Deux rappeurs strasbourgeois balancent la sauce contre le Bastion Social
Culture 

Deux rappeurs strasbourgeois balancent la sauce contre le Bastion Social

« Bastion Sauce Blanche », c’est le titre du dernier rap écrit par Dah Conectah et Géudé (plus connu sous le nom de GAB). Les deux artistes strasbourgeois y dénoncent l’implantation de l’ultra-droite dans la capitale alsacienne… et le manque de contre-discours des artistes locaux.

« J’aurais pas de repos tant que les rues de ma ville sentiront le couscous. » « Bastion Sauce Blanche » n’est pas un rap d’extrême-droite. Ses deux auteurs, strasbourgeois, ont voulu « envoyer un gros mollard sur le Bastion Social et l’Arcadia. » Ils ont publié leur son sur Youtube dans la journée du 18 juin.

Bastion Sauce Blanche / Dah Connectah – Géudé (vidéo YouTube)

« Mes einsatzgruppen sont de retour à Strasbourg »

Les soixante premières secondes du rap caricaturent la rhétorique de la fachosphère :

« Tiens tes mioches ou j’ai ma pioche / Mes einsatzgruppen [régiment de l’armée nazi, ndlr] sont de retour à Strasbourg. »

Pour cette production politisée, le rappeur GAB a changé de nom : Géudé, comme transformé en membre du GUD. Plusieurs adhérents du Bastion Social, dont le fondateur Steven Bissuel, sont d’anciens membres du Groupe Union Défense, une association étudiante d’extrême-droite.

Avant le premier refrain, le rappeur gerbe ses propres paroles. Dans le clip, le bruit de vomissements accompagne des images de défilés nazis. Puis le refrain :

« Au royaume des fils de pute, le nazillon est roi,
A quinze sur un jeune Turc, le Bastion s’y croit
Je vois pas tes affiches en Zup [Zone à urbaniser en priorité, ndlr]
j’crois pas qu’tu t’autocensures,
j’crois qu’tu t’chies d’ssus
et j’parle pas de sport de combat »

« On les tourne en dérision »

Contacté par Rue89 Strasbourg, Dah Conectah explique son initiative :

« C’est un peu une initiative citoyenne. On n’est pas des militants antifas ou des black blocs ou ces conneries…  Vu qu’on est artiste, on prend les choses à notre manière. Une expédition punitive, casser leur local, ils s’y attendent… Donc on les tourne en dérision. »

Dans son rap, l’artiste dénonce l’apathie des artistes locaux face à la montée de l’extrême-droite visible à Strasbourg : « Dites moi donc où sont les artistes engagés / Pour qu’ils s’investissent il faut qu’ça les touche comme un direct en plein nez ou quoi ? »

Racisme à Strasbourg

Arrivé de Lorraine il y a plus de dix ans, le rappeur dit avoir ressenti une « atmosphère malsaine » à Strasbourg :

« Au cours d’une vie strasbourgeoise, on entend des trucs bizarres… En rentrant d’un concert à la gare, j’entendais un mec qui faisait des bruits de singe en passant à côté d’un homme noir… »

Les références au nazisme étaient nécessaires selon Dah Conectah, qui a tenu à garder l’anonymat :

« On avait un positionnement difficile [en faisant un son sur le Bastion Social qui reprenait en partie leurs discours, ndlr]. Le danger, c’était de faire de la pub pour eux. Donc on a fait quelque chose de clair, pour pas que ça soit rattrapable dans leur sens. »

Les rencontres se succèdent pendant ce temps au Bastion Social, qui accueille régulièrement des personnalités de l’extrême-droite européenne. Ses militants sont appelés à se rendre à l’université d’été du mouvement néofasciste, qui aura lieu du 29 au 1er juillet à Avallon, en Bourgogne.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 493 visites. 7 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 390 visites. 1 commentaire.

Un numérique éco-responsable est-il possible ?

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.