La Grosse Entube : une fête foraine à l’ancienne ce week-end au jardin des Deux Rives
Culture 

La Grosse Entube : une fête foraine à l’ancienne ce week-end au jardin des Deux Rives

actualisé le 26/09/2020 à 14h04

Du 25 au 27 septembre 2020, le jardin des Deux Rives accueille une fête foraine à l’ancienne. Jongleurs, machines étranges, cabaret… La Grosse Entube, festival itinérant, vient planter ses tentes à Strasbourg, avec son cortège de jeux et de spectacles.

Une fête foraine est traditionnellement nomade. La Grosse Entube applique cette règle avec rigueur et change de ville chaque année. Pour cette cinquième édition, les forains s’installent du 25 au 27 septembre à Strasbourg, au jardin des Deux Rives, pour un événement mélangeant théâtre de rue et machines foraines.

Le maitre-mot est l’éblouissement

La Grosse Entube n’est pas une fête foraine ordinaire. Ici, pas de manèges géants bardés de files d’attentes ou de stands dépareillés aux prix exorbitants. L’événement renoue avec l’essentiel de son héritage : les jeux. Dans cette fête artisanale, mélange entre foire villageoise et musée vivant, les jeux sont placés au cœur du cheminement du public. Les spectacles viennent les entourer, accompagner le spectateur et étendre la magie au-delà des stands. La fête foraine est ainsi traitée comme une forme de spectacle à part entière. C’est tout l’espace de la Grosse Entube qui devient une scène. Le dispositif est totalement immersif, pour que le public puisse marcher à son gré dans ce monde bigarré.

Y aller

Retrouvez le programme complet de la Grosse Entube sur leur événement Facebook

Mécaniciens et enchanteurs, les forains créent l’émerveillement à chaque instant. (Photo de Gauthier Mesnil-Blanc)

La réunion d’une grande famille artistique

Cette fête est le résultat de l’association de plusieurs compagnies et collectifs. L’organisation strasbourgeoise est supervisée par La Semencerie, le Collectif CRIC et la compagnie Micromegamondes. L’événement est autonome, avec ses propres techniciens et régisseurs. Il suffit de leur trouver un terrain adapté pour pouvoir planter leurs mats et monter leurs cabanons.

Cette association d’artistes d’horizons divers contribue à l’aspect fouillis fantastique de la fête. Au programme : de la marionnette, des machines étranges, des jongleurs, une cellule capitonnée et des auto-tamponneuses à pédales. Dans la galerie farfelue des propositions artistiques et des stands, il faudra se laisser porter par l’amusement et la curiosité. La fête est aussi très musicale, puisque sa programmation est bardée de concerts, et même d’un cabaret le dimanche soir.

L’accès à la fête est à prix libre, les spectacles sont au chapeau. Ce choix économique concoure également à la camaraderie et à la familiarité. Il sera possible de se restaurer sur place, pour profiter au maximum de cet échappée fantasque.

Malgré le contexte sanitaire, le rassemblement tient bon. Quelques événements annoncés ont dû être déprogrammés mais le festival pourra accueillir jusqu’à 1000 spectateurs simultanément. Le port du masque et la régulation de circulation y seront de rigueur. Des masques et du gel hydroalcoolique seront disponibles. Pour les organisateurs, il n’est pas question que le lieu devienne un cluster pour le virus. Au contraire, ils espèrent bien que cette fête sera l’occasion pour ses participants de s’extraire, un moment, du climat anxiogène lié à la pandémie.

L'AUTEUR
Tristan Kopp
Rédacteur transmédia. Pour une culture au service du social.

En BREF

À Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog porte les élections jusqu’au Conseil d’État

par Pierre France. 1 266 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des peines de prison confirmées en appel pour des militants anti-GCO

par Félix Paulet. 1 624 visites. 1 commentaire.

Harcèlement de rue : une marche « Ensemble en jupe » samedi 24 octobre

par Félix Paulet. 1 955 visites. 2 commentaires.