Nos repérages de groupes alsaciens programmés à la Laiterie
Culture 

Nos repérages de groupes alsaciens programmés à la Laiterie

Yeallow

Le groupe strasbourgeois Yeallow jouera en première partie des Stranglers le 14 novembre sur la grande scène (Doc. remis)

En cette rentrée encore bien estivale, la Laiterie rouvre ses portes pour la 22ème saison consécutive. Et pour ce dernier trimestre de l’année, l’agenda sera bien chargé avec plus de 80 soirées au menu jusqu’au 19 décembre dont une vingtaine de formations de la région. Coups de cœur et tour d’horizon thématique.

Dès l’entame de la saison, le 11 septembre, ce sont deux étudiants strasbourgeois d’adoption qui chaufferont la grande salle, juste avant l’Irlandaise Roisin Murphy, ex-moitié du groupe Moloko. Aurélien Fournier et Bastien Marline, réunis sous le patronyme Barton Bug, reviennent à la Laiterie avec leur électro-pop douce, planante et mélancolique après un premier passage il y a six mois dans le cadre de la tournée d’auditions du concours Inrocks Lab sur la zone Grand-Est :

Sombre Liste Noire le 30 octobre

Moins bondissant tout en conservant son côté dansant mais marqué du sceau d’une électro plus vintage doublée de sonorités cold wave, voici Liste Noire, programmé le 30 octobre.

Ex-duo formé en 2005 et déclaré à l’état civil en tant que Velvet Condom, Alice Gift et Oberst Panizza jouent désormais avec un troisième larron (Kali Fagerberg) et se tournent encore un peu plus vers Berlin tout en gardant un ancrage strasbourgeois. Leur premier EP signé Liste Noire et intitulé Afire Afire date du mois d’avril dernier.

Western d’Alsace avec Carol’s Cousin

Dans une veine folk idoine pour brosser le portrait des grands espaces, il faudra absolument venir tôt dans la grande salle, le 9 octobre. Car en ouverture de l’immense John Mayall, il y aura Dom Ferrer, alias Carol’s Cousin. On pense aux Etats-Unis mais l’action se déroule au pied du Grand Ballon, entre septentrion franc-comtois et Alsace méridionale.

Jewly et Yeallow sur des affiches prestigieuses

Plus abrasif, rock et heavy blues, à l’image de leur excellent album Bang Bang Bang, Jewly et ses trois musiciens (Sylvain Troesh à la guitare, Raphaël Schuler à la batterie, Philippe Tempo à la basse) lâcheront leur son rebelle et épicé le 4 novembre avant que Ten Years After ne ressuscite par bribes le mythe de Woodstock. Et avant même l’immersion temporelle en 1969, ça risque de bien déménager :

Eux aussi auront la lourde mais excitante tâche de chauffer l’ambiance avant un groupe légendaire : Yeallow, quatuor strasbourgeois au rock efficace et carré à l’ADN revendiqué briton, ouvrira le 14 novembre pour les Stranglers et pourra servir son cocktail musical protéiforme déjà savouré sur l’album Homebred publié au printemps dernier.

Last Train, locomotive du nouveau rock français

Last Train, en revanche, jouera en tête d’affiche le 2 octobre au Club. Les quatre jeunes Mulhousiens (dont le propre label, Cold Fame Records, présentera aussi le duo lyonnais Holy Two le 14 octobre) démontent littéralement la scène rock française depuis quelques mois, passant du statut de jeunes pousses prometteuses à celui de poids lourds en devenir. Une victoire aux Inouïs du Printemps de Bourges 2015 et une programmation au festival Rock en Seine le 30 août dernier ont assurément déplacé le curseur un peu plus encore vers le haut.

Grand-messe metal

Grosse soirée metal par ailleurs, le 18 septembre au Club, avec une double programmation alsacienne : Dust in Mind, combo strasbourgeois dont le nouvel album Never Look Back sortira le soir-même, et les Thannois Fall of Death dont les mélodies implacables et destructrices font mouche à tous les coups.

Des Scènes d’Ici en accès libre

Le 3 octobre, les deux salles de la Laiterie accueilleront le traditionnel rendez-vous Scènes d’Ici, organisé trois à quatre fois par saison par les programmateurs du lieu. Au menu de cette soirée gratuite : Marxer, Petseleh, Luderitz, Chlore, Oscar on the Lawn, Les Chapeaux Noirs, Tybalt & Mercutio et Ross Heselton.

Reggae, soul, folk et hip hop

Les amateurs de riddims, eux, trouveront leur bonheur le 1er octobre avec le collectif colmarien de reggae Spirit Revolution (en ouverture d’Alpha Blondy) ainsi que le 6 novembre : les Strasbourgeois de Tribuman et leur Digital Raggamuffin précéderont Yaniss Odua, le prince du dancehall antillais.

Enfin, pour être complet, la soul puissante (et en français) de Miss Yella viendra réchauffer le Club le 8 octobre tandis que la sensibilité folk de Thomas Joseph complétera à merveille l’affiche formée le 29 octobre avec le Suédois Jay-Jay Johanson. La plume inspirée de Kadaz posera les Rimes d’un soir le 19 novembre, trois semaines après le flow hip hop bien groovy de l’une des figures du genre à Strasbourg et bien au-delà : Eli Finberg (alias Mr E d’Art District mais aussi des soirées Freestyle du lundi au Mudd Club ainsi que des groupes Blockstop et Caterva), qui sera sur la scène du Club le 21 octobre avec son collectif Freez, en première partie du tandem west coast américain Blackalicious.

L'AUTEUR
Charly Ouate
Charly Ouate
Une mission : vous souffler des plans de concerts électrisants qui pulsent, à la mesure de mon pseudonyme.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 9 363 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 269 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 560 visites. 8 commentaires.