Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Les dirigeants d’EDF acceptent une fermeture de Fessenheim vers 2018
L'actu 

Les dirigeants d’EDF acceptent une fermeture de Fessenheim vers 2018

par Jean-François Gérard.
Publié le 24 janvier 2017.
Imprimé le 23 octobre 2021 à 06:07
1 434 visites. 2 commentaires.

EDF a donné son accord pour la fermeture de la centrale d’électricité nucléaire de Fessenheim dans le Haut-Rhin vers 2018 contre une indemnisation par l’État de 446 millions d’euros, dont 100 millions versés dès l’arrêt de la centrale.

Le conseil d’administration d’EDF a voté en faveur de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim dans le Haut-Rhin mardi 24 janvier. Cela veut dire que les six administrateurs « indépendants », dont le P-DG Jean-Bernard Levy et sa voix double en cas d’égalité ont voté pour, tandis que les six représentants de syndicats ont voté contre.

Les représentants de l’État, actionnaire à 85%, ne pouvaient voter, car ils étaient en situation de conflit d’intérêts : d’un côté ils représentent l’État, qui souhaite payer une compensation financière la plus faible possible, mais aussi EDF, dont l’intérêt est l’inverse.

L’indemnisation de la part de l’État pour EDF porte sur 446 millions d’euros d’ici 2021, dont 100 millions lors de l’arrêt. D’autres indemnités seront versées jusqu’en 2041 selon certains paramètres, comme l’évolution des prix de l’électricité.

Selon Le Monde, « en cas de vote négatif sur Fessenheim, les pouvoirs publics menaçaient EDF de ne pas publier deux textes réglementaires : le premier pour permettre la poursuite du chantier de Flamanville ; le second pour relancer le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime). »

Une promesse de 2012

La fermeture de la plus veille centrale nucléaire de France était une promesse de campagne du candidat François Hollande. Elle devait se produire lors du quinquennat, ce qui ne sera matériellement plus possible. Vraisemblablement, le décret d’abrogation de l’autorisation d’exploiter liera la fermeture à la mise en route de l’EPR Flamanville, cette centrale de nouvelle génération en Normandie qui a accusé plusieurs retards, prévue en 2018.

La centrale nucléaire de Fessenheim (Photo Wikimedia Commons / CC)

Il n’y a pour le moment pas de projet connu de reconversion du site, qui emploie environ 800 personnes et 250 sous-traitants. Des contacts ont été noués avec le constructeur de voitures électriques Tesla mais les élus locaux ont évoqué une fermeture à l’horizon 2025. Les syndicats et une partie du personnel ont manifesté et fait grève ces derniers jours pour signaler leur opposition à une fermeture.

La fermeture remise en cause après les présidentielles ?

Si la procédure est enclenchée, certains espèrent qu’elle puisse être stoppée après l’élection présidentielle d’avril avec un décret pour défaire ce qui a été mené. François Fillon (« Les Républicains ») s’est clairement positionné contre la fermeture, ainsi que Marine Le Pen (FN). À l’opposé, Yannick Jadot (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) y sont favorables.

Benoît Hamon (PS) et Emmanuel Macron (En Marche) ont dit vouloir baisser la part d’énergie nucléaire, sans se prononcer sur la centrale alsacienne. Quant à Manuel Valls (PS), il a dit vouloir respecter la loi de transition énergétique, qui prévoit un plafonnement de la production de l’énergie nucléaire, soit une fermeture d’une centrale lors de l’ouverture de nouveaux équipements, comme Flamanville.


Aller plus loin

Sur Reporterre : En Alsace, les élus réfléchissent à l’après-nucléaire

Sur Le Monde.fr : Fessenheim : EDF ouvre la voie à l’arrêt de la centrale nucléaire

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur Fessenheim 

Article actualisé le 25/01/2017 à 10h13 : Pour préciser les positions des candidats à l'élection présidentielle
L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 491 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 080 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 579 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×