Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Écoute, soin, urgences… Les différents services d’aide psychologique pour les jeunes strasbourgeois
Vie pratique 

Écoute, soin, urgences… Les différents services d’aide psychologique pour les jeunes strasbourgeois

par Clémence Michels.
Publié le 16 mars 2022.
Imprimé le 29 novembre 2022 à 19:11
1 956 visites. 1 commentaire.

Pandémie, guerre en Ukraine, inflation, précarité étudiante… Beaucoup d’actualités qui, en plus de problèmes personnels, peuvent amener à une certaine détresse psychologique. Les jeunes, particulièrement isolés et précaires, ont parfois besoin d’un soutien moral. Rue89 Strasbourg a établi une liste d’aides psychologiques gratuites et accessibles aux adolescents et jeunes adultes.

Le soutien psychologique adapté

La Maison des Adolescents à Strasbourg est un service d’écoute et d’accompagnement pour les jeunes de 11 à 25 ans et leurs proches. Cette structure peut apporter une aide psychologique, sociale voire juridictionnelle si besoin. L’accueil y est confidentiel, avec ou sans les parents.

À côté du campus de l’Esplanade, le Centre d’Accueil Médico-psychologique de Strasbourg (CAMUS) propose une aide psychologique, sociale et psychiatrique anonyme sur rendez-vous. Le centre s’adresse aux lycéens et étudiants rencontrant des difficultés financières, pédagogiques ou personnelles.

Dans les mêmes locaux, le Service de Santé Universitaire (SSU) est un service de santé générale proposé à tous les étudiants de l’Unistra. En plus d’une visite médicale de prévention à dimension psycho-sociale, le service se doit de rediriger les étudiants dans le besoin vers une infrastructure d’aide psychologique, psychiatrique ou sociale adéquate.

Le dispositif national Santé Psy Etudiants a été mis en place par le gouvernement en réponse à la détresse psychologique ressentie par un grand nombre d’étudiants depuis le début de la crise sanitaire. Ce dispositif a été prolongé jusqu’au 31 août 2022. Il est accessible à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur, qu’il soit public ou privé.

En passant par le SSU ou par un médecin généraliste, un étudiant obtient une lettre d’orientation d’un professionnel de santé sur simple présentation d’une carte étudiante. Cette lettre lui permet de bénéficier jusqu’à 8 séances gratuites avec un psychologue agréé.

Illustration (Illustration Lucile Michels)

Les troubles addictifs

Qu’elles soient comportementales, substantielles ou alimentaires, les addictions touchent particulièrement les adolescents et les jeunes. Selon une étude menée en 2021 à l’Université de Strasbourg par l’association Ithaque, « près de la moitié des étudiants se sentent dépendants à des addictions sans substance, majoritairement Internet [et] les réseaux sociaux ».

En plus de faire un travail de prévention et d’information, Ithaque propose d’accueillir, de soigner et de soutenir les personnes en situation d’addictions ainsi que leur entourage. L’association propose un Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues (CAARUD), auquel est notamment rattaché la Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR), à l’hôpital civil.

L’association offre également la possibilité d’être suivi par un Centre de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA). Il s’agit d’une structure accueillant toute personne en situation d’addictions dans le but de l’aider à réduire les risques de sa consommation et la soigner. Il faut avoir rencontré un médecin, un travailleur social, un psychologue et un infirmier de l’équipe, afin d’être orienté vers la bonne structure ou d’être admis au CSAPA.

Enfin, le Réseau des Microstructures médicales d’Alsace (RMS Alsace), est un dispositif de proximité coordonné par Ithaque où différents intervenants et professionnels de santé prennent en charge les personnes ayant des tendances addictives, par exemple dans les maisons urbaines de Santé.

Les groupes de parole des Narcotiques Anonymes, une association à but non lucratif, viennent en aide aux jeunes et moins jeunes en situation d’addictions. Entièrement autonome, elle est composée uniquement de dépendants qui se réunissent pour former des groupes de paroles. Il ne s’agit pas d’une structure médicale, mais d’un réseau d’écoute et de soutien psychologique pour les personnes souffrant de troubles addictifs.

Depuis plusieurs années, des réunions en ligne sont organisées quotidiennement. Nul besoin de s’inscrire au préalable pour y participer. Une aide téléphonique est également apportée quotidiennement de 9h à 22h au 01 43 72 12 72.

Présente depuis 50 ans à Strasbourg, l’association ALT propose différents dispositifs de prévention et réduction des risques, tel que le Centre d’accueil et de soins (CAS). Ce centre soigne « toute personne consommatrice de substances psycho-actives ou souffrant d’addictions sans substance », en proposant des ateliers de médiation, du matériel de prévention et réduction des risques, ainsi qu’un suivi psycho-médical sur rendez-vous aux personnes qui le désirent. L’association accompagne aussi les jeunes en situation d’addictions, avec un réseau d’accueil et d’écoute anonyme pour les personnes âgées de 11 à 25 ans.

Il est parfois plus simple pour les jeunes de s’adresser aux personnes de son âge, plutôt qu’à des adultes. Ainsi, Etudiant Relais Addicto est un dispositif très récent, mis en place par le SSU et l’association Ithaque. Cinq étudiants de l’Université de Strasbourg ont été formés pour faire office de relai entre les structures d’aides pour troubles addictifs et les étudiants concernés. Ces étudiants informent, aident et accompagnent les personnes souffrant d’addictions à des substances, comportementales ou de Troubles du Comportement Alimentaire (TCA).

En cas d’urgence

L’association l’Étage offre un accompagnement social aux jeunes français et étrangers sans domicile fixe, en rupture familiale et scolaire. En cas d’urgence, elle propose divers services aux jeunes dans le besoin d’un logement, dont une permanence sociale d’accueil du lundi au vendredi et une orientation vers différentes aides psychologiques. L’association qui se trouve quai des Bateliers est en lien avec la mission locale de Strasbourg, le 115 ainsi que des psychologues et travailleurs sociaux. Sa cafétéria est ouverte du lundi au vendredi entre 8h45 et 20h, le jeudi de 8h45 à 14h, puis de 18h à 20h, et les samedi et dimanche de 10h à 20h. Le service repas a lieu tous les jours de 12h à 13h30 et de 18h à 19h30.

L’Etablissement Public de Santé Alsace Nord (EPSAN) propose deux pôles de psychiatrie infanto-juvénile dans l’Eurométropole. Les enfants et adolescents âgés de 0 à 16 ans peuvent trouver une aide dans le domaine de la santé mentale. Les équipes psychiatriques de ce secteur poursuivent également la prise en charge des adolescents et jeunes adultes après 16 ans. La Coordination Adolescents Alsace Nord (LACAAN) est un projet lancé également par ces pôles ; elle soigne et oriente les adolescents nécessitant une aide psychologique. L’EPSAN offre également un dispositif d’écoute et de soutien grand public dans le cadre de l’épidémie Covid 19.

Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg proposent différents services. En cas d’urgence, une hospitalisation, avec accord des parents dans le cas d’une personne mineure, peut être requise.

Le service addictologie est doté d’une unité de sevrage. Ce service organise aussi des consultations et activités pour accompagner les personnes en situation d’addictions.

Le Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CGIDD) est ouvert à tout le monde, y compris les mineurs, les étrangers et les personnes sans sécurité sociale. En plus de faire des dépistages d’IST et MST gratuits, le centre accompagne psychologiquement et médicalement les patients dans le cadre de leur sexualité. Les victimes de violences peuvent s’adresser aux professionnels de santé du CGIDD. Autres possibilités, appeler le Planning familial de Strasbourg au 0800 08 11 11, ou bien le 39 19.

Le service de psychiatrie comporte des unités d’hospitalisation, un centre expert schizophrénie, ainsi que le centre médico-psychologique (CMP) qui propose des consultations psychologiques, psychiatriques ainsi que des visites à domicile d’infirmiers.

L'AUTEUR
Clémence Michels

En BREF

Lancement d’une association pour l’égalité de genre dans la culture samedi

par Pierre France. 497 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une marche contre les violences sexistes et sexuelles samedi

par Maud de Carpentier. 319 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation spontanée mercredi contre une conférence anti-avortement au Parlement européen

par Maud de Carpentier. 1 080 visites. 1 commentaire.
×