Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
David, 13 ans, enfant du camp de l’Étoile : « Mon père a cru que la police allait nous expulser »
L'actu 

David, 13 ans, enfant du camp de l’Étoile : « Mon père a cru que la police allait nous expulser »

par Guillaume Krempp.
Publié le 21 septembre 2022.
Imprimé le 02 décembre 2022 à 16:30
2 845 visites. 3 commentaires.

La police aux frontières a emmené deux demandeurs d’asile géorgiens, Giorgi et son fils David, dans la soirée du lundi 19 septembre. Le lendemain, ils étaient de retour au camp de l’Étoile avec une « obligation de quitter le territoire français ».

La police aux frontières est intervenue au camp de l’Étoile, où se sont installés une centaine de migrants, lundi 19 septembre en fin de journée. Les policiers ont effectué plusieurs contrôles d’identité des personnes installées sous tentes. À l’issue de l’opération, ils ont emmené Giorgi, demandeur d’asile géorgien et son fils de 13 ans, David.

Les deux géorgiens sont arrivés au centre d’aide pour le retour de l’État, à Bouxwiller, dans la soirée. L’enfant, scolarisé dans un collège strasbourgeois, raconte :

« Mon père a cru que la police allait nous expulser. Une fois à Bouxwiller, ils nous ont reçu dans un bureau et ils ont obligé mon père à signer un document, une obligation de quitter le territoire français (OQTF, NDLR). »

La police aux frontières a procédé à de nombreux contrôles (Photo DNSI / Facebook)

Sur le document, il est indiqué que Giorgi doit « quitter le territoire français sans délai » et qu’il est frappé d’une « interdiction de retour d’une durée de deux ans ». Le document, qui date de son entrée en France en 2017, l’accuse notamment d’être « très défavorablement connu des services de police » pour des faits de violence et considère qu’il ne peut pas déposer de demande d’asile en France, ayant séjourné en Allemagne précédemment.

Après une nuit passée à Bouxwiller, la petite famille est revenue s’installer au camp de l’Étoile dès la matinée du 20 septembre car, traduit le fils qui parle couramment français, « mon père doit ramener à manger à ma mère et à ma sœur, qui sont là. Ma mère est malade et elle ne peut rien faire. »

Article actualisé le 21/09/2022 à 19h04
L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Lancement d’une association pour l’égalité de genre dans la culture samedi

par Pierre France. 570 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une marche contre les violences sexistes et sexuelles samedi

par Maud de Carpentier. 342 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation spontanée mercredi contre une conférence anti-avortement au Parlement européen

par Maud de Carpentier. 1 119 visites. 1 commentaire.
×