Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Artiste rare, Claude Gagean inaugure un nouvel espace à Zone d’Art
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts blogs 

Artiste rare, Claude Gagean inaugure un nouvel espace à Zone d’Art

par Anaïs Roesz.
Publié le 31 mars 2014.
Imprimé le 17 septembre 2021 à 18:20
3 751 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Zone d'art, Le couloir, Vue de l'exposition Claude Gagean, "Ne crânez plus" / Crédit photo : Didier Guth

Zone d’art, Le couloir, Vue de l’exposition Claude Gagean, « Ne crânez plus » (Photo : Didier Guth)

Zone d’art abrite une vingtaine d’ateliers d’artistes dans une ancienne usine, avec des espaces de travail modelés selon la convenance des artistes. Zone d’art est devenu un pôle artistique indépendant autogéré. L’endroit inaugure cette semaine avec une exposition des œuvres de Claude Gagean, son nouvel espace d’exposition : “Le Couloir”.


BlogLe Couloir ?

Dès l’entrée, la singularité de ce nouvel espace d’exposition se fait sentir. L’espace n’est autre que la desserte des ateliers du premier étage. Un concept étonnant mais qui fait sens. Les expositions sont uniquement les propositions des artistes résidents de Zone d’art. Une initiative collective pertinente, engagée et solidaire.

Le Couloir c’est 85 mètres linéaires utilisés essentiellement et jusqu’à présent lors de la manifestation des ateliers ouverts. Pour cette inauguration, il a été totalement restauré, et trois artistes résidents de Zone d’art, Didier Guth, Germain Roesz et Sylvie Villaume proposent au public de découvrir le travail particulier de Claude Gagean.

Zone d'art, Le couloir, Vue de l'exposition Claude Gagean / Crédit photo : Julien Raude

Zone d’art, Le couloir, Vue de l’exposition Claude Gagean (Photo : Julien Raude)


Un artiste qui expose peu, voir quasiment jamais

Claude Gagean s’est toujours, selon ses propres mots, isolé “du monde social normal et du milieu artistique abouti”. Un artiste solitaire qui a toujours évité le tapage des vernissages et le milieu culturel. Raisons pour lesquelles l’artiste est invisible pour ne pas dire inexistant sur la scène artistique strasbourgeoise. S’il préfère rester dans l’ombre du marché de l’art, il est également méconnu des institutions publiques et privées. Dans une époque où la technologie et la technicité prennent le dessus, l’artiste reste fidèle à un travail dit traditionnel et prône les choses qui sont faites à la main.

Détail exposition Claude Gagean, "Ne crânez plus" / Crédit photo : Julien Raude

Détail exposition Claude Gagean, « Ne crânez plus » (Photo : Julien Raude)

Son œuvre s’étale sur plus de cinquante ans de travail. Au début de sa carrière d’artiste, Gagean présente un art de matières, d’empreintes, qui se fonde systématiquement sur des oppositions et des contradictions. Opposition par exemple entre dessin géométrique et matière brute informe ou entre tons vifs et couleurs de terres. Il démarre avec des géométries, puis des « verdures » et des paysages, des mains, des feuilles pour finir actuellement avec ces crânes qu’il nomme aussi figures.

Disparités, mélanges, emprunts, citations, collages, assemblages, séries, patchworks et répétitions sont les termes de sa pratique de ces dernières années.
Ses sources d’inspirations sont nombreuses, Van Gogh et Monet pour la couleur, Matisse et Kelly pour le dessin, Klee, Léger et Albers pour la géométrie, Schwitters et Motherwell pour le collage, Tapiès et Dubuffet pour la matière, Reinhardt pour les noirs, Manzoni et Ryman pour les blancs, Twombly pour l’écriture, Matisse, Dufy, Viallat et la pattern painting pour le décoratif.

“Ne crânez plus”

Détail exposition Claude Gagean, "Ne crânez plus" / Crédit photo : Julien Raude

Détail exposition Claude Gagean, « Ne crânez plus » (Photo : Julien Raude)

Pas de rétrospective pour cette mise en espace, les organisateurs laissent le soin aux institutions culturelles de s’en charger. Avec “Ne crânez plus”, le public a l’occasion de découvrir une série d’œuvres réalisées entre 2010 et 2013. Une accumulation de crânes, telles des tapisseries, orne les murs de l’espace Le Couloir. Les crânes sont toujours accompagnés de collages, d’assemblages, de tissus floraux ou de tapisseries à fleurs. Ils sont des figures expressives, parfois expressionnistes. Il s’agit d’un canevas ornemental fait de papier journal, de photos de mannequins, de femmes présentes dans les magazines, mais également de papier peint, de papiers d’emballage, de serviettes en papier ou de tissus à fleurs.

“Ne crânez plus”, c’est l’occasion de percevoir un assemblage, un rassemblement, une accumulation, mais surtout une série d’œuvres qui sont synonymes de rupture et de véritable transgression. Surgissement du crâne, figure incontournable aujourd’hui dans l’œuvre de Gagean. L’artiste expose avec intérêt dans cet espace dont certaines parties exiguës permettent au regardeur de s’immerger dans ses œuvres. Un espace d’exposition qui apparaît comme extrêmement juste aux yeux de l’artiste pour présenter ses crânes. Proche de la vanité et du palimpseste, l’exposition “Ne crânez plus” est l’occasion pour le public de découvrir le travail d’un grand artiste local et d’inscrire un nouvel espace d’exposition dans le paysage culturel alsacien.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Anaïs Roesz
Anaïs Roesz
Je suis tombée dans la marmite de l'art et de la culture quand j'étais toute petite. Aujourd'hui j'écris pour de multiples supports et j'arpente les rues de la capitale alsacienne à la recherche des expositions qui pourront satisfaire ma plume.

En BREF

Après l’évacuation du camp de la Montagne Verte, des personnes logées et des tentes subtilisées aux associations

par Thibaut Vetter. 3 986 visites. 8 commentaires.

Cinq personnes logées après une tentative ratée d’ouverture de squat à la Meinau

par Martin Lelièvre. 7 939 visites. 4 commentaires.

Les riverains du camp de Montagne Verte choqués par l’abandon des réfugiés

par Thibault Vetter. 5 025 visites. 8 commentaires.
×