Le fiasco du Pôle d’administration publique, ou comment perdre des millions
Société 

Le fiasco du Pôle d’administration publique, ou comment perdre des millions

actualisé le 21/06/2015 à 11h23

Le site du PAPS (Photo Marc Gruber)

Le site du PAPS (Photo Marc Gruber)

Dernier rebondissement dans la saga du futur Pôle d’administration publique de Strasbourg (PAPS): l’expert chargé d’évaluer les problèmes du chantier pourrait être récusé par le tribunal administratif de Strasbourg, alors que les travaux sont à l’arrêt depuis juillet 2014. Personne ne sait quand l’établissement verra enfin le jour. Sciences Po Strasbourg devra encore patienter quelques années pour déménager.

Un budget total de plus de 50 millions d’euros, déjà deux ans de travaux pour un « projet phare » de Strasbourg. On s’était donné les moyens pour les futurs Pôle d’administration publique de Strasbourg (PAPS) et Pôle de compétence en propriété intellectuelle (PCPI). Sauf que le projet est en rade depuis juillet 2014 pour cause de fissures dans la structure du bâtiment. Les quelque 1 400 étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Strasbourg qui sont à l’étroit dans leur actuel Ensemble Saint-Georges avenue de la Forêt Noire vont devoir se serrer encore longtemps.

Les travaux ont bien commencé en 2013 et plus de 15 millions d’euros ont été engagés en 2014, mais en juin 2014, coup de théâtre : le cabinet d’ingénierie RFR constate des fissures sur la structure de béton et émet des doutes sur la solidité du bâtiment, alors que l’habillage du bâtiment était déjà en cours (voir encadré et photos).

Du jour au lendemain, les travaux s’arrêtent, les ouvriers n’ont plus le droit d’accéder au site et l’équipement présent sur place est laissé à l’abandon, y compris du matériel isolant qui entre temps est devenu inutilisable. Les premiers éléments évoquaient des erreurs de conception dans les « poutres voiles » qui servent à soutenir les charges lourdes. La CUS, qui est maître d’ouvrage, a saisi le tribunal administratif de Strasbourg, lequel a désigné l’architecte Schilikhois Claude Bucher comme expert judiciaire chargé de déterminer les erreurs et les responsabilités de ce fiasco.

Un feuilleton judiciaire qui embourbe encore un peu plus le chantier

Alors que l’expert était désigné depuis six mois et devait rendre ses conclusions en mai, le cabinet d’ingénierie RFR a décidé de demander sa récusation pour cause de partialité et de liens avec l’une des parties : Claude Bucher travaille actuellement sur des chantiers de CUS-Habitat (l’office public du logement social) et exerçait jusqu’en 2014 un mandat d’élu local à Schiltigheim ainsi que des activités à la mission locale de la CUS-nord. Ce mercredi 8 avril, le tribunal administratif de Strasbourg a donc examiné cette demande lors d’une audience publique.

Maître Maxence Levy, l’avocat représentant l’Eurométropole lors de l’audience, a contesté cette partialité présumée de Claude Bucher puisque CUS-Habitat est une entité juridique distincte de l’Eurométropole, et a il souligné la gravité de la situation :

« Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de demander la récusation de Claude Bucher, qui était connu par toutes les parties depuis septembre 2014 ? Les dommages collatéraux seraient gigantesques si on changeait d’expert maintenant. À l’heure actuelle, dans le meilleur des cas le bâtiment sera livré fin 2017, mais si l’on retarde encore les délais alors cela deviendrait catastrophique. »

Le tribunal rendra son jugement le 22 avril, mais en attendant on tente de « sécuriser » le site. Au passage, l’avocat semble plus pessimiste sur la date de livraison que la direction de l’IEP de Strasbourg qui assure que la rentrée 2017 se fera dans ce futur bâtiment.

Un projet phare de la CUS

L’IEP du futur devait intégrer le bâtiment « PAPS-PCPI ». Derrière cet acronyme barbare, l’idée est de regrouper dans un seul bâtiment appelé Pôle d’Administration Publique de Strasbourg (PAPS) et Pôle de Compétence en Propriété Intellectuelle (PCPI), outre l’IEP, plus connu sous le nom de Sciences Po, l’Institut de préparation à l’administration publique (Ipag), le Centre d’études internationales de la propriété industrielle (Ceipi), l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi) et l’Institut européen entreprise et propriété intellectuelle (Ieepi). Ouf ! Le tout doit accueillir environ 2 500 usagers sur le site de l’ancien Hôpital civil, entre la cave historique, la pharmacie et la faculté dentaire.

Le projet, adopté par la CUS en 2010, porte sur une surface totale de plus de 14 000 m² répondant aux normes des bâtiments à basse consommation pour un coût total de 52 millions d’euros, dont plus de 22 millions pour le seul bâtiment. Le financement a été réparti entre l’Eurométropole, le Département, la Région, l’État et l’Institut National de la Propriété Industrielle. Le projet a été confié au cabinet d’architecture parisien Lipsky + Rollet, mais c’est le cabinet d’ingénierie RFR qui s’est occupé de la conception des structures, notamment du gros œuvre pour un montant de plus de 8 millions d’euros .

Chronologie

automne 2012 : démolition de l’ancienne « Médicale A » de l’Hôpital civil
mars 2013 : début des travaux
avril 2013 : pose de la 1ère pierre par Geneviève Fioraso, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche
juillet 2013 : mise en place des fondations
avril 2014 : fin du gros-œuvre, pose des cloisons et des fenêtres
juin 2014 : essai d’une salle et d’un bureau témoins
juillet 2014 : fissures, arrêt des travaux
septembre 2014 : désignation d’un expert par le Tribunal administratif de Strasbourg
avril 2015: une des parties demande la récusation de l’expert

Le site Internet de l’IEP de Strasbourg  rappelle pudiquement que « la maîtrise d’ouvrage et l’équipe de maîtrise d’œuvre se mobilisent pour essayer de trouver à l’amiable les solutions techniques réparatrices ». D’après Lipsky + Rollet, des « consolidations de certains éléments fragiles » sont en cours, mais lors de notre passage aux abords du chantier, toujours strictement interdit d’accès, aucune activité n’était visible. Les élèves rapportent que d’après leurs enseignants une mauvaise évaluation des sols, jugés stables à tort, explique que ce bâtiment flambant neuf risque de s’écrouler. Mais personne ne veut porter de telles accusations publiquement

Le 25 mars 2015 un nouvel appel d’offre a bien été publié par l’Eurométropole pour la « sécurité et le confortement d’un ouvrage en béton armé présentant des désordres structurel », pour une durée des travaux de huit mois. Avant les conclusions juridiques, l’Eurométropole est donc bien contrainte de mettre à nouveau la main au portefeuille pour sécuriser le site.

Sérénité affichée à l’Eurométropole

Le sujet est devenu tabou. Quels que soient les interlocuteurs au sujet du PAPS – université, architectes, exécutants, bureau de contrôle -, tous renvoient vers l’Eurométropole, maître d’ouvrage du projet. Mais au service juridique comme au service de la communication, on a pour consigne de ne pas se prononcer sur le sujet. C’est donc Nicolas Matt, vice-président de l’Eurométropole en charge des relations avec l’Université, qui distille un message d’apaisement :

« C’est un coup dur pour l’IEP et nous sommes dans une phase de préparation et d’attente avant l’avis de l’expert , qui devrait être rendu en mai (si l’expert n’est pas révoqué entre temps, ndlr), mais nous sommes calmes, nous attendons sereinement. Mon sentiment est que nous allons vers un scénario de type rattrapage des défauts de construction même si aucun scénario ne semble plus probable qu’un autre. Je reconnais que ce projet n’est pas un exemple à suivre, et en effet nous avons pensé à faire évaluer les coûts de démolition s’il le fallait. »

Cette apparente sérénité contraste avec la bataille judiciaire ardue qui a lieu au Tribunal administratif et risque de ne pas faire plaisir à l’IEP.

Le chantier à l'abandon depuis juillet 2014 (Photo Marc Gruber)

Le chantier à l’abandon depuis juillet 2014 (Photo Marc Gruber)

Une rentrée 2015 impossible pour l’IEP et le spectre d’une démolition

Les difficultés rencontrées sur le chantier sont un coup dur pour l’IEP de Strasbourg, qui aurait dû être hébergé dans le bâtiment flambant neuf dès la rentrée 2015. L’arrêt du chantier a suscité des inquiétudes parmi les enseignants et les élèves et en attendant le rapport de l’expert, les rumeurs enflent sur les rentrées à venir ou l’option d’une démolition-reconstruction aux frais du maître d’ouvrage. Mais une chose est sûre : l’IEP de Strasbourg n’est pas prêt de se développer dans ses nouveaux locaux avant plusieurs années.

Sciences Po Strasbourg joue gros : le conseil d’administration avait approuvé le principe d’une prolongation du cursus à une 5e année, la création d’une nouvelle section « politique et société » ainsi que la création de nouveaux masters en communication et en gestion de projets culturels. Le corollaire étant l’augmentation du nombre de salles et du nombre d’élèves ainsi que le développement des infrastructures et des services. Le bâtiment actuel ne pourra pas accueillir tout ce monde.

Difficile de démêler les responsabilités

Philippe Juhem, maître de conférences en Sciences politiques et membre du Conseil d’administration, ne cache pas son inquiétude pour l’avenir immédiat de l’IEP :

« La situation est complexe, comme souvent sur un chantier de cette ampleur, il est difficile de déterminer les responsabilités de malfaçons parmi un ensemble de contractants et de sous-traitants. Nous sommes tous pendus aux conclusions de l’expert, mais nous savons aussi que par définition une expertise est contestable, car des millions d’euros sont en jeu et personne ne voudra y perdre. Il y a quelques mois, la CUS évoquait une possible solution à l’amiable, mais ce scénario semble bien improbable à présent. Ce qui nous inquiète, c’est que l’arrêt indéterminé des travaux nous oblige à continuer à rester dans des locaux exigus et vétustes. Nous sommes contraints de chercher des locaux supplémentaires ailleurs mais nous sommes en concurrence avec l’École de Management (EM) qui elle aussi prospecte dans le même quartier ».

Jean Howiller, président de l’Association des anciens élèves de l’IEP et également membre du conseil d’administration, déplore le manque d’information :

« Il n’y a pas assez d’informations qui filtrent au sujet de ce chantier, ce que je regrette et j’en ai fait part au conseil d’administration. Mais cela donne surtout lieu à beaucoup de craintes et de rumeurs : faudra-t-il détruire et reconstruire ? Qui va payer ? Combien de temps cela prendra-t-il encore? Quoi qu’il en soit, l’ampleur du retard a d’ores et déjà des conséquences sur le fonctionnement de l’IEP : le bâtiment actuel est vétuste et il n’était pas prévu de s’en servir après 2015. Cela implique l’engagement de dépenses supplémentaires pour réaménager des salles, remettre les sanitaires aux normes, réviser les ascenseurs et le conduites d’eau, etc. »

Le « système D » à l’IEP jusqu’à la fin des travaux

De fait, l’IEP est confronté à un véritable problème d’espace, qui était pourtant la condition à ses projets de développement : à l’heure actuelle les 1 400 élèves de l’IEP de Strasbourg en font le plus modeste de France avec celui de Rennes, puisque les autres IEP de province accueillent en moyenne 2 000 élèves. D’autre part, les frais de scolarité ont été « modulés » en fonction du revenu parental pour élever le maximum à 3 000 euros par an, contre environ 1 000 auparavant, dans un objectif de développement de l’IEP. Des élèves qui ont participé à cette hausse ne verront jamais le nouveau bâtiment.

Mais pour le moment les perspectives de déménagement s’éloignent tandis que la nouvelle modulation est bel et bien mise en place, même si en moyenne les frais de scolarité restent modestes par rapport aux écoles de commerces. Les 700 000 euros annuels de rentrées des frais de scolarité seront pour le moment utilisés pour la rénovation de l’ancien bâtiment, le fonctionnement et l’administration.

En attendant, le directeur de l’IEP Sylvain Schirmann s’occupe de l’organisation de la rentrée 2015. Lors d’une réunion du conseil d’administration le 27 novembre 2014, il avait indiqué que « la réforme [des filières] ne s’appliquera pas en 2015, sauf si l’on trouve des salles ». Depuis, des salles ont en effet été trouvées, et même si Sylvain Schirmann a présenté sa démission qui sera effective le 31 août 2015, il se veut néanmoins rassurant pour la prochaine rentrée :

« Les inquiétudes sont légitimes, mais les problèmes matériels ont trouvé une solution. La réforme des filières aura bien lieu dès la prochaine rentrée mais dans le périmètre restreint dont nous disposons en utilisant des locaux en dehors de l’IEP, et pour plus de souplesse, dans l’utilisation des salles en allongeant la semaine de cours au maximum, soit de 8h à 20h en semaine ainsi que le samedi matin. Il y a en effet des aménagements à faire au bâtiment actuel aux frais de l’IEP mais il faut considérer que ce n’est pas à fonds perdus pour la collectivité puisqu’au moment où l’IEP déménagera, le bâtiment reviendra à l’Université. »

Une chose est sûre : le provisoire risque de durer encore quelques années.

L'AUTEUR
Marc Gruber
Marc Gruber
Après de nombreuses années d'expatriation dans l'Euroland Bruxellois, je suis revenu en Alsace en 2014. Un peu journaliste, un peu bourlingueur, curieux du vaste monde mais aussi de l'information locale.

En BREF

Un ras-le-bol de tous bords, rencontres avec des « gilets jaunes »

par Guillaume Krempp. 2 546 visites. 26 commentaires.

Le camp de la rue des Canonniers évacué, le trottoir bloqué

par Pierre France. 1 796 visites. 9 commentaires.

GCO : Le tribunal administratif pourrait annuler l’arrêté sur les travaux préparatoires

par Jean-François Gérard. 4 159 visites. 33 commentaires.