Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Infirmières anesthésistes en grève, « semaine noire » aux blocs
L'actu 

Infirmières anesthésistes en grève, « semaine noire » aux blocs

par Pierre France.
Publié le 9 novembre 2021.
Imprimé le 18 mai 2022 à 05:54
1 191 visites. 2 commentaires.

Les infirmières et infirmiers-anesthésistes sont en grève depuis lundi, pour au moins une semaine. Leur absence empêchent plusieurs blocs opératoires d’Alsace de fonctionner. Ils demandent une revalorisation de leur statut.

En grève depuis mardi 2 novembre, les infirmières et infirmiers-anesthésistes diplômés d’État (IADE) ont entamé depuis lundi 8 novembre une « semaine noire sans IADE, bloc mort, » selon les mots employés dans un communiqué envoyé par le Collectif IADE-France.

Selon ce collectif, qui fédère les actions de syndicats, de structures professionnelles nationales et internationales, les IADE ne sont pas payés à la hauteur de leurs qualifications et de leurs responsabilités. Le collectif demande que les IADE puissent rejoindre une nouvelle catégorie du Code de la Santé, « l’exercice en pratique avancée », ce que le gouvernement leur refuse malgré des critères « tous remplis », selon le collectif. Une IADE débutante en fonction hospitalière démarre à 1 630€ nets par mois, soit environ 2 000€ avec les primes.

Les infirmières-anesthésistes demandent une revalorisation de leur statut (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

En raison de ce mouvement social, plusieurs blocs opératoires ont dû réduire leur activité, selon un décompte fourni par le collectif IADE de l’Est :

  • CHU Strasbourg : 70% des salles d’opération à l’arrêt,
  • CH Haguenau : 100% d’infirmiers anesthésistes en grève, deux salles en activité pour les urgences,
  • CH Saverne : 100% des d’infirmier anesthésiste en grève, une salle pour les urgences,
  • CH Sélestat : 20% du programme opératoire annulé,
  • CH Colmar : 4 salles d’opération ouvertes sur 16.

Très déterminés à poursuivre leur mouvement jusqu’au bout, les IADE préviennent que des perturbations devraient se poursuivre dans l’ensemble des blocs opératoires, avec « un net ralentissement de l’activité opératoire programmée (hors urgences). » Le ras-le-bol s’est installé, poursuit le communiqué qui rappelle que « beaucoup d’infirmières-anesthésistes sont proches voire déjà en burn-out avec toutes les conséquences que cela peut entraîner (arrêt maladie, risques psychosociaux, perte de l’estime de soi, etc). »

L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Ateliers Ouverts : dans toute l’Alsace, des artistes dévoilent leur travail les week-ends du 14 et du 21 mai

par Alizée Chebboub-Courtin. 967 visites. 2 commentaires.

Le déontologue pointe un manque de transparence de la municipalité

par Pierre France. 1 280 visites. 2 commentaires.

Stocamine : début des travaux de confinement, la Collectivité d’Alsace demande leur suspension

par Thibault Vetter. 461 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×