Européennes en Alsace : Le Rassemblement national reste leader dans un paysage chamboulé
Politique 

Européennes en Alsace : Le Rassemblement national reste leader dans un paysage chamboulé

actualisé le 29/05/2019 à 11h16

Le Rassemblement national reste en tête des suffrages en Alsace. Mais derrière, la droite est balayée par « La République En Marche », tandis que les écologistes profitent de ce marasme pour un retour triomphant.

Déjà vainqueur des élections européennes en 2014 (27,21%), le Front national devenu Rassemblement national garde sa première place alsacienne, cinq ans après. Le parti d’extrême-droite totalise un peu plus de voix (154 630 contre 141 397), mais affiche un pourcentage en recul (24,66%) suite au regain de participation (51% contre 41,95% en Alsace en 2014) comme partout en France.

La formation de Marine Le Pen devance de peu « La République en Marche » (22,99%, 144 188 voix) qui prend plus ou moins la place historique qu’occupait la droite jusque-là dans la région (24,29% et 126 200 voix en 2014). Elle confirme au passage son bon score des législatives de juin 2017 (106 000 voix au premier tour, devant la droite déjà).

Car le principal enseignement de ce 26 mai en Alsace est l’effondrement spectaculaire de la droite dans un de ses bastions. Incarnation de cette explosion, Anne Sander, 8ème sur la liste « Les Républicains » ne sauve son siège au Parlement européen que de justesse.

Anne Sander réagit à l’annonce des résultats et fustige le duel annoncé qui excluait les Républicains (vidéo GK / Rue89 Strasbourg)

Quatrième, la droite fait à peine mieux en Alsace (9,1%, 57 330 voix) que dans le reste de la France (8,3%). Là aussi, c’est une mini-révolution.

Yonas Eshete, président des Jeunes Républicains du Bas-Rhin, réagit à l’annonce des résultats des élections européennes de 2019. (vidéo GK / Rue89 Strasbourg)

Le podium des Verts

À gauche, c’est Europe Écologie Les Verts (EELV) qui s’en sort le mieux et accède au podium avec panache (14,1%, 92 948 voix), soit un peu mieux que son bon score national (13,2%). C’est néanmoins un peu moins que lors de son résultat historique des élections européennes de 2009 (16,88%, mais 78 829 voix). Autre grosse surprise alsacienne, la formation verte remporte la majorité des voix dans une quinzaine de communes, dont Schiltigheim, plus quelques égalités, soit environ le double de la droite (8). Une pointe à 45% est enregistrée à Kolbsheim, commune symbole de l’opposition à l’autoroute du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg. Le maire Dany Karcher figurait en fin de liste.

Européennes ou pas, l'Alsace n'a pas pour habitude d'éjecter la droite du podium (photo GK / Rue89 Strasbourg)
Européennes ou pas, l’Alsace n’a pas pour habitude d’éjecter la droite du podium (photo GK / Rue89 Strasbourg)

Marcheurs des villes et nationalistes des champs

La République en Marche (LREM) remporte la majorité dans toutes les principales villes d’Alsace (Haguenau, Wissembourg, Saverne, Strasbourg, Mulhouse, Colmar) à l’exception de Saint-Louis (RN) et Schiltigheim (EELV) donc. Mais le RN cartonne dans les vallées vosgiennes et les plus petites communes périphériques (voire notre carte détaillée).

Passé ce quatuor, les autres listes peinent à peser. La liste Debout la France menée par Nicolas Dupont-Aignan (4,92% contre 3,4% en France) passe tout juste devant l’alliance Parti socialiste / Place publique (4,7% contre 6,6% en France). La France insoumise (4,2% contre 6,6%), qui avait pourtant enregistré une forte montée en puissance en 2017, se classe 7ème juste devant ce qu’il reste de l’UDI (2,8%) et les animalistes (2,6%).

Trois Alsaciennes eurodéputées

Au final, trois Alsaciennes vont rejoindre les rangs des eurodéputés en juillet pour un nouveau mandat de cinq ans, c’est deux de plus qu’en 2014.

  • Huitième sur la liste du Rassemblement National, Virginie Joron décroche son premier mandat au Parlement européen. Elle est déjà conseillère régionale du Grand Est.
  • Sénatrice du Bas-Rhin et ancienne maire de Strasbourg entre 2001 et 2008, Fabienne Keller, 7e sur la liste LREM, devient eurodéputée.
  • Anne Sander (Les Républicains) est reconduite de justesse pour un nouveau mandat.

Le prochain scrutin sont les élections municipales en mars 2020. Même si ces résultats ne peuvent être transposés compte tenu des dynamiques et spécificités de chaque commune, cette hégémonie de La République en Marche devrait amener certains maires de droite à s’interroger sur les stratégies d’alliances à mener.

Le RN encore plus fort dans le Grand Est

À l’échelle du Grand Est, le Rassemblement national est largement en tête avec 28,21% des voix, devant La République en Marche (20,6%), Europe Écologie Les Verts (11,95%) et Les Républicains (8,30%). Des résultats qui devraient questionner la majorité LR-Modem-UDI, à l’heure de réfléchir tout doucement à la constitutions des futures listes. Les régionales sont programmées dans moins de deux ans. D’ailleurs le président de région Jean Rottner (LR) n’a pas produit de réaction dans la soirée comme il est d’usage.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 9 731 visites. 12 commentaires.

Des riverains obtiennent la fermeture temporaire du Local, bar à concerts de la Krutenau

par Tristan Kopp. 5 381 visites. 15 commentaires.

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 586 visites. Aucun commentaire pour l'instant.