Quatre démantèlements de campements roms devant le tribunal des référés
Société 

Quatre démantèlements de campements roms devant le tribunal des référés

actualisé le 20/08/2012 à 15h21

Le tribunal de grande instance de Strasbourg (Photo Xsalto / FlickR / CC)

Quatre campements de populations roms doivent être évacués sur la demande du maire de Strasbourg prochainement. La procédure, initiée ces jours-ci, est attaquée en référé ce mardi matin devant le tribunal de Strasbourg dans le but de demander un report, par les associations de défense des Roms, dont Latcho Roms et l’Arpomt.

Ce mardi matin devant le tribunal, les associations de défense des Roms vont tenter de retarder les processus de démantèlement visant quatre sites d’implantation de populations roms à Strasbourg : près du cimetière Saint-Gall, rue Wodli, rue Clause, près des jardins familiaux à la Robertsau et rue de Koenigshoffen. A la Ville, on assure que cette soudaine accélération des procédures d’expulsion n’a rien à voir avec le contexte national. Nouveau ministre de l’Intérieur, Manuel Valls a donné instruction début août aux préfets de mettre à exécution les démantèlements de campements roms, « quand il y a eu une décision de justice. »

Conséquence : à Lille, et à Lyon, des campements ont été rasés après l’intervention des forces de l’ordre ces deux dernières semaines. Et à Strasbourg, les contrôles d’identité dans les campements se sont multipliés depuis le début du mois, selon l’Arpomt (Association pour la recherche pédagogique ouverte en milieu tzigane).

Le maire de Strasbourg a demandé que soit pris un ordre d’évacuation des personnes installées sur quatre terrains qui appartiennent à la Ville. Marie-Dominique Dreyssé, adjointe au maire (EELV) déléguée aux solidarité, précise qu’il n’y aura pas d’expulsion sans solution :

« Il s’agit de procédures engagées il y a plusieurs mois. Près de la rue Hochfelden, la progression de l’urbanisation a conduit la municipalité à demander le démantèlement du campement, ainsi que pour celui à proximité du cimetière Saint-Gall. Quant aux caravanes installées près de la rue Wodli, il s’agit de protéger ces populations car l’endroit est dangereux. Comme lors des précédentes opérations, nous veillerons à ce que les personnes concernées aient des solutions de repli, soit à l’aire d’accueil installée rue des Remparts, soit en Roumanie, soit autre part. »

Mardi matin, les associations de défense des Roms et l’avocat de la Ville se sont retrouvés devant le juge des référés pour évoquer cette affaire. Un renvoi de quinze jours a été accordé, à la demande de Me Hervé Begeot pour les associations :

« Environ 110 personnes sont concernées. Elles ont été notifiées il y a quatre jour seulement. Nous avons besoin d’un peu de temps pour préparer notre défense, d’autant que nous avons quelques arguments juridiques à faire valoir. »

L’audience a été reportée au 28 août. En attendant, les associations Arpomt et Latcho Roms vont tenter de se rapprocher de la Ville pour savoir pourquoi il est soudainement urgent d’expulser ces populations. Dominique Steinberger, de l’Arpomt, ne voit pas de solution immédiates pour les Roms installés sur ces terrains :

« On nous parle de relogement sur le terrain situé rue des Remparts. Mais il est complet déjà, avec 26 familles présentes. Pour ces 110 personnes, il n’y a pas de solution. On peut certes en trouver, en discuter avec la Ville notamment, mais à l’heure actuelle, c’est une expulsion sans solution. »

Médecins du Monde, dont la mission mobile travaille depuis des années auprès des populations roms, estiment à 400 personnes le nombre de Roms installés à Strasbourg, un chiffre stable depuis 10 ans selon l’association caritative.

(Article modifié lundi 20 août à 15h, précision des propos de Mme Dreyssé)

Retrouvez ci-dessous le compte rendu en direct de l’audience

09.47

Fin de ce compte-rendu en direct. Merci de l'avoir suivi.


09.47

Médecins du Monde parle de 400 personnes d'origine rom installées à Strasbourg, un chiffre stable depuis 10 ans, selon son représentant le Dr Humbert.


09.46

Selon Dominique Steinberger, de l'Arpomt :
"Il n'y a pas de solution actuellement. Elles sont à construire. Le terrain rue des Remparts est complet déjà, avec 26 familles présentes."


09.44

C'est la fin de l'audience. Les représentants des associations de défense des Roms discutent à l'issue.


09.30


09.26

Le président du tribunal a accepté le renvoi, l'affaire sera évoquée le 28 août.


09.25

Me Begeot demande au président du tribunal un délai de 15 jours pour préparer la défense des 110 personnes concernées, essentiellement des ressortissants roumains et quelques Hongrois.


09.24

Me Begeot s'interroge :
"Ces populations avaient une convention, au moins verbale, d'occupation des lieux. Ils ne se sont pas installés comme ça... Et un dialogue existait avec la Ville, donc on aimerait savoir pourquoi on est passés tout d'un coup dans une phase contentieuse."


09.08

L'audience a démarré, le président du tribunal appelle les affaires à l'ordre du jour.


09.07

Me Begeot, qui intervient en défense des populations installées, va demander le renvoi :
"Ils ont été notifiés il y a quatre jours, il y a 140 dossiers de défense à préparer... Je vais quand même avoir besoin d'un peu de temps."


09.03

Il n'y a pas trois mais quatre terrains concernés. A ceux cités dans l'article, il faut en rajouter un près des jardins familiaux à la Robertsau.


Pour aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Voyage au pays des Roms de Strasbourg

Sur Rue89 Lyon : une semaine de chasse aux Roms

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

L’Université a dépensé 400 000€ pour garder ses bâtiments pendant les manifestations étudiantes

par Pierre France. 2 864 visites. 5 commentaires.

Aux Gay Games à Paris, ces Strasbourgeois combattent l’homophobie dans le sport

par Judith Barbe. 880 visites. 1 commentaire.

Vendredi et samedi, le Tour de France Alternatiba fait étape à Strasbourg

par Judith Barbe. 815 visites. Aucun commentaire pour l'instant.