verguet, l’une des designers à l’origine du projet, témoigne :

« Un designer ne fait rien sans artisans : il conçoit uniquement, il ne fabrique pas les objets, les deux sont donc complémentaires. Les jeunes ont un niveau technique extraordinaire. Mais j’ai aussi constaté une lacune dans la culture du design. La plupart n’y connaissaient rien ou pas grand-chose… C’est encore la vieille école, les établissements professionnels ont souvent du mal à mettre leur pratique au goût du jour. Hors on ne doit pas séparer la pratique de l’esthétique contemporaine au risque de voir se perdre les traditions artisanales: l’adaptation est la clé pour les faire perdurer ».

L’intervention de designers leur a permis de s’ouvrir sur leur époque et d’initier une curiosité esthétique. Si les débuts ont parfois été difficiles, les élèves étaient très contents lors de la visite de l’exposition.

Meubles empilables Totem 1 et 2, Sonia Verguet, Arnaud Finix et les élèves en ébénisterie du lycée Couffignal (Strasbourg) (doc. remis)

Meubles empilables « Totem » 1 et 2, Sonia Verguet, Arnaud Finix et les élèves en ébénisterie du lycée Couffignal (Strasbourg) (doc. remis/photo C.M.)

Celle-ci se termine par une pièce aménagée en forme de gentille provocation : la Stub recontituée du début du XXe s. présente quelques remplacements en provenance de l’autre côté du design, celui que tout le monde connaît et achète : IKEA. On aime ou pas, mais cela a le mérite de faire cogiter ! Préférez-vous le neuf ou l’ancien, le durable ou l’éphémère, l’unique ou le fabriqué en série ? Qu’est-ce qui restera du mobilier des années 2010 ?

Pour ma part, j’ai trouvé les éléments IKEA plutôt bienvenus dans cette pièce sombre et chargée, et les quelques coins douillets indispensables au salon sont ajoutés. Les visiteurs sont invités à consigner leurs impressions et leur propre rapport à l’aménagement dans un formulaire. Preuve qu’ils se sentent concernés, plus de mille questionnaires ont été recueillis à ce jour… Les résultats bientôt sur la page Facebook du Musée.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Catherine Merckling
Catherine Merckling
La curiosité est un moteur, et il ne faut pas s'arrêter quand elle nous amène à des choses qu'on ne comprend pas au premier abord. Une forme de divagation constructive qui peut aussi se laisser émerveiller par la beauté et le ressenti !

En BREF

Lahti supplante Strasbourg pour la « capitale verte européenne 2021 »

par Rue89 Strasbourg. 1 127 visites. 11 commentaires.

Ce week-end, la rue du Jeu-des-Enfants devient la rue Alain Bashung

par Hélène Janovec. 1 680 visites. 4 commentaires.

Ballon d’Alsace, Kaysersberg, Ribeauvillé… Ces sites classés pourraient être moins protégés

par Jean-François Gérard. 1 599 visites. Aucun commentaire pour l'instant.