Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Deux rappeurs strasbourgeois balancent la sauce contre le Bastion Social
Culture 

Deux rappeurs strasbourgeois balancent la sauce contre le Bastion Social

par Guillaume Krempp.
Publié le 20 juin 2018.
Imprimé le 19 mai 2022 à 06:38
7 121 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Bastion Sauce Blanche », c’est le titre du dernier rap écrit par Dah Conectah et Géudé (plus connu sous le nom de GAB). Les deux artistes strasbourgeois y dénoncent l’implantation de l’ultra-droite dans la capitale alsacienne… et le manque de contre-discours des artistes locaux.

« J’aurais pas de repos tant que les rues de ma ville sentiront le couscous. » « Bastion Sauce Blanche » n’est pas un rap d’extrême-droite. Ses deux auteurs, strasbourgeois, ont voulu « envoyer un gros mollard sur le Bastion Social et l’Arcadia. » Ils ont publié leur son sur Youtube dans la journée du 18 juin.

Bastion Sauce Blanche / Dah Connectah – Géudé (vidéo YouTube)


« Mes einsatzgruppen sont de retour à Strasbourg »

Les soixante premières secondes du rap caricaturent la rhétorique de la fachosphère :

« Tiens tes mioches ou j’ai ma pioche / Mes einsatzgruppen [régiment de l’armée nazi, ndlr] sont de retour à Strasbourg. »

Pour cette production politisée, le rappeur GAB a changé de nom : Géudé, comme transformé en membre du GUD. Plusieurs adhérents du Bastion Social, dont le fondateur Steven Bissuel, sont d’anciens membres du Groupe Union Défense, une association étudiante d’extrême-droite.

Avant le premier refrain, le rappeur gerbe ses propres paroles. Dans le clip, le bruit de vomissements accompagne des images de défilés nazis. Puis le refrain :

« Au royaume des fils de pute, le nazillon est roi,
A quinze sur un jeune Turc, le Bastion s’y croit
Je vois pas tes affiches en Zup [Zone à urbaniser en priorité, ndlr]
j’crois pas qu’tu t’autocensures,
j’crois qu’tu t’chies d’ssus
et j’parle pas de sport de combat »

« On les tourne en dérision »

Contacté par Rue89 Strasbourg, Dah Conectah explique son initiative :

« C’est un peu une initiative citoyenne. On n’est pas des militants antifas ou des black blocs ou ces conneries…  Vu qu’on est artiste, on prend les choses à notre manière. Une expédition punitive, casser leur local, ils s’y attendent… Donc on les tourne en dérision. »

Dans son rap, l’artiste dénonce l’apathie des artistes locaux face à la montée de l’extrême-droite visible à Strasbourg : « Dites moi donc où sont les artistes engagés / Pour qu’ils s’investissent il faut qu’ça les touche comme un direct en plein nez ou quoi ? »

Racisme à Strasbourg

Arrivé de Lorraine il y a plus de dix ans, le rappeur dit avoir ressenti une « atmosphère malsaine » à Strasbourg :

« Au cours d’une vie strasbourgeoise, on entend des trucs bizarres… En rentrant d’un concert à la gare, j’entendais un mec qui faisait des bruits de singe en passant à côté d’un homme noir… »

Les références au nazisme étaient nécessaires selon Dah Conectah, qui a tenu à garder l’anonymat :

« On avait un positionnement difficile [en faisant un son sur le Bastion Social qui reprenait en partie leurs discours, ndlr]. Le danger, c’était de faire de la pub pour eux. Donc on a fait quelque chose de clair, pour pas que ça soit rattrapable dans leur sens. »

Les rencontres se succèdent pendant ce temps au Bastion Social, qui accueille régulièrement des personnalités de l’extrême-droite européenne. Ses militants sont appelés à se rendre à l’université d’été du mouvement néofasciste, qui aura lieu du 29 au 1er juillet à Avallon, en Bourgogne.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Délai supplémentaire pour le squat Bourgogne, qui accueille une centaine de sans-abris

par Thibault Vetter. 1 127 visites. 4 commentaires.

Ateliers Ouverts : dans toute l’Alsace, des artistes dévoilent leur travail les week-ends du 14 et du 21 mai

par Alizée Chebboub-Courtin. 1 025 visites. 2 commentaires.

Le déontologue pointe un manque de transparence de la municipalité

par Pierre France. 1 317 visites. 2 commentaires.
×