Après les attentats de Bruxelles, il accroche un drapeau blanc à la cathédrale
L'actu 

Après les attentats de Bruxelles, il accroche un drapeau blanc à la cathédrale

actualisé le 28/03/2016 à 19h05

Mercredi matin, les Strasbourgeois attentifs ont eu la surprise de constater qu’un drapeau blanc avait été accroché à la flèche de la cathédrale.

C’est un Strasbourgeois qui a escaladé l’édifice, depuis le sol et à mains nues, pour réagir face aux attentats à Bruxelles la veille. Il a filmé son ascension, réalisée en pleine nuit, grâce à une petite caméra. Dans la matinée, il a publié sur YouTube un montage vidéo de 2mn32 reprenant l’essentiel de son ascension. Les dernières images, au sommet de la flèche lorsqu’il accroche le drapeau en plein vent, sont particulièrement impressionnantes.

À 142 mètres, ça souffle

En commentaire de sa vidéo, l’escaladeur a publié ce message pour expliquer son geste :

« Même si la violence est toujours restée un outil privilégié dans le développement de nos civilisations, en tout temps, des voix se sont levées pour la paix. Souvent ces tentatives d’apaisement restèrent vaines et ignorées mais nous croyons toutefois qu’elles ont toujours participé à un certain équilibre. Ce geste, en soutient aux attentats de Bruxelles n’est pas une reddition mais un symbole pacifique en réponse à l’escalade de la violence. »

Reste que les forces de l’ordre ne l’entendront pas de cette oreille. Une telle ascension est interdite, surtout alors que des renforcements de mesures de sécurité sont annoncées par les pouvoirs publics. La précédente escalade filmée, en avril 2015, avait conduit à l’interpellation de l’auteur.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 508 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 252 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Strasbourg, 31 emplois menacés par un plan de licenciement après un rachat

par Hélène Janovec. 3 540 visites. 5 commentaires.