Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Jewly, rockeuse alsacienne indépendante, fête ses dix ans de scène
Culture 

Jewly, rockeuse alsacienne indépendante, fête ses dix ans de scène

par Nicolas Dumont.
Publié le 19 mai 2022.
Imprimé le 15 août 2022 à 03:03
2 224 visites. 1 commentaire.

Le 20 mai, Jewly sort un 45 tours limité à cent exemplaires ainsi qu’un clip entièrement filmé par ses fans. Rue89 Strasbourg a rencontré l’artiste pour revenir avec elle sur ces dix années de rock et d’indépendance.

Originaire de Mulhouse, Jewly est rentrée dans la musique via l’alto avant de bifurquer vers le violon. Une éducation au classique qu’elle doit à son grand-père. Vers ses quinze ans, elle se passionne pour la guitare. Après le lycée, elle se lance dans des études de médecine et devient docteure en pharmacie. Parallèlement à sa formation, la chanteuse commence à faire des concerts de jazz. Elle prend goût à l’écriture et en 2011 elle sort son premier EP « No Shoes » sous le nom de Jewly. 

Dix ans, trois albums et des centaines de concerts plus tard, l’artiste au parcours atypique revient avec un titre inédit pour célébrer cet anniversaire. Une date particulière qu’elle partage avec son public à travers une nouvelle tournée en France, la sortie d’un 45 tours collector ainsi que d’un clip entièrement filmé par ses fans. À 40 ans passés, elle revient sur ces dix années de carrière en tant qu’artiste indépendante pour Rue89 Strasbourg. Entretien.

Jewly. (Photo jisays)

Rue89 Strasbourg : Qu’est-ce que vous retenez de plus important dans vos dix années de scène ?

Jewly : S’il y a une chose que je retiens dans tout ça, c’est le public. C’est pour ces gens que je continue. Évidemment, ce métier je le fais parce que j’en ai besoin, parce que c’est ce que je suis. J’ai besoin d’être sur scène. Et pour ça, j’ai besoin d’avoir un public en face. Et il répond toujours présent !

Justement, pour cet anniversaire, vous avez prévu beaucoup de choses : la sortie d’un 45 tours limité à cent exemplaires, un nouveau titre, un clip entièrement filmé par vos fans. Vous avez à cœur de mettre votre public au centre de ce projet. Pourriez-vous en dire plus ? 

Le public, je l’ai impliqué sur trois gros points. Sur ce 45 tours collector, j’ai eu envie de lui faire choisir dans ma discographie un titre qu’il avait envie de voir réarrangé. J’ai lancé un appel l’été dernier. Après un vote, ils ont choisi « Melody » de l’album Drugstore. J’avais aussi envie d’être entourée sur la pochette du 45 tours des personnes qui comptent pour moi et qui me soutiennent d’une manière ou d’une autre depuis dix ans. La pochette est constituée de 110 portraits de gens qui ont eu envie de jouer le jeu.

« On a voulu faire un truc qui n’a jamais été fait »

Et puis on a eu l’idée de sélectionner un nombre de personnes pour qu’ils filment avec leurs téléphones le clip du titre inédit. On a voulu faire un truc travaillé, original, un truc qui n’a jamais été fait. Chaque membre du groupe est sur un podium avec les gens autour qui filment. Ça a permis de créer un rendu de fou, avec des effets 360 degrés.  Et comme ça, le public est partie prenante du clip en y apparaissant. Il est avec nous parce qu’après dix ans, je ne considère plus qu’il y a d’un côté le public et de l’autre Jewly. On était tous ensemble et c’était une expérience de dingue !

Pochette du 45 tours réalisé à l’occasion des 10 de Jewly avec 110 portraits. (Photo Jewly)

Vous avez également créé votre label. Pourquoi est-ce important pour vous d’être une artiste indépendante ?

C’est le constat de se dire que c’est possible. J’ai choisi de faire du rock, teinté de blues avec un peu d’électro. Je n’ai jamais choisi d’être à la mode mais de rester authentique. Au bout de dix ans, il y a une certaine fierté de se dire qu’en gardant ma ligne de conduite, qu’en faisant la musique qui me parle et en étant la plus sincère possible vis-à-vis du public, je suis encore là.

Clip de Jewly « Plus Fou », sorti le 20 mai 2022 (vidéo YouTube)

Cette indépendance, vous la cultivez en faisant énormément de choses vous-même. Vous cherchez les artistes avec qui vous voulez travailler, vous composez, vous organisez vos tournées… Est-ce un choix de votre part ?

Composer, oui, clairement ! J’ai essayé au début de m’entourer parce que je ne savais pas si j’avais les capacités pour écrire. Et puis je me suis rendu compte que quand je n’écrivais pas, je n’incarnais pas autant la chanson. Alors peut-être que ça va changer d’ici quelques années, mais pour l’instant, j’ai besoin de ça. Le reste, ce n’est pas forcément par choix. Ce n’est pas évident de trouver des gens soit compétents, soit avec qui j’ai envie de travailler. Je fais beaucoup toute seule. J’ai appris énormément de métiers : je suis comptable, attachée de presse, régisseuse, j’organise des tournées… Et encore, il y a des choses que j’essaie de déléguer. J’ai calculé, ça représente une quinzaine de métiers qu’on apprend sur le tas !

Vous êtes originaire de Mulhouse et vivez depuis plusieurs années dans la capitale alsacienne. Chaque année, vous organisez des tournées partout en France et parfois à l’international. Comment combinez-vous votre attache locale à cette envie de sillonner les routes ?

Je nuancerais un petit peu. Alors oui, l’Alsace est ma région de cœur. Ça fait 20 ans que je vis à Strasbourg, donc oui, j’ai un amour pour cette ville. Mais en même temps dès le départ, je me suis dit : « Il faut sortir de sa région. » C’est un petit peu le piège quand on tourne dans sa région, on est vite catalogué artiste local. Au final, je ne joue pas tant que ça en Alsace curieusement. On a un public fort qui nous suit mais pas forcément de Strasbourg. On joue énormément en Bretagne aussi donc on a beaucoup de public là-bas. Et c’est ça qui est génial !

Des projets pour la suite ?

Déjà, continuer à tourner. Et puis oui, il y aura forcément un nouvel album. Mine de rien, le projet des dix ans, ça aura pris du temps. Mais oui, un nouvel album, c’est la suite logique. Rock and roll quoi !

Y aller

Jewly est en concert samedi 21 mai à l’Espace Marceau de Holtzheim

L'AUTEUR
Nicolas Dumont
Nicolas Dumont

En BREF

Retour de la Grande braderie ce samedi : transports gratuits et sécurité renforcée

par Lucie Lefebvre. 1 576 visites. 7 commentaires.

L’association Deaf Rock veut continuer d’accueillir des services civiques

par Pierre France. 817 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pollution du Rhin après l’incendie d’un centre de tri de déchets industriels

par Nicolas Cossic. 3 430 visites. 2 commentaires.
×