La Fanfare en Pétard et Asian Dub Foundation en concert gratuit vendredi
Culture 

La Fanfare en Pétard et Asian Dub Foundation en concert gratuit vendredi

La Fanfare en Pétard

La Fanfare en Pétard, en concert le 9 mai, place Kléber (photo Bartosch Salmanski)

Vendredi 9 mai, la fête de l’Europe prendra des airs de fête de la musique à Strasbourg. À cette occasion, la place Kléber accueillera deux concerts gratuits avec les Strasbourgeois de la Fanfare en Pétard et les Anglais d’Asian Dub Foundation.

La fête de l’Europe attirera ce vendredi 9 mai des milliers de jeunes qui participeront à un grand forum européen de la jeunesse. Un grand concert avec Asian Dub Foundation (ADF) viendra clore cette journée. On ne présente plus la formation britannique à l’électro protéiforme entre hip hop, dub, drum’n’bass, ragga, rock et dancehall aux (déjà) vingt ans d’activité emmenée par Pandit G, Sun-J et Chandrasonic. S’il fallait retenir quelques inoxydables morceaux de bravoure d’ADF, citons Rebel Warrior (1995), Enemy of the Enemy et l’immense Fortress Europe, tous deux sortis en 2003 :

L’an dernier, Asian Dub publiait un nouvel album studio, The Signal and the Noise, toujours dans cette même veine engagée et revendicatrice.

Second disque pour La Fanfare

Eux aussi proposaient un nouvel album en 2013. La Fanfare en Pétard sortait son second disque, Le Monde est Curieux. Depuis l’an dernier, les Strasbourgeois écument les scènes avec cet opus d’ « électro mutante » qui caractérise tant le style de la troupe. En onze compositions, Gaston Rieger, Christophe Rieger, Paul Barbieri, Guillaume Nuss, Sam Klein et Nicolas Demelt (qui a, depuis, quitté le groupe et ne montera donc pas sur scène demain soir) montrent l’étendue de leur talent de jazzband capable de jouer des subtilités d’improvisation et des variations rythmiques qu’implique le jazz. Le single Noir comme l’or, extrait de Le monde est curieux, en est l’illustration :

Voilà qui prouve bien qu’une fanfare ne regroupe pas uniquement une bande de souffleurs à l’esprit intégralement festif. La Fanfare En Pétard casse heureusement tous ces clichés même si cette image du groupe sautillant déclencheur de pogos persiste, comme le rappelle Gaston :

« Il y a évidemment un aspect stéréotypé de la fanfare et ce nom peut compliquer nos envies d’évolutions artistiques car on y accole toujours un certain style, une certaine couleur. Les gens, le public, les professionnels peuvent s’attendre à du très dansant et du festif. Alors, oui, bien sûr, la Fanfare en Pétard, c’est un groupe énergique et drôle, mais pas toujours. On sait faire des morceaux fun mais d’autres qui sont bien plus profonds et sérieux. Progressivement, on a su s’écarter du style purement festif avec des passages un peu dark, parfois planants, à l’écart de l’aspect « en pétard ». Très vite, on a tous eu envie de transgresser le style de la fanfare en amenant du rap, de l’électro, etc. En fait, quand on fait un disque, ce qui nous intéresse, c’est que l’auditeur soit surpris et qu’il puisse voyager et aller ailleurs grâce au son qu’on lui propose »

Et à l’écoute de Le monde est curieux, c’est exactement ce qu’il se passe. Cette fanfare modernisée qui a essentiellement fait ses classes dans la section jazz du conservatoire de Strasbourg offre des sonorités électro qui ouvrent une foultitude d’horizons sans omettre quelques fragrances reggaeisantes ainsi qu’un funk qui trouve son âme sœur dans des beats bien bruts, un flow bien posé et un hip hop bien balancé. Demain soir, La Fanfare en Pétard proposera deux nouvelles compositions instrumentales, électro-rock et dub, exclusivement testées en live et jusqu’alors jamais travaillées en version studio. Par ailleurs, sur scène, la partie rythmique évolue avec le départ de Nicolas Demelt : ce sont donc désormais cinq musiciens que l’on retrouve sur les planches dont l’un jonglera entre batterie et, quelquefois, batterie portative.

L'AUTEUR
Charly Ouate
Charly Ouate
Une mission : vous souffler des plans de concerts électrisants qui pulsent, à la mesure de mon pseudonyme.

En BREF

Un ras-le-bol de tous bords, rencontres avec des « gilets jaunes »

par Guillaume Krempp. 2 547 visites. 26 commentaires.

Le camp de la rue des Canonniers évacué, le trottoir bloqué

par Pierre France. 1 796 visites. 9 commentaires.

GCO : Le tribunal administratif pourrait annuler l’arrêté sur les travaux préparatoires

par Jean-François Gérard. 4 159 visites. 33 commentaires.