Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
La suspicion autour de la contraception et des vaccins inquiète le Pr Israël Nisand
Vigies 

La suspicion autour de la contraception et des vaccins inquiète le Pr Israël Nisand

par Manon Weibel.
Publié le 10 octobre 2017.
Imprimé le 28 octobre 2021 à 00:34
2 638 visites. 1 commentaire.

À écouter sur France Inter

Le Pr Israël Nisand, chef du service de gynécologie-obstétrique des hôpitaux de Strasbourg, était l’invité de Léa Salamé ce lundi 9 matin octobre sur France Inter. Contraception, méfiance grandissante vis-à-vis des vaccins, violences faites aux femmes enceintes, pornographie chez les jeunes… Celui qui est aussi président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français a lancé quelques signaux d’alarme.

Contraception et vaccins devenus suspects

Depuis 2010, un mouvement de défiance est observé chez les femmes face à la pilule. En sept ans, 10% d’entre elles ont arrêté de la prendre, explique Léa Salamé. Ce que confirme le Pr Nisand :

« On n’a eu en France une propension à utiliser essentiellement la contraception orale, à la distribuer pratiquement sous le comptoir. Or un médicament qui est efficace a des effets adverses et la pilule est remarquablement efficace, les pilules doivent être prescrites après une consultation médicale détaillée. Quand on utilise un médicament à des millions d’exemplaires, on voit apparaître des complications extrêmement rares. »

Même constat de désamour envers les vaccins et même réponse d’Israël Nisand :

« Les Français vivent dans un pays de Cocagne, ils ne veulent plus des vaccins parce qu’ils ne voient plus les maladies ! Il faut convaincre et sanctionner ceux qui propagent des choses fausses sur les vaccins. Ce qui est malheureux, c’est que la France qui a inventé les vaccins est le pays qui en profite le moins : 14% des femmes sont vaccinées contre le cancer du col, là où nos voisins anglais sont à 88%… et du coup ces cancers disparaissent en Angleterre tandis qu’ils augmentent chez nous. »

 

« J’en ai marre de ce « bashing » contre les gynécologues »

Le Pr Nisand a peu goûté le « livre noir de la gynécologie », qui a recensé des violences faites aux femmes enceintes. Le responsable du Centre médico-chirurgical obstétrique de Schiltigheim tient à rappeler que « 97% des gynécologues obstétriciens font un travail extraordinaire de bien traitance, de gentillesse, de dévouement et de qualité. On est l’un des pays qui a le meilleur résultat en terme de mortalité maternelle. »

Il ne remet pas en question l’existence des violences mais selon lui, il s’agit d’abord d’un problème de moyens alloués aux maternités :

« Des personnels maltraités deviennent maltraitants. Quand un gynécologie a fait cinq césariennes dans sa nuit et qu’il a brancadé lui-même ses patientes, faut pas lui demander d’être gentil au petit matin. »

Alerte sur les ados et la pornographie

Le Pr Nisand est appelé à intervenir dans les lycées et collèges de Strasbourg parce qu’il y a « des fellations collectives dans les toilettes » :

« Mais où ils ont appris ça nos enfants ? Dès 11 ans, 95% des enfants ont déjà été exposés à des images pornographiques. Aucun parent n’a envie que son enfant de 9-10 ans ne devienne accro à ces images. Il est tout à fait possible de s’attaquer à l’industrie lucrative du porno, en exigeant un numéro de carte bancaire dès la première image. »

L'AUTEUR
Manon Weibel

En BREF

Fin de l’hébergement à l’hôtel F1 de Geispolsheim, une vingtaine de personnes à la rue

par Maël Baudé. 5 265 visites. 2 commentaires.

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 565 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 154 visites. 3 commentaires.
×