Les « étudiants en lutte » tentent de mobiliser les lycéens de Strasbourg
L'actu 

Les « étudiants en lutte » tentent de mobiliser les lycéens de Strasbourg

Ce mercredi matin, après une tentative de blocus avortée au lycée Marie Curie et une réussie au lycée international des Pontonniers, une centaine de lycéens a rejoint les étudiants en lutte de Strasbourg pour un rassemblement. L’objectif : informer sur la loi ORE et réfléchir à des actions pour mobiliser davantage les élèves du secondaire.

Au lycée international des Pontonniers de Strasbourg, les lycéens ont d’abord tenté de bloquer l’entrée principale avec plusieurs poubelles mercredi matin. Mais la police est rapidement intervenue pour dégager le passage. Près d’une vingtaine d’élèves a formé une chaîne humaine, les forces de l’ordre se sont alors tenues à distance. Un accès avait été laissé libre par une porte à l’arrière du bâtiment, pour ceux qui souhaitaient rentrer dans l’établissement car des examens devaient y avoir lieu. Environ une centaine de lycéens a ensuite rejoint le campus de l’Esplanade pour un rassemblement avec les « étudiants en lutte. »

Cette même matinée, un blocus avait été envisagé au lycée Marie Curie. Mais en arrivant, la police était au rendez-vous depuis 6 heures. Après avoir fait rentrer les élèves, tous les portails ont été fermés.

Théodora, Valentine, Tessa, et Marie-Aude sont en terminale L et passent donc leur Bac cette année. Elles estiment que les lycéens ne sont pas assez informés sur le plan étudiant et la loi Orientation et réussite étudiante (ORE) :

« Le Gouvernement n’utilise pas des termes qui nous parlent et avec les profs on n’en discute pas. Nous on a eu l’occasion de discuter avec des étudiants, certains avaient tracté devant le lycée. Mais j’ai certains amis ou connaissances qui ne sont même pas au courant qu’il y a une nouvelle loi et des conséquences que cela pourrait avoir. On ne nous a pas demandé notre avis alors que c’est de notre avenir qu’il s’agit. »

Pour organiser de prochaines actions, ces lycéens ont créé un groupe sur Facebook, Pontonniers en lutte.

Mobiliser les lycéens pour renforcer le mouvement étudiant

Le bâtiment du Patio de l’Université de Strasbourg était également bloqué dans la matinée mais l’accès (sur présentation de la carte étudiante) a été rétabli vers midi. Au même moment s’est tenue une assemblée générale (AG) étudiante dans le hall d’entrée du bâtiment.

Assemblée générale des étudiants en lutte au Patio. (Photo CA / Rue89 Strasbourg)

Au cours de cette AG, la cinquantaine d’étudiants présents se sont accordés sur la nécessité de continuer à informer les lycéens, via la distribution de tracts et ont affirmé leur volonté de les aider pour de prochaines mobilisations. Les principaux lycées concernés à Strasbourg sont le lycée Fustel-de-Coulanges, le lycée international des Pontonniers et le lycée Marie-Curie.

Des actions à venir

Dans les prochaines semaines, plusieurs mobilisations pourraient avoir lieu car de nombreux appels nationaux ont été lancés. Le mercredi 16 mai, c’est « l’interfédérale de l’Éducation » (CGT, FSU, Sud-Education, Unef, Solidaires…) qui appelle les enseignants du secondaire et du supérieur à se mobiliser. Puis le 22 mai, c’est l’intersyndicale (CFDT, l’Unsa, FO, CGT, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC, FA-FP) qui invite à protester contre la réforme de la Fonction publique. Le 26 mai, plusieurs syndicats et partis de gauche invitent aussi à une journée d’action globale contre la politique du gouvernement d’Edouard Philippe. Les étudiants ont prévu de répondre à chacun des ces appels.

L'AUTEUR
Caroline Alonso
Caroline Alonso

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 731 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 080 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 236 visites. 6 commentaires.