Plus de 24 heures de garde à vue pour un index levé, Aboubakar raconte
Société 

Plus de 24 heures de garde à vue pour un index levé, Aboubakar raconte

Mercredi 27 novembre, deux jeunes Tchétchènes ont été placés en garde à vue plus de 24 heures pour « apologie du terrorisme ». Sans aucune preuve contre eux autre qu’un index levé sur une photo devant la cathédrale, ils ont été relâchés. L’un d’eux raconte plus d’une journée en cellule.

Arrêté, menotté, placé en garde à vue… pour un index levé. Mercredi 27 novembre, une patrouille de CRS interpelle Aboubakar et son ami. En visite à Strasbourg, le sportif d’origine tchétchène a vu son séjour virer au cauchemar. Convaincus que ce geste du doigt signifie une allégeance à l’Etat islamique, les forces de l’ordre embarquent les deux jeunes pour « apologie du terrorisme. » Le jeune homme ne comprend pas ce qui se passe : « Ce geste, je le fais souvent quand je gagne une compétition. Certains lèvent le pouce, d’autres lèvent l’index… », explique le champion d’Europe de jujitsu.

Aboubakar a été arrêté devant la cathédrale de Strasbourg après avoir levé l’index vers le ciel pour une photo. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

« C’était de la provocation »

Il n’y a pas eu de violence physique de la part des policiers, assure Aboubakar, mais le jeune homme est mis sous pression dès son interpellation :

« Dans la voiture, un policier disait « Inchallah, on vous a attrapés. » Comme si on avait été pris en flagrant délit… Dans la cellule, certains policiers venaient devant et me disait : “Vas-y montre ton doigt.” J’ai rien dit, je savais que c’était de la provocation. »

Aboubakar a passé ses 24 premières heures de garde à vue sans avocat. Selon cet habitant de Troyes, les policiers l’auraient dissuadé de recourir à un représentant légal : « Ils m’ont dit que je n’allais rester que trente minutes, que ce n’était la peine de demander un avocat… »

Index levé, « hyper grave » pour les policiers

Une fois les 24 premières heures écoulées, le jeune homme doit à nouveau signer un document. Cette fois, il demande un avocat. « Je pense que la première journée de garde à vue ne s’est pas bien passée, analyse Aboubakar, quand j’ai dit que l’index levé veut dire « Dieu est seul », le policier a réagi comme si c’était hyper grave… »

Pendant ce temps, la famille d’Aboubakar finit par s’inquiéter pour leur fils, qui ne donne plus de nouvelles. Son grand frère, Dikiy (le prénom a été modifié), appelle plusieurs fois l’hôtel de police… « mais les policiers nous ont répondu qu’il n’était pas là. Pourquoi ont-ils fait ça ? Pourquoi ils n’ont pas laissé mon frère nous appeler au début de la garde à vue ? C’est son droit ! »

« Maintenant il a peur »

Le deuxième Tchétchène emmené par les policiers au même moment et gardé à vue n’a pas souhaité nous répondre. Son ami Aboubakar explique sa décision en décrivant la situation du jeune : « Il est choqué de fou. Il n’a pas de papier, ne parle pas français et ne connaissait pas ses droits. Maintenant il a peur. »

Interrogé sur les conditions de la garde à vue et les premiers résultats des investigations, le parquet de Strasbourg n’a pas souhaité communiquer arguant d’une « enquête toujours en cours. » Les téléphones portables des deux jeunes hommes sont toujours en la possession des enquêteurs. « Ils peuvent rechercher dedans autant qu’ils le souhaitent, mais ils ne trouveront pas ce qui n’existe pas », écrivait Aboubakar sur son compte Instagram, début décembre.

« Dur de s’adapter quand on est jugé comme ça »

Dikiy dénonce l’arrestation de son frère alors que celui-ci ne demande qu’à recevoir la nationalité française pour représenter l’Hexagone lors des compétition de jujitsu : « On veut s’intégrer à la société française, mais c’est dur de s’adapter quand on est jugé comme ça. »

Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a apporté son soutien à Aboubakar en lui proposant un avocat. Les deux frères attendent les résultats de l’enquête : « S’ils disent qu’il n’y a rien, on va demander à notre avocat de s’assurer qu’Aboubakar n’est pas inscrit au fichier S, explique le grand frère Dikiy. Tout ce qu’on veut c’est la justice. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Fêter le 14 juillet à Strasbourg sans bal populaire ni feu d’artifice

par Alice Ferber. 16 001 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Disparition du poste d’assistant social dans les lycées : « Le gouvernement démolit l’école publique »

par Alice Ferber. 4 125 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La municipalité abandonne les poursuites contre l’Hôtel de la Rue

par Jean-François Gérard. 2 255 visites. 5 commentaires.