Ifriqiyya Électrique en transe post-industrielle samedi soir à l’Espace Django
Culture 

Ifriqiyya Électrique en transe post-industrielle samedi soir à l’Espace Django

Après un passage remarqué au festival des Nuits sonores en 2018, les Tunisiens d’Ifriqiyya Électrique font escale à Strasbourg samedi soir. Une expérience scénique tribale et rock’n’roll, à vivre à l’Espace Django.

Plus qu’un concert, c’est un véritable road-movie, une plongée audiovisuelle au coeur d’un Sahara punk que propose le groupe Ifriqyya Electrique.

Lancé en avril 2016 par le compositeur français baroudeur François Cambuzat et la bassiste italienne Gianna Greco, le groupe puise son inspiration aux confins du désert de Djérid, dans le sud-ouest de la Tunisie.



Pendant plusieurs mois, le duo franco-italien s’est imprégné de la Banga : un rituel thérapeutique de possession et de transe hérité des Haoussas, anciens esclaves noirs de cette région du Sahel. Le premier album d’Ifriqiyya Electrique sort en 2017 chez Glitterbeat Records. Authentique, Rûwâhîne l’est par son éclectisme.

De genre, d’abord : les sonorités tribales tunisiennes se mêlent volontiers aux riffs de guitare acérés et aux beats électro. De durée, ensuite : pas question de se plier aux exigences des radios et des maisons de disques. Certains morceaux dépassent allègrement les trois minutes conventionnelles, pouvant même atteindre les neuf minutes.

Ifriqiyya Electrique (Photo Renaud De Foville)

Ifriqiyya Electrique (Photo Renaud De Foville)

Des incantations chantées en polyphonie

Comment qualifier la musique d’Ifriqiyya Electrique ? Sur sa page Facebook, le groupe aime se définir comme un « rituel adorciste » (l’opposé de l’exorcisme) et post-industriel.

La formation trouve sa place dans la lignée des précédents projets perchés de François Cambuzat (Trans-Aeolian, Putan Club). A la façon des gnaouas, les cinq artistes conduisent sur le chemin de la transe, bien aidés par le tintement des qraqeb (castagnettes en métal) et le rythme du tbel (tambour).

Et les incantations chaudes et profondes, chantées en polyphonie terminent de plonger le public dans une atmosphère sombre, où les esprits des ancêtres ne sont jamais très loin.

Ifriqiyya Electrique – He Eh Lalla

Le concert prévu à l’Espace Django est programmé seulement quelques jours à peine après la sortie du deuxième album d’Ifriqiyya Electrique, Laylet El Booree. La salle de concerts du Neuhof avoue elle-même être allée « loin » dans l’exploration musicale. Tant mieux.

Y aller

Concert d’Ifriqqya Electrique, samedi 27 avril à 20h30 à l’Espace Django, 4 impasse Kiefer à Strasbourg – Neuhof. Tarifs : de 6 à 15€ en prévente. L’événement Facebook

L'AUTEUR
Robin Dussenne
Normand exilé en Alsace, j'aime écrire sur les migrants, les religions, les minorités et les musiques métissées.

En BREF

Un camp d’une soixantaine de sans-abris aux Canonniers, à l’entrée du Neuhof

par Jean-François Gérard. 1 259 visites. 2 commentaires.

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 558 visites. 7 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 410 visites. 1 commentaire.