Grand débat national : on est allé à la thérapie de groupe de Thierry Michels
Politique 

Grand débat national : on est allé à la thérapie de groupe de Thierry Michels

Une première édition du Grand débat national à Strasbourg s’est tenue à l’école d’ingénieurs de l’environnement dans la soirée de lundi. Thierry Michels, député « En Marche » de Strasbourg, a écouté pendant deux heures les 53 propositions en provenance d’un public sage. Il s’est bien gardé de répondre, ce qui a donné à la soirée les allures d’une thérapie collective plutôt que d’un débat politique.

La salle de la Marseillaise paraît pleine à craquer quand les 160 personnes et quelques s’installent lundi soir pour participer à une première rencontre à Strasbourg dans le cadre Grand débat national, proposé par le président de la République, Emmanuel Macron. C’est le député (LREM) de Strasbourg, Thierry Michels, qui a pris tous ses petits copains de vitesse en proposant à l’École Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement de Strasbourg (ENGEES) d’héberger cette soirée d’échanges sur la transition énergétique.

Jean-François Quéré (à gauche), directeur de l'ENGEES et Thierry Michels (à droite) annoncent l'ouverture de leur réunion du grand débat national à Strasbourg.

Jean-François Quéré (à gauche), directeur de l’ENGEES et Thierry Michels (à droite) annoncent l’ouverture de leur réunion du grand débat national à Strasbourg.

Bien que le Grand débat ait été mis en place pour répondre au mouvement des Gilets jaunes, pas question pour l’élu de la majorité de leur donner de l’écho. Il est parvenu à introduire la soirée sans les nommer :

« La dépendance à la voiture est à l’origine de la crise actuelle. Il faut que nous trouvions des solutions pour proposer aux citoyens de se déplacer autrement, en prenant en compte les enjeux sociaux de la transition écologique. »

Et ça marche : dans ses interventions, le public a égrené des propositions en faveur de la transition écologique et de son financement, sans parler des Gilets jaunes.

Le GCO écarté lui aussi du débat

Ce sont majoritairement des hommes, la cinquantaine passée, qui ont pris la parole. Les propositions ont porté sur les solutions locales ou nationales, le financement de la transition écologique et les actions à l’échelle européenne voir internationale en faveur de l’Environnement.

Certains des participants ont par exemple proposé l’augmentation des aides pour remplacer les véhicules diesels et le développement de voitures à hydrogène, « moins polluantes à la construction et au recyclage que les voitures électriques. » Soutenir financièrement l’isolation thermique des bâtiments a aussi été une demande récurrente. Mais pour financer cette fameuse « transition écologique, » les propositions se sont faites beaucoup plus rares.

Heureusement que les Gilets jaunes n’étaient pas présents, puisque certains participants ont évoqué des… taxes, sur les importations de viande et de panneaux solaires pour favoriser leurs productions en France. Fabien, étudiant à l’ENGEES, a aussi proposé de revoir à la hausse la fiscalité, mais sur les carburants utilisés pour le transport maritime et aérien.

La première évocation de l’autoroute du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg est venue à la quarantième minute du débat. Après une saillie contre la décision de laisser les déchets au fond de Stocamine, le militant et blogueur Jean-Claude Meyer a proposé que soit abandonné le GCO, une contribution largement soutenue par de forts applaudissements dans l’assistance… Aucune réaction de Thierry Michels. Deux autres interventions reviendront ensuite sur la future autoroute mais seront à chaque fois interceptées par Thierry Michels, au prétexte que « la parole a déjà été donnée plus longtemps que de raison à ce sujet. » Tant pis pour le débat.

Jean-Claude a filmé l'intégralité du débat en live.

Jean-Claude Meyer a rediffusé l’intégralité du débat en live sur sa page Facebook. « Je m’inquiète de la restitution du débat, sa rediffusion en public donne des garanties » justifie-t’il.

Dans une incroyable spontanéité, une personne du public a subitement proposé que soit « redirigé le fonds européen d’aide au désenclavement routier vers la transition énergétique. » Une remarque qui a tout de même sorti Thierry Michels de sa léthargie. Le député en a profité pour annoncer que cette mesure était « au cœur des débats de la commission aux Affaires européennes de l’Assemblée Nationale » dont il fait partie. Deux autres participants ont aussi insisté sur le rôle de « leader écologique que doit tenir l’Europe face aux autres grandes puissances » ainsi que sur la nécessité d’une réponse européenne pour remplir l’accord de Paris… Messages subliminaux.

Un brainstorming citoyen plutôt qu’un débat

Le député s’est contenté d’écouter les propositions, sans répondre sauf à connecter certaines propositions formulées avec des choix du gouvernement. Devant la remise en cause du PIB comme mesure du développement économique par un participant pour y inclure par exemple les impacts écologiques ou le temps de travail, Thierry Michels s’est placé en modérateur implacable : « il faut garder des propositions concrètes. »

Voilà donc à quoi ressemble le Grand débat national à Strasbourg : un enchaînement de propositions techniques, sans lien les unes avec les autres. De débat, il n’a donc pas été question… La soirée s’est plus apparentée à celle d’un groupe de parole pour citoyens inquiets, ou d’une thérapie de groupe pour macronistes.

A la sortie de la salle accueillant le grand débat sont disposés sur une table une boite à idée, les règles du débat et des tracts pour Thierry Michels.

Une boite à idées est mise à disposition des participants, ainsi que des tracts mettant en exergue les positions de Thierry Michels. (Photo PP / Rue89 Strasbourg / cc)

À la fin de la soirée, Thierry Michels a sondé la salle pour savoir si le public était satisfait. À main levée, l’assistance a répondu « oui » à une large majorité, ce qui aura été finalement le seul vote de la réunion. Mais pour Lucas, l’un des participants, les échanges « manquaient de lien entre eux. » Jean-Claude Meyer a qualifié la soirée de « défouloir par la parole. On n’a pas eu d’échange qui auraient pu aboutir à des réponses. »

Les échanges seront retranscrits dans une synthèse rédigée par les collaborateurs de Thierry Michels et publiée sur le site du Grand débat national. Toutes les synthèses des réunions ainsi que les contributions individuelles seront intégrées après la clôture des débats le 15 mars, dans un grand bilan de la consultation que dressera le gouvernement.

Y aller

Grand débat national à Strasbourg, 2e réunion organisée par Thierry Michels, vendredi 1er février à 18h30 au centre social et culturel Le Galet, 4 av Tolstoï à Strasbourg – Hautepierre.

Aller plus loin

Sur Facebook : la vidéo intégrale de la soirée du lundi 21 janvier, par Jean-Claude Meyer

L'AUTEUR
Pierre Petitcolin
Pierre Petitcolin
Stagiaire à Rue89 Strasbourg sur la période janvier - février 2019.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 9 360 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 269 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 560 visites. 8 commentaires.