Soirées magiques et expérimentales en vue à Wolfi Jazz, du 22 au 26 juin
Culture 

Soirées magiques et expérimentales en vue à Wolfi Jazz, du 22 au 26 juin

Cinq jours de concerts, trois scènes, une vingtaine de noms à l’affiche, et non des moindres, ainsi que le cadre exceptionnel du fort Kléber de Wolfisheim. La 6è édition du festival Wolfi Jazz se déroule du 22 au 26 juin.

Wolfi Jazz a su trouver sa place et la conserver dans l’univers saturé des festivals. Né en 2011 avec le soutien de la Spedidam, Wolfi Jazz associe pointures nationales et internationales et révélations au potentiel explosif. Voici d’ailleurs un aperçu savoureux du cru 2016.

(vidéo Wolfi Jazz / YouTube)

Aux manettes de la programmation, il y a le compositeur et trompettiste Nicolas Folmer dont l’expertise et le réseau permettent à Wolfi Jazz d’attirer des artistes aux profils variés et diversifiés. Ainsi la soirée d’ouverture du mercredi 22 juin verra-t-elle tout d’abord le quintette du bugliste breton Julien Alour mettre en condition le public avant que ne s’exprime le fantastique trio pop-rock-jazz Imbs/Paceo/Bortone puis le saxophoniste américain Archie Shepp accompagné de son exceptionnel big band Attica Blues.

Archie Shepp Attica Blues « Cry of my people » (vidéo YouTube)

Autre moment qui s’annonce d’ores et déjà magique, le jeudi 23 juin : le bassiste et chanteur camerounais Richard Bona (partenaire de scène, entre autres, de Didier Lockwood, Salif Keita, Manu Dibango, Joe Zawinul) qui jouera avec le Mandekan Cubano, orchestre au métissage cubano-mandingue dont le groove épicé et addictif promet d’enflammer le chapiteau.

Richard Bona & Mandekan Cubano « Jokoh Jokoh » (vidéo YouTube)

Expérimentations samedi avec St Germain

Le samedi 25 juin, place aux expérimentations teintées d’électro avec le trio anglais GoGo Penguin (piano-basse-batterie) dont les motifs rythmiques et les mélodies hypnotiques créent un son unique et exaltant à l’alchimie inédite. Le même soir, on notera aussi l’événement que constitue le retour du prodige français St Germain, DJ-producteur phare de la première vague de la French touch qui vit à l’époque le jazz se mêler aux sonorités électroniques.

Ludovic Navarre avait marqué les années 90 et le début des années 2000 de sa patte si spécifique avant de disparaître des écrans radar durant presque quinze ans. Le voilà de retour depuis l’automne 2015 avec un nouvel album associant jazz, house et blues sur fond d’explorations de la bande sahélienne nigéro-malienne et de la culture ghanéenne. En voici le premier extrait, Real Blues.

« Real Blues » St Germain (vidéo YouTube)

Érik Truffaz et son quartette viendra compléter l’affiche du samedi 25 juin. Enfin, pour la clôture du festival le dimanche 26 juin, Wolfi Jazz ouvre quelque peu son horizon en programmant la gracile et envoûtante franco-marocaine Hindi Zahra, auteure d’un sublime troisième album publié en 2015 (Homeland).

Le beau gosse quadragénaire anglais Hugh Coltman viendra compléter l’affiche dominicale avec Shadows, son projet articulé autour de reprises de chansons de Nat King Cole. Même volonté de diversification avec la présence de la Belge Selah Sue le vendredi 24 juin, dans un tableau soul jazzy mâtiné de pop et de ragga.

L'AUTEUR
Charly Ouate
Charly Ouate
Une mission : vous souffler des plans de concerts électrisants qui pulsent, à la mesure de mon pseudonyme.

En BREF

Les étudiants qui bloquaient le Patio jeudi ont été agressés par des militants royalistes

par Thibault Vetter. 4 804 visites. 3 commentaires.

Trois bâtiments bloqués jeudi matin sur le campus

par Thibault Vetter. 3 436 visites. 1 commentaire.

Plus de 3 000 personnes ont manifesté pour la deuxième fois contre la réforme des retraites

par Guillaume Krempp. 4 373 visites. 1 commentaire.