Le feu d’artifice ne sera plus jamais tiré du barrage Vauban
Société 

Le feu d’artifice ne sera plus jamais tiré du barrage Vauban

actualisé le 16/07/2012 à 07h08

Les échafaudages et les bâches devraient être retirés d'ici de l'été (Photo David Rodrigues)

Depuis deux ans, le barrage Vauban, édifice construit au XVIIème siècle, qui relie le Musée d’art moderne et contemporain à l’Hôtel du Département, est fermé au public et recouvert d’échafaudages. Rénové et mis aux normes, il devrait rouvrir fin septembre 2012. En revanche, finis les feux d’artifices du 14 juillet tirés du barrage et les rendez-vous nocturnes en amoureux sur la terrasse…

Le feu d’artifice du 14 juillet, c’est aujourd’hui et ce n’est pas à la Petite France. Depuis juillet 2011, les fusées de la fête nationale ne sont plus tirées depuis la terrasse du barrage Vauban, mais du parc de l’Etoile, à deux pas du Centre administratif et de la médiathèque Malraux. Et ça ne devrait pas changer, même une fois le barrage rouvert au public, en septembre. Jean-Jacques Gsell, adjoint au maire en charge du tourisme, confirme :

« Le retour du feu d’artifice au barrage Vauban n’est pas à l’ordre du jour. Il est très bien à Rivétoile, où il peut être vu par plus de monde. Et puis, il y aurait des problèmes de sécurité sur le barrage… »

De la terrasse du barrage, une vue imprenable sur les Ponts couverts (Photo David Rodrigues)

Finie la tonte en équilibre accroché aux rambardes

Ces fameux problèmes de sécurité étaient au cœur du projet de rénovation, qui auront coûté 5,62 millions d’euros. Mûrie pendant près de 10 ans, cette rénovation en cours de finalisation comprend plusieurs aspects. En tête, la restructuration complète de la terrasse, qui a tout bonnement changé de support. Florence Mathonat, chef de projet à la Communauté urbaine de Strasbourg, en charge du barrage mais aussi du Palais des fêtes ou du Musée historique (dont la phase d’extension est en cours), connaît son sujet sur le bout des doigts :

« D’abord, on a retiré les 3700 mètres cubes de terre qui avaient été installés sur le toit du barrage au moment de la guerre de 1870. Le souci, c’était que de l’eau s’infiltrait depuis des années par la terrasse qui était juste posée au-dessus mais n’était pas étanchéifiée. L’eau suintait le long des murs du barrage, abîmant les planchers du premier étage et fragilisant la structure d’ensemble. Des pierres ont d’ailleurs dû être remplacées.

Après avoir retiré la terre, on a construit une dalle en béton pour soutenir la terrasse complètement étanche avec des systèmes d’évacuation d’eau et on a créé une structure en bois sur les côtés pour y installer des bacs de végétaux. Il s’agit de sédum, une plante rase qui ne nécessite ni arrosage ni tonte. C’était une demande des personnels de la Ville, qui prenaient des risques en s’accrochant à la rambarde pour tondre les talus en herbe… »

Un deuxième escalier et un élévateur pour handicapés

Autres évolutions, les mises aux normes relatives à l’accès des personnes handicapées. D’abord, l’entreprise retenue pour les travaux a démoli l’escalier du côté de l’Hôtel du Département et reconstruit un escalier en métal et béton, dont la couleur est censée se fondre dans celle du grès rose des Vosges. Ensuite, un élévateur (sorte d’ascenseur) a été installé au même endroit, permettant aux personnes en fauteuil roulant d’accéder à la terrasse. Enfin, les toilettes ont été agrandies et rénovées. Terminées dès 2010, elles ont cependant pas mal pâti des travaux tout autour, et notamment les boiseries encadrant les fenêtres, en proie aux assauts des jets d’eau à l’extérieur (nettoyage des pierres de façade).

Les pierres sont nettoyées avant d'être recouverte d'un vernis protecteur (Photo David Rodrigues)

Les plâtres du Palais Rohan sont entreposés dans les entrailles du barrage (Photo David Rodrigues)

Autres petits changements, toujours dans un souci de mise aux normes, le dallage de la travée intérieure, celui sur lequel on tressautait en passant à vélo, a été remis à niveau. L’éclairage de cette allée va également être intensifié. Les murets qui cachaient le passage de l’eau sous le barrage vont être cassés cet été et remplacés par d’autres, plus bas. Les « cellules », où étaient entreposées quelques 200 statues et plâtres du Musée de l’Œuvre Notre-Dame et du Palais Rohan, ont quant à elles été partiellement vidées. N’y demeurent qu’une petite cinquantaine de grands plâtres originaux très fragiles, qui ne peuvent être déplacés. Le projet d’installer des magasins de souvenirs dans ces espaces a par ailleurs été abandonné. Ouf ! De même, les projets d’un restaurant sur la terrasse ont été classés sans suite…

La terrasse fermera à la tombée du jour

Si le barrage a été mis aux normes en vigueur, son affectation elle ne change pas. L’ouvrage restera un lieu de passage pour les riverains et un point de vue exceptionnel sur la Petite France. Seul bémol, la terrasse sera fermée dès la nuit tombée, à 16 heures en hiver, 21 heures en été. Terminé, le petit détour par la terrasse du barrage pour admirer Strasbourg illuminée les fins de soirées d’automne… Florence Mathonat explique:

« C’est aussi un problème de normes. Si l’on ouvre jusqu’à 22 heures, comme pour le passage en dessous, il faut des lumières et des panneaux lumineux indiquant la sortie… Et pas au niveau des murets ! Il faudrait que ce soit sur des poteaux en hauteur. Ce serait laid et les Monuments historiques ne seraient pas d’accord. »

Le barrage devrait rouvrir dans la deuxième quinzaine de septembre. Il bénéficiera de la première vague de crédits dans le cadre du Plan lumières, comme l’Ancienne douane et le Palais Rohan.

Y aller

Feu d’artifice du 14 juillet, tiré ce samedi au Parc de l’Etoile à partir de 22h30. La durée du tir est d’environ 17 minutes. Un bal populaire aura lieu de 20h à 0h30, place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny (place de la Bourse).

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Le tribunal administratif suspend l’arrêté sur les masques au centre-ville

par Pierre France. 16 046 visites. 8 commentaires.

Les mobilités du monde d’après en débat

par piet. 1 163 visites. 4 commentaires.

Le tribunal administratif juge que le port obligatoire du masque au centre-ville est légal mais inutile

par Pierre France. 9 726 visites. 9 commentaires.