GCO : Les habitants de la Zad convoqués au tribunal par les gendarmes
L'actu 

GCO : Les habitants de la Zad convoqués au tribunal par les gendarmes

actualisé le 13/06/2018 à 18h54 : Pour indiquer la "saisie" d'un arc en plastique, un jouet d'enfant

Des gendarmes se sont rendus sur la Zone à défendre (Zad) du Moulin en lisière de la commune de Kolbsheim tôt ce matin, mercredi 13 juin. Cette clairière est habitée par dix de personnes opposées au Grand contournement ouest (GCO – voir tous nos articles) de Strasbourg.

D’après les informations recueillies mercredi matin, une trentaine de gendarmes se sont déployés sur le site. D’autres ont coupé les routes d’accès aux piétons comme aux véhicules en raison de la procédure en cours. Contactée, la gendarmerie a répondu qu’il s’agissait « d’une opération judiciaire » et qu’elle refuserait de « communiquer des éléments d’informations. »

Gendarmerie - gendarme (Photo Clément Gault / FlickR / cc)

Réveil matinal sur la Zad de Kolbsheim (Photo Clément Gault / FlickR / cc)

Les habitants ont notamment reçu une convocation au tribunal administratif de Strasbourg lundi 18 juin à 14h. Le « référé-liberté » a été introduit par le constructeur et futur exploitant de l’autoroute, le groupe Vinci via sa société Arcos, afin de mettre fin à l’occupation de la zone « sans droit, ni titre ».

500€ de l’heure

Il s’agit d’une procédure classique avant une éventuelle intervention policière pour évacuation. Le concepteur demande au juge administratif d’enjoindre les occupants à quitter les lieux. Vinci souhaite être en droit de demander 500€ par heure commencée et par personne pour tout blocage des travaux constaté par un huissier. Comme il s’agit d’une demande en référé, la décision interviendra 72 heures après l’audience. Enfin, Arcos demande à pouvoir être accompagné des forces de l’ordre 24 heures après le premier constat d’huissier si la Zad n’est pas évacuée.

Les gendarmes sont également rentrés dans la grange dans le cadre d’une perquisition. Sur signalement des pompiers, ils pensaient y trouver des cocktails molotov. Mais il s’agissait de bouteilles en verre vides. Les forces de l’ordre ont néanmoins saisi un arc en plastique, qui s’avérait être un jouet pour enfant.

Ce terrain appartenait au châtelain Erik Grunelius, mais ce dernier a été exproprié à l’hiver 2018. Bien que les résultats d’une enquête publique sont encore attendus, les travaux sont prévus à partir du mois d’août, et en septembre pour les espaces en forêt.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Les barrages sur le Rhin à l’abri de la libéralisation pour l’instant

par Claire Gandanger. 534 visites. 1 commentaire.

L’Université a dépensé 400 000€ pour garder ses bâtiments pendant les manifestations étudiantes

par Pierre France. 2 910 visites. 5 commentaires.

Aux Gay Games à Paris, ces Strasbourgeois combattent l’homophobie dans le sport

par Judith Barbe. 895 visites. 1 commentaire.