Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
La ville de Strasbourg va centraliser les demandes de places en crèches
Société 

La ville de Strasbourg va centraliser les demandes de places en crèches

par Marie Marty.
Publié le 6 décembre 2012.
Imprimé le 01 décembre 2021 à 01:38
5 819 visites. 5 commentaires.

Crèches parentales, municipales ou familiales sont co-financées par la CAF, la Ville et les parents (Photo Matthieu Mondoloni)

Depuis le 19 novembre, toutes les demandes de places en crèches à Strasbourg sont rassemblées en un « point central » qui traitera désormais les 2000 demandes annuelles pour 1000 places à pourvoir. Ce système, plus transparent et équitable, espère-t-on, a pour but de faciliter les démarches des parents et alléger les emplois du temps des directrices de crèches.

Finis les multiples dossiers à remplir, les contacts à prendre avec trois ou quatre crèches et assistantes maternelles, les coups de téléphone à répétition pour montrer sa motivation à la ou les directrices. La ville de Strasbourg en collaboration avec la caisse d’allocations familiales (CAF) et en accord avec les structures d’accueil de la petite enfance à 55% associatives, 45% municipales, mettent en place un « relais petite enfance », façon guichet unique de la garde collective et individuelle des petits de moins de trois ans.

Après la « charte qualité des établissements d’accueil collectif de la petite enfance », ce nouveau service est un pas de plus vers l’harmonisation des pratiques et « un minimum de transparence dans l’attribution des places », dixit Nicole Dreyer, adjointe au maire en charge de la petite enfance. Pour Roland Ries, maire PS de Strasbourg, il s’agit surtout de mettre fin au « parcours du combattants des futurs et nouveaux parents » pris dans une supposée « jungle administrative ».

Un dossier unique par famille

Depuis le 19 novembre 2012 donc, plus la peine de contacter les crèches une par une, elles ont toutes reçu la consigne de renvoyer les parents vers le point central, le relais assistantes maternelles (RAM) au centre administratif ou l’un des sept RAM des quartiers de Strasbourg. Le parent remplira donc désormais un dossier unique, avec deux demandes – souvent une proche du lieu de travail, l’autre du domicile. Il recevra un accusé de réception à cette demande et une réponse, qu’elle soit positive ou négative. Si les deux demandes sont refusées, une troisième proposition pourra le cas échéant être faite à la famille.

Concernant les crèches parentales, si elles peuvent désormais indiquer leurs places disponibles au point central, elles garderont la main sur le choix des familles – un investissement important des parents étant nécessaire au bon fonctionnement de la crèche. Les directrices de crèches seraient par ailleurs « soulagées », assure Nicole Dreyer, de ne plus avoir à accueillir tous les demandeurs et leur faire faire à chaque fois le tour de la crèche. Elles gardent en revanche la maîtrise des demandes de moins de 20 heures d’accueil hebdomadaires, pourtant très chronophages.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : la tarification à l’heure menace l’économie des crèches parentales

Sur Rue89 Strasbourg : à qui va profiter la crèche transfrontalière

Relais petite enfance Strasbourg

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Un collectif de profs s’organise pour sortir leurs élèves et leurs familles de la rue

par Camille Balzinger. 3 141 visites. 13 commentaires.

À Reichshoffen, l’usine Alstom reprise par l’Espagnol CAF, préféré par les salariés

par Jean-François Gérard. 748 visites. 2 commentaires.

À Kilstett, des hooligans néonazis se battent en plein centre-ville

par Guillaume Krempp. 13 638 visites. 1 commentaire.
×